Souvenirs d’Abdelmalek Sayad

Hommage prononcé lors d’une séance de « Lire les sciences sociales » en mai 1998

par Louis Pinto (sociologue, directeur de recherche au CNRS)

M’adressant, en particulier, à ceux qui ne l’ont pas connu, mais pas seulement à eux, je voudrais évoquer un peu la personne d’Abdelmalek Sayad, dire quel genre d’homme il a été, quel genre d’homme il fallait qu’il ait été pour faire la sociologie qui a été la sienne. Ce qui n’est pas facile si l’on tient à ne pas fausser, par l’éloge, fût-il mérité et sincèrement exprimé, l’image qu’on en a et que l’on voudrait garder de lui. Car Sayad possédait un mélange singulier de modestie, de patience et d’humour (diverses faces d’une même attitude) qui frappait tous ceux qui l’ont connu, ce quelque chose qui faisait qu’on ne pouvait que l’aimer, et qui était, sans doute, indispensable pour mener à bien cette ethnographie méticuleuse qu’il pratiquait .

La modestie et la patience sont ce qui le portait, par exemple, à ne parler de travaux en cours qui allaient se révéler importants ou majeurs comme son livre sur Nanterre, que comme d’occupations parmi d’autres, en quelque sorte de la routine, et pas comme une étape dans son « œuvre ». Une telle attitude, contrepartie d’une exigence scientifique de mise en suspens des hiérarchies sociales d’objets, trop souvent redoublées par les hiérarchies scientifiques, est un démenti, par les actes, au postulat selon lequel les dominés en général, c’est facile à comprendre, on les comprend à livre ouvert selon l’image de gens « simples » … qui seraient des gens simples à comprendre. Il n’était pas homme à se faire valoir à travers son objet en jouant des renversements des hiérarchies. Au contraire, il semblait toujours inquiet de tout ce qu’il lui restait à faire, à comprendre et qui le maintenait alerte et vigilant au milieu des misères d’un état physique aussi fragile.

En même temps, cet homme était très subversif. Sans doute, l’humour est-il, de façon générale, la face positive de la modestie intellectuelle, ce qui permet d’échapper aux hiérarchies sociales ainsi qu’à leur inversion misérabiliste, et, par là, ce qui favorise l’objectivation de l’ordre social : Sayad était un esprit libre qui se riait de bien des choses, et de bien des gens, à commencer par quelques uns des importants du monde académique.

Ces dispositions de Sayad étaient en affinité avec les caractéristiques de l’objet étudié qui l’incitaient à porter sur notre monde un autre regard, condition d’un savoir affranchi des conditionnements et des particularités d’une condition. L’immigré est celui qui, par la force des choses, bouscule le cela-va-de-soi qui est attaché aux natifs, aux indigènes, celui qui met les choses sens dessus dessous : il est celui qui est ici et se pense là-bas, mal logé en attente, l’homme des choses provisoires qui durent, oscillant entre espoir et désillusion, il est celui qui, pour reprendre des exemples du livre sur Nanterre, habite les pièces un peu vides du HLM, après avoir peuplé le bidonville d’objets de récupération, ready made imposés par la nécessité, fantômes d’usages absents, aspirateurs sans moteur, antennes TV quand on n’a même pas l’électricité. En lisant ces passages de lui, je l’imaginais sourire de cela, de cette incohérence, de cette inconséquence…lui qui, il est vrai, savait chercher de la cohérence dans toute cette incohérence.

Sayad avait cette manière bien à lui de s’approcher des gens, avec tact, patience, gentillesse et sans aucune intrusion, cette manière bien à lui de décrire et de comprendre. Il n’a jamais cherché à tirer parti socialement et politiquement de son objet, à l’utiliser comme un emblème, une arme, une propriété. Sa posture spontanée le portait à une sympathie pour les gens sur lesquels il enquêtait, et lui interdisait tout détournement de type populiste, tout prophétisme, toute prédication. Il n’était pas homme de parti, de commission, de tribune, ou de confession publique de ses états d’âme. Il n’était pas un intellectuel de service.

Il est un de ceux qui font comprendre concrètement combien la lucidité est à soi seule une forme de générosité : ceux qui sont victimes dans leur existence de tant de misères et d’injustices ont pu, du moins, et au moins une fois, trouver grâce à ses écrits, leur vie soustraite au mépris engendré par des mots et par des silences qui en disent long.

J’en ai assez dit pour laisser deviner que cet homme attaché passionnément à comprendre les immigrés a toujours été animé, dans sa vie et dans son travail, par une éthique rationaliste et cosmopolite. Il avait horreur de tout ce qui évoque, de près ou de loin, l’essentialisme, ce qui explique notamment son aversion pour le culturalisme qui en est une version savante, et bien sûr pour le populisme, folklorique ou non. Tout son effort aura été de montrer que la parole de ces immigrés peut devenir universellement audible, intelligible et émouvante, puisque la nécessité les conduit souvent à condenser, en une même parole, des choses importantes qui sont en jeu dans les mille tracas d’une vie bien ordinaire.

Tout en sachant que Sayad était enclin à percevoir ironiquement tout hommage, j’espère avoir exprimé à quel point il est si important de lire cette œuvre rigoureuse et ouverte qu’il nous laisse.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *