Céline Bessière / De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac / Paris / Raisons d’agir (coll. Cours et travaux) / 2010

de generationPar Yolène Chanet

Doctorante, CESSP, Paris

 

 

1. Une reproduction improbable ?

 

 

Le livre de Céline Bessière présente les résultats d’une enquête ethnographique regroupant plus de 30 monographies de famille de viticulteurs dans la région de Cognac. Le cœur de l’enquête porte sur les modalités de la transmission des exploitations agricoles aux fils (voire, exceptionnellement, aux filles) de viticulteurs.

 

Ce travail présente un double intérêt :

 

D’abord, celui de décortiquer les conditions sous lesquelles peut perdurer la reproduction sociale dans un contexte de fort déclin numérique mais aussi symbolique du « monde rural ». Depuis les années soixante, les études portant sur le monde rural ont, dans leur grande majorité, tenté de saisir la crise de la société paysanne, le refus d’un héritage devenu problématique, le célibat de ces agriculteurs qui ne parviennent plus à « reproduire l’envie de se reproduire1 ». Comment rendre compte, à rebours, des logiques qui poussent les jeunes à rester plutôt qu’à partir ? Qu’est-ce qui rend possible cette reprise qui apparaît, du moins statistiquement, improbable ? L’enquête de Céline Bessière montre bien, justement, comment ces comportements, numériquement « minoritaires », obéissent à des logiques sociales de reproduction familiale. Et elle éclaire les modalités actuelles de cette reproduction qui ne peut se faire, dans un tel contexte, que sous les dehors du choix personnel.

 

C’est d’ailleurs là que réside le deuxième intérêt du livre car il met au jour, du même coup l’intrication des décisions subjectives et des positions objectives des différents agents. L’enquête révèle, à travers les nombreux entretiens, comment l’objectivité d’un avenir probable (qu’il s’agisse de reprendre ou non l’exploitation parentale) s’actualise dans la subjectivité des goûts, des désirs, des récits de vie. Elle illustre, en somme, la constitution et la persévérance de l’habitus.

 

 

2. Une enquête dans l’espace charentais

 

 

Les entretiens, menés sur près de huit ans (de 1997 à 2005), mêlent deux générations et embrassent différents points de l’espace économique et social local.

 

Situé en Charente, cet espace s’organise, spécifiquement, selon la taille de l’exploitation, la qualité reconnue du cru, le degré de monoculture, et la possibilité ou l’impossibilité de distiller soi-même son eau-de-vie et de la stocker. En effet, le vin de la région n’est pas spécialement réputé en lui-même, c’est le mélange particulier des eaux-de-vie qui donne le Cognac et seul ce mélange tombe sous l’appellation d’origine contrôlée. Les viticulteurs sont donc en partie dépendants du processus de distillation et des négociants qui s’occuperont de confectionner le Cognac, à qui ils livrent le vin à peine fermenté. Ce rapport de dépendance est d’autant plus fort que l’exploitation est pauvre.

 

Par ailleurs, le marché du Cognac a la particularité d’être un marché très mondialisé et très volatil qui ne peut profiter entièrement qu’à ceux qui ont les moyens d’avoir des comportements spéculatifs : pouvoir stocker les mauvaises années et écouler sa production quand les cours sont favorables.

 

Tous ces facteurs (taille, cru, dépendance, stockage) étant bien entendu cumulatifs, les exploitations les plus dévaluées, économiquement et symboliquement, ont donc peu de chances de s’agrandir ou de connaître l’opulence.

 

Les viticulteurs les plus pauvres possèdent les plus petites exploitations sur les crus les moins reconnus, contraints de ce fait à la polyculture, et ne peuvent investir dans du matériel à distiller, contraints alors de vendre leur production aux grosses maisons qui la transformeront en Cognac, y compris à très bas coût les mauvaises années, c’est-à-dire les années de surproduction. Ce sont des « petits livreurs  de vin ». A l’autre bout de l’espace social, les plus riches possèdent non seulement les plus gros vignobles mais aussi d’autres types de propriétés (placements, appartements) qui leur permettent, entre autre, de stocker les eaux-de-vie en attendant les meilleures années. Ces gros exploitants sont, de plus, fortement interconnectés avec les négociants dans l’espace local, bourgeoisie d’affaire et bourgeoisie viticole pouvant se confondre dans certaines familles.

 

 

Le temps long permet ici de saisir les réajustements des attentes et des stratégies des différents agents au cours du temps. La question des modalités de transmission et de reproduction dans un contexte général de déclassement des petits et moyens agriculteurs ne peut être posée dans les termes de l’évidence : non seulement parce que le patrimoine physique peut perdre de sa valeur d’une génération à l’autre, mais aussi parce que le mode de vie paysan reste fortement dévalorisé et marginalisé. Parallèlement, la durée de la scolarisation s’est allongée et le niveau des diplômes obtenus a augmenté, accroissant ainsi les opportunités de reconversion. De plus, l’expérience de « la condition étudiante » joue aussi comme point de comparaison, mise en relation, ou en concurrence, entre le mode de vie salarié et le mode de vie paysan. La population agricole s’est donc drastiquement réduite. Cependant, depuis la fin des années 1990, les enfants des petits agriculteurs doivent aussi composer avec la précarisation et la raréfaction des emplois salariés…

 

Ce livre met en fait au jour et illustre les forces de fission et les forces de fusion à l’œuvre dans la maisonnée2, les forces d’attraction vers « l’extérieur » et les forces d’inertie vers la conservation et la reproduction.

 

 

 

3. L’importance du registre vocationnel

 

 

Au fil de des entretiens, Céline Bessière rend compte de l’importance du registre vocationnel dès qu’il est question de la transmission du patrimoine. Cette transmission se fait sous les dehors du choix et de l’intérêt (au sens libido), l’héritier devenant alors le « repreneur », un entrepreneur qui reprend pour son compte l’exploitation familiale.

 

Ce registre vocationnel, qui permet de traduire la reproduction dans les termes de la réalisation personnelle et du projet individuel ­– avec les nécessaires hésitations qui l’accompagnent ­­–, est d’autant plus fortement mobilisé que la survie économique de l’exploitation est incertaine. Par ailleurs, « reprendre » plutôt qu’« hériter » permet aussi de se placer sur un registre qui correspond aux valeurs dominantes, véhiculées par l’école notamment, que sont la méritocratie, la volonté individuelle, le projet de vie, etc. Autrement dit, le livre prend acte de l’importance pour ces jeunes agriculteurs de méconnaître et de nuancer la concordance entre leur position objective et leurs raisons subjectives de reprendre l’exploitation.

 

Dans la grande bourgeoisie viticole, en revanche, l’héritier peut évoquer son choix sur un mode plus distancié, et les parents ont moins de scrupules à afficher l’orchestration de la reprise.

 

Ainsi, un petit livreur de vin va être « partagé entre le désir de transmettre l’exploitation et le refus d’imposer à ses enfants le fardeau de la reprise, il les laisse décider de leur orientation scolaire et professionnelle : « Ils ne pourront pas dire un jour : « Tu nous as obligés. » C’est plutôt : « Vous faites ce que vous voulez. » » » (p. 126). Mais quand l’exploitation marche bien, le repreneur tient à l’enquêtrice un discours ambigu : « C’est très simple, sur trois, il fallait un qui reprenne ! Quand est arrivé mon tour, j’avais pas vraiment prévu de faire ça, mais comme je ne voulais pas vraiment me lancer dans autre chose, j’ai vu le plus simple. » (p. 128) C’est ainsi que dans la grande bourgeoisie, celui qui reprend peut aussi se présenter comme celui qui « s’est sacrifié » (p. 190)

 

 

Au-delà de cette différence dans la mobilisation du registre de la vocation selon le succès de l’exploitation, l’enquête révèle les conditions au développement de cette vocation à travers les régularités des propriétés que l’on retrouve chez les repreneurs effectifs. Au premier rang de ces conditions : le sexe des enfants. Si les fils développent un goût pour la terre et un intérêt pour le métier, ce n’est que rarement le cas des filles. Parmi elles, les rares qui reprennent l’exploitation n’ont pas de frère, et si une fille affirme son goût pour le métier viticole, elle doit attendre la décision de son frère pour consolider son « projet ». C’est le cas d’une des filles d’agriculteurs, « pressentie » pour la reprise, qui s’investit dans l’exploitation familiale et y investit ses espoirs quant à son futur probable jusqu’à ce qu’un fils naisse, tardivement. Elle confie alors à l’enquêtrice, les larmes aux yeux : « Il faut attendre ce qu’il voudra faire […]. Des études agricoles seraient un bon indicateur qu’il voudrait reprendre l’exploitation. » (p. 82)

 

Le rang dans la fratrie pèse aussi sur la probabilité de devenir le « repreneur pressenti », cependant la présence de deux logiques contraires permet de comprendre pourquoi ce n’est pas systématiquement l’aîné qui conserve le patrimoine. D’abord, on vient de le voir, ce n’est pas à l’aîné à qui revient a priori la tâche de garder l’exploitation familiale, mais au premier-né des garçons. Et ce n’est pas le fait même d’être le premier-né qui lui « ouvre des droits » sur l’exploitation, mais le fait de pouvoir être le premier – du fait de son âge – à se déclarer « intéressé » par la reprise, disqualifiant à ce moment l’intérêt, le goût de ses frères pour ce métier. Seul un membre de la fratrie peut soutenir cette vocation qui s’accompagne nécessairement de la transmission effective du patrimoine, les autres ne peuvent alors que montrer un intérêt finalement mitigé, limité, puisque inabouti ou plutôt irréalisé, sans objet. En d’autres termes, c’est le fait que le « monopole de la vocation » revienne à celui qui l’affiche le premier, qui favorise l’aîné des garçons. Cependant, l’écart d’âge idéal qui voudrait que le fils s’installe sur l’exploitation à peu près au moment où les parents prennent leur retraite, tend à favoriser les puînés. Ces deux logiques sont donc contradictoires quoique fondées sur le même principe, celui de la viabilité économique de l’exploitation qui, surtout quand elle est petite, ne peut faire vivre deux couples à la fois.

 

Il apparaît aussi, en filigrane, que l’école joue bien comme condition au développement de la vocation à reprendre. Dans la mesure où la scolarité (surtout spécialisée) assure la « modernisation » de l’exploitation, avec l’apprentissage des règles de management ou du calcul de rentabilité économique, elle permet à la fois le maintien (ou l’accroissement) de la valeur matérielle du patrimoine hérité, et l’inscription de ce patrimoine dans une « logique entrepreneuriale » qui a l’avantage de moderniser du même coup la représentation de l’exploitation agricole et le fait d’hériter – d’en augmenter, en quelque sorte, sa valeur symbolique. L’école offre, en effet, la possibilité d’avoir une lecture plus « choisie », ou « méritoire » de sa destinée.

 

 

4. La temporalité de la vocation

 

 

Bien sûr, il ne suffit pas que ces conditions (genre, âge, scolarité agricole) soient réunies pour qu’un fils développe la vocation à reprendre.

 

D’abord parce que l’univers des paysans n’est plus clos : la mise en concurrence du mode de vie « salarié » avec le mode de vie « paysan » prend une forme très concrète et perdure, même après l’installation sur l’exploitation. D’une part, la professionnalisation du travail agricole – c’est-à-dire l’encadrement de la formation par l’école, sa validation par l’obtention du diplôme, ou plus encore par l’obtention de la Dotation jeunes agriculteurs3, la réalisation de stages, de projets – le rapproche d’un travail salarié, du moins le temps de la scolarisation, ne serait-ce que parce que les jeunes agriculteurs passent eux aussi par une étape « étudiante ». D’autre part, les frères, les sœurs et les épouses sont pour la plupart du temps eux-mêmes salariés ; l’organisation de la vie salariée et citadine est donc prégnante sur les exploitations : les horaires, le rythme hebdomadaire, l’habitat du jeune couple sont comme indexés à ceux du salariat.

 

Ensuite parce que l’avenir, surtout pour les plus petites exploitations, reste indéterminé. Ainsi, l’intérêt à reprendre l’exploitation varie dans le temps en fonction des opportunités offertes à « l’extérieur » et on ne voit jamais mieux que dans ces périodes d’hésitation comment s’organise la confusion entre l’intérêt matériel et l’envie de reprendre. C’est pourquoi le registre de la vocation intervient au moment de l’installation et de la reprise. L’enquêtrice décrit ainsi la situation d’un jeune agriculteur qui a finalement repris l’exploitation après une période « ouverte » durant laquelle son frère aîné était revenu travailler dans l’entreprise familiale : « Le choix d’un fils plutôt qu’un autre comme repreneur est resté assez longtemps ouvert. À partir du moment où Olivier [le cadet qui a hérité de l’exploitation] s’est engagé dans un BTS viti-œnologie il prenait une sérieuse option sur la reprise […] Cette situation s’est trouvée explicitée entre 1996 et 1998, deux années où Gilles [l’aîné] s’est retrouvé au chômage, parce qu’il ne parvenait pas à valoriser son doctorat sur le marché du travail salarié. […] Durant cette période, Olivier, embarrassé, disait de son frère que maintenant “c’était un peu tard pour revenir sur l’exploitation”. […] Jean [le père] explique ainsi que si c’était l’aîné qui avait repris l’exploitation, “Olivier aurait dû faire autre chose”. » (p. 87-88) Pourtant, le jeune agriculteur présente sa position dans ces termes : « je me plais là, ça m’a tout de suite plu » (p. 86) et, en parlant de ses frères et sœurs : « Disons que tous en fin de compte n’étaient pas trop intéressés. » (p. 87)

 

On voit une fois de plus, à travers ce dernier exemple, comment le registre vocationnel permet à celui qui reprend non seulement de minimiser (ou d’occulter) l’intérêt matériel attaché à la reprise – ou à sa position objective d’héritier – mais aussi de disqualifier, de délégitimer, les autres héritiers potentiels. Mais les modalités de ces stratégies d’euphémisation dépendent aussi de la valeur du patrimoine : comme on l’a déjà vu, l’euphémisation de l’intérêt matériel dans la grande bourgeoisie viticole passe moins par la mise en avant de son goût personnel pour le travail agricole que par la mise en avant des obligations familiales, du « sacrifice » à la lignée… Un viticulteur de la grande bourgeoisie « qualifie [la reprise de l’exploitation] de sacrifice qu’aucun autre enfant dans la fratrie n’était prêt à assumer. Il ajoute que ce partage venait compenser la prise en charge, dans les années à venir, de ses parents, âgés de plus de 70 ans et qui vivent sur place. Il me précise qu’il n’a pas avancé cet argument devant ses parents : “Il faut être là, être attentif, mais dans la discrétion et la dignité” » (p. 190).

 

 

5. Être fait pour aimer, l’économie des affects

 

 

Bien sûr, le goût pour la reprise ne peut pas non plus être envisagé comme un simple artifice destiné à camoufler l’appât du gain ! Il commence à se former dès l’enfance et à travers une socialisation différenciée qui, par l’interprétation des préférences et le jeu des affects, contribue à favoriser le goût pour la viticulture chez un seul des fils. Évidemment rien ne garantit que ce goût devienne une vocation et débouche sur la reprise de l’exploitation. Cependant, l’enquête révèle bien comment, notamment via l’activation de grandes oppositions féminin/masculin, intérieur/extérieur, lecture/viticulture, la mère/le père, etc., les goûts se forment et se répartissent au sein d’une fratrie. L’enquêtrice revient par exemple sur la différenciation établie peu à peu entre deux enfants, deux frères, dont l’aîné est « l’objet d’un grand nombre d’attentions particulières » (p. 56). La mère dira ainsi : « Nous avec Kevin [le garçon aîné], on a toujours dit : “Il fera ce qu’il voudra”, mais c’est inconscient, même nous, on le fait, c’est inconscient. Il adore déjà… Je ne sais pas s’il sera viticulteur, mais on sait déjà, c’est un petit bonhomme de la terre. Il est heureux dehors. » (p. 57) Elle remarque aussi qu’à l’âge du cadet, l’aîné montait déjà sur le tracteur mais conclut en disant : « mais en fait, c’est tellement la place de Kevin qu’on ne peut pas lui dire de la laisser à son frère. » (p. 58) Elle confie enfin à l’enquêtrice : « J’ai toujours dit que Kevin ce serait le père et Quentin [le cadet], les livres », fils cadet qui est « le portrait craché de sa mère » (p. 59).

 

En fait, l’économie des affects dans la maisonnée joue très fortement pour la préservation du patrimoine, pour son indivision, son maintien et sa transmission. On voit d’ailleurs comment les donations entre vifs viennent redoubler cette logique de circulation des affects et attacher, sur le long terme, le repreneur pressenti à l’exploitation familiale. C’est d’ailleurs suivant cette même logique que, dans le cas où aucun membre de la fratrie n’est en situation de précarité, les frères et sœurs du repreneur n’exigent pas immédiatement de ce dernier le paiement de leur part.

 

 

 

6. Des forces contraires en présence

 

 

Pour autant, ces forces de « fusion », qui jouent pour la conservation du patrimoine sont concomitantes avec des forces contraires qui jouent inversement dans le sens de son éclatement.

 

D’abord parce que les valeurs du salariat, le mode de vie « citadin », ont imprégné tout le monde rural, comme on l’a déjà vu. Cette mise en concurrence, au détriment des valeurs, des représentations, du mode de vie paysan, débouche notamment sur le célibat des jeunes agriculteurs qui pèse sur la décision de reprendre une exploitation. Le fait d’être seul joue comme un obstacle à l’émancipation économique et affective vis-à-vis des parents. C’est le cas, dans le livre, d’un jeune célibataire qui rassemble toutes les dispositions nécessaires pour être intéressé par la reprise de l’exploitation familiale mais qui pourtant y renonce et dont les parents diront qu’« il n’a pas la stature d’un chef d’entreprise », qu’« il n’aime pas les responsabilités, qu’« il n’aime pas être bousculé », tandis que lui-même confie à l’enquêtrice : « Pour reprendre il faudrait que je sois avec quelqu’un qui travaille avec moi, parce que tout seul, je le vois mal quand même. Pas que je sois pas capable, mais l’assumer… je préférerais être à deux. » (p. 61)

 

De même, le rythme du travail salarié peut rendre celui du travail agricole proprement décourageant. Et l’allongement de la durée d’étude (ainsi que le passage par le statut de stagiaire) augmente la possibilité d’avoir un emploi salarié. Le salariat devient donc un mode de vie possible, une référence antinomique par rapport à laquelle l’agriculteur qui s’installe doit désormais se positionner.

 

Une autre force qui peut jouer contre la conservation du patrimoine est l’obligation juridique de respecter l’égalité entre héritiers. La loi peut donc légitimer et engendrer des conflits autour de l’exploitation, voire bloquer l’héritage. Le blocage conflictuel est ainsi d’autant plus probable que le patrimoine familial est essentiellement agricole et qu’il se situe à l’un ou l’autre bout de l’échelle économique : parmi les très petits livreurs de vins et au sein de la grande bourgeoisie viticole – deux situations où l’exploitation représente un enjeu économique de taille.

 

Finalement, on voit au fil de l’enquête que les forces de conservation et les forces d’éclatement peuvent apparaître côte-à-côte : Le mariage, par exemple, peut jouer en faveur de la reprise de l’exploitation puisqu’il offre à la fois une occasion de s’émanciper (y compris en changeant le rapport de force entre le fils et ses parents, instituant la cohabitation de deux couples « distincts »), et offre aussi une ressource supplémentaire (lorsque la femme est salariée), mais il peut aussi fragiliser la « maisonnée » par l’entrée dans l’exploitation d’une salariée travaillant à l’extérieur qui peut donc – au moins matériellement – divorcer, qui pousse généralement vers l’autonomisation de son couple par rapport à la génération précédente, etc. On retrouve la même ambivalence concernant la scolarité qui permet à la fois de bénéficier des aides à la reprise ou d’inscrire l’héritage dans une démarche personnelle et choisie, mais accroît aussi les probabilités d’obtenir un travail salarié. De même, poussée à l’extrême, la volonté de maintenir l’exploitation familiale, de la garder intacte, peut jouer contre elle-même : le livre relate la situation de blocage dans laquelle se trouvent un père et son fils, le père écartant son fils de toutes responsabilités concernant les vignes, ce qui pousse le fils à vouloir s’installer ailleurs… « Dans les vignes, mon père, il dirige. Et comme je ne cherche pas l’affrontement, je le laisse faire. Et il le voit parce qu’il me dit : “Tu ne prends jamais de décisions”, mais je ne préfère pas en prendre parce que… je sais que n’importe quelle décision que je vais prendre, ça n’ira pas forcément dans le bon sens. » (p. 137-138)

 

 

 

 

La reprise et le développement de la vocation pour reprendre se font donc constamment sur le fil, et le livre retranscrit et explicite bien ces tiraillements, ces hésitations, surtout lorsque l’avenir économique de l’exploitation reste incertain. Le mode très individualisé de la reproduction agricole peut alors transparaître : aboutissement d’un parcours particulier et d’un engagement scolaire, elle semble ne concerner que ceux ont su résister aux sirènes du salariat et de la ville. Comme en écho aux conclusions de Pierre Bourdieu sur la révolution symbolique produite par la conversion collective du monde rural aux valeurs (citadines) dominantes4, l’enquête de Céline Bessière montre que ce sont désormais à la fois ceux qui restent et ceux qui partent qui adhèrent au système de valeurs urbaines. Les héritiers-entrepreneurs se doivent désormais de passer par le système d’enseignement, garant de la modernité contre les traditions d’un autre âge, promoteur du calcul rationnel et de la prévision économique, et condition de la possibilité même de la reproduction.

 

Loin de conclure, avec optimisme, à la reconquête de la classe paysanne sur son destin futur, le livre montre au contraire que les instruments symboliques qui restent à disposition des paysans pour produire cette « envie de reproduire » sont aujourd’hui ceux du « monde citadin » : la vocation, le goût d’entreprendre, le projet de vie… Bref, une reproduction qui se fait désormais nécessairement sous les dehors du choix.

 

1 Voir le recueil d’articles de P. Bourdieu, Le Bal des célibataires, Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Le Seuil, 2002, et l’ouvrage de Patrick Champagne, L’héritage refusé : la crise de la reproduction sociale de la paysannerie française, 1950-2000, Paris, Le Seuil, 2002

 

2 La maisonnée est comprise ici comme « une unité de coopération productive réunissant plusieurs personnes plus ou moins apparentées et éventuellement co-résidentes » (p. 156)

 

3 Aide de l’Etat à destination des jeunes agriculteurs qui veulent s’installer et dont l’attribution est conditionnée, notamment par la réalisation d’un projet d’installation, d’un stage pratique de six mois et d’un stage théorique.

 

4 Voir P. Bourdieu, Le Bal des célibataires, op. cit.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *