Autour de « La nature est un champ de bataille » de Razmig Keucheyan / Compte-rendu de l’ouvrage et entretien avec l’auteur

la nature est un champ de bataille Quels sont les liens entre nature et société, et quelles en sont les implications sur les plans épistémologique et politique ? Alors qu’on leur attribue souvent des rapports de pure extériorité, cet essai rappelle que ces deux éléments sont en réalité profondément articulés.

Et à ce titre, les questionnements au sujet de l’environnement ne peuvent être dissociés des interrogations relatives au monde social, à commencer par celles portant sur la production et la reproduction des inégalités. C’est ce que donne à voir la crise environnementale qui – loin de les aplanir – révèle et accentue les antagonismes sociaux. Telle est du moins la thèse centrale de cet ouvrage, qui annonce d’entrée que « la nature n’échappe pas aux rapports de force sociaux : elle est la plus politique des entités » (p.11).

 Cet essai – dont certains développements avaient été présentés dans un article du Monde Diplomatique1 – paraît alors que la crise environnementale fait l’objet d’une mise à l’agenda aussi bien au niveau politique que médiatique ou scientifique. La plupart des analyses peinent cependant à articuler crise écologique et crise économique. Pour combler cette lacune, l’auteur inscrit son travail au croisement de différents corpus de recherche – sociologies de l’économie2, de l’environnement3, des risques, etc. – et propose une analyse critique des enjeux environnementaux rendant compte non seulement de leur dimension économique, mais de leur caractère profondément politique.

 Mobilisant les résultats de recherches récentes (notamment de travaux anglo-saxons encore peu connus en France), ce texte participe au renouveau de la pensée marxiste autour des questions environnementales4. Renouveau incarné par des auteurs comme le géographe David Harvey5, le sociologue John Bellamy Foster6, ou encore les économistes comme Nicolas Kosoy et Esteve Corbera7. Mais il s’inscrit également dans une vague d’intérêt croissant pour le rôle du secteur privé dans la « gouvernance » environnementale, illustrée notamment par les travaux d’Amandine Orsini-Bled8. L’ouvrage, qui pose la question de l’articulation entre environnement et capital, développe en effet trois aspects de ce que l’on a pu appeler la « néolibéralisation de l’environnement »9. Chaque partie du texte renvoyant à l’un deux, analysé à travers un cas présenté comme paradigmatique et illustré par de multiples exemples.

 Ainsi, la première partie de l’ouvrage vise à démontrer que la nature est un enjeu profondément « social » en se concentrant sur la question des inégalités environnementales (i.e. : inégalités dans l’accès aux ressources, l’exposition aux risques, etc.). Ces inégalités sont en effet le plus souvent associées à l’appartenance de classe, de genre ou de race. L’environnement vient ainsi « compliquer », pour reprendre les termes de l’auteur, « l’intersectionnalité » entre ces différentes formes d’inégalités. C’est cependant au croisement des inégalités raciales et environnementales que s’attache essentiellement l’ouvrage. Cette première partie s’ouvre d’ailleurs sur l’affaire du comté de Warren aux États-Unis, cas exemplaire du racisme environnemental dans sa dimension spatiale, et qui signe l’acte de naissance du mouvement pour la justice environnementale. À travers différents exemples, l’auteur cherche ensuite à rendre compte du caractère « systémique » de telles inégalités. C’est ce dont témoigne entre autres « l’archéologie du racisme environnemental » qui rappelle, avec le cas de l’esclavage, l’imbrication étroite de différentes échelles (allant des représentations individuelles aux relations internationales). Mais c’est également ce qu’illustre l’histoire de la « conservation », à travers laquelle il montre que la protection de la nature a longtemps été associée aux classes dominantes et à l’impérialisme colonial. Ce racisme environnemental, qui ne constitue donc en rien une nouveauté, l’épisode Katrina en serait la métonymie. L’auteur s’y attarde donc longuement. Mais, loin de se limiter à des exemples étrangers, il rappelle qu’en France également, la carte des ressources et handicaps environnementaux se superpose à celle des inégalités de niveau social, y compris dans leur dimension raciale (p.33).

 Cependant, cette crise environnementale – qui constituerait selon certains auteurs la « seconde contradiction du capitalisme » (James O’Connor) – ne contribuerait-elle pas à accélérer la fin du système et donc des inégalités elles-mêmes ? En effet, en accroissant le coût des ressources et de la gestion des « externalités négatives » des activités économiques, elle ferait pression à la baisse sur le taux de profit, menaçant à terme le dispositif dans son ensemble. Mais c’est sans compter la capacité du capitalisme à développer des « anticorps » à la crise qui lui permettent non seulement « d’en amortir les effets » mais également « d’en tirer profit » (p.75). R. Keucheyan en propose deux illustrations, qui constituent les parties suivantes de l’ouvrage. Il traite d’abord de la financiarisation de la nature (ce qui lui permet plus largement d’aborder le recours croissant aux instruments économiques et à la mise en marché de l’environnement). Il présente de manière détaillée les dispositifs complexes de l’assurance des risques climatiques, à travers l’exemple de produits financiers « branchés » sur la nature tels que les catastrophe bonds. Il montre que, face à la montée des incertitudes, se développe un fructueux marché de la gestion de risques environnementaux profitant essentiellement aux assureurs et réassureurs. L’auteur de conclure que la crise écologique est ambivalente pour le capitalisme : menace, elle est aussi source de profits, et peut donc faire l’objet d’une véritable « stratégie d’accumulation » (p. 133).

 Le second type « d’anticorps » présenté par l’auteur, c’est la militarisation des enjeux environnementaux. La dernière partie de l’ouvrage développe en effet les conséquences militaires du réchauffement climatique : transformation du rôle des armées sur le terrain (mobilisation croissante dans le cadre des pacifications post-catastrophes, par exemple), redéfinition des stratégies (au moment où la crise écologique contribue à la désagrégation des États les plus faibles au profit de réseaux terroristes), multiplication des « guerres vertes » (animées par la rareté croissante des ressources), etc. Ainsi les militaires, qui avaient perdu de leur pouvoir après la fin de la Guerre Froide, pourraient bien en retrouver dans ce contexte d’incertitudes, et ce d’autant que selon l’auteur, ils « sont aujourd’hui l’un des secteurs des élites (…) à être en mesure de réfléchir sur une durée allant de 30 à 50 ans, la temporalité pertinente pour penser les effets du changement climatique » contrairement à la classe politique, « victime d’un « court-termisme » qui la rend inapte à intégrer le changement climatique (…) » (p. 143). Bref, l’environnement est désormais un enjeu stratégique central, donnant même naissance à ce que l’auteur appelle une « nouvelle écologie militaire » (p.151) qui viendrait compléter la raison humanitaire justifiant aujourd’hui les interventions armées. Au final, la finance et les armées, ces deux « anticorps » du capitalisme, redéfinissent l’environnement selon des intérêts qui n’ont rien d’universels, faisant par là-même de la nature un enjeu des luttes sociales à venir.

 Avec cet ouvrage, Razmig Keucheyan parvient à la fois à combler une lacune importante de la recherche en France (le manque de travaux portant sur la « néolibéralisation » de l’environnement) et à rendre accessible la dimension politique d’objets pourtant très complexes (à commencer par les mécanismes de la finance environnementale). Les conclusions du texte sont d’ailleurs indissociablement épistémologiques et politiques, puisqu’il invite à réintroduire la conflictualité sociale dans les questions environnementales, et ce à tous les niveaux, théorique et pratique. En effet, loin d’en appeler au consensus généralement recherché par l’écologie, que ce soit dans sa version politique (N. Hulot) ou savante (D. Chakrabarty), il encourage à la reconnaissance des clivages ayant pour cause ou pour objet les enjeux environnementaux. Bref, à l’universalisme formel des bonnes intentions, basé sur le déni des oppositions entre groupes sociaux, il oppose un universalisme bien fondé, appuyé sur « la radicalisation de ces oppositions, c’est-à-dire la radicalisation de la critique du capitalisme » (p.13). C’est ce qui l’amène à attribuer à l’État un rôle central, que ce soit en tant qu’objet de réflexion ou qu’enjeu de lutte, puisqu’il constitue l’interface indispensable qui permet au capitalisme d’exercer son emprise sur la nature (p.134).

 Cette articulation entre les dimensions épistémologique et politique pose toutefois certains problèmes, notamment lorsqu’elle oblige à passer outre certains enjeux conceptuels, théoriques ou méthodologiques. On peut par exemple regretter que ne soient pas discutés certains termes, comme celui de « néolibéralisme » (certes fortement chargé politiquement mais dont la définition scientifique fait débat10). Par ailleurs, alors que l’ouvrage rend compte du changement de paradigme qui s’opère actuellement dans le domaine de la gestion de l’environnement, il n’aborde que peu l’une de ses dimensions centrales, à savoir la mobilisation du savoir – notamment dans ses formes scientifiques – dans de tels dispositifs (enjeu pourtant politique s’il en est)11. Quoiqu’il en soit, sur le plan scientifique, l’ouvrage parvient à proposer une présentation construite et problématisée de l’objet, tout en donnant un vaste aperçu des recherches contemporaines dans ce domaine et de leurs résultats. Sur le plan politique, il dessine des axes de travail à venir. Mais surtout, en articulant crise fiscale des États et crise environnementale, il permet de mieux saisir l’un des aspects trop négligés de la crise économique ouverte il y a quelques années.

Par Michel Daccache

(Chercheur associé au CESSP)

1Keucheyan R., Quand la finance se branche sur la nature, Le Monde Diplomarique, mars 2014 pp. 1, 22 et 23.

2Ici, on pense particulièrement aux travaux abordant la question de la mise en marché de biens échappant à la logique marchande classique (Zelizer, V., 1994. Pricing the priceless child. The changing social value of children: Princeton, Princeton University Press; Steiner, P., 2010. La transplantation d’organes: un commerce nouveau entre les êtres humains. Paris: Gallimard; Hauray, B. 2006. L’Europe du médicament. Politique – Expertise – Intérêts privés. Paris: Presses de Sc-Po.…)

3Notamment les travaux proposant une histoire « politique » de l’environnement, tels que : Charvolin F., 2003, L’invention de l’environnement en France : chronique anthropologique d’une institutionnalisation, Paris : La Découverte.

4L’auteur déclare dans un entretien publié dans Le Monde qu’il n’y a pas « (…) de cadre de pensée plus pertinent pour comprendre la crise écologique que le marxisme. Marx lui-même était largement conscient de l’incompatibilité entre la logique du capital et les équilibres naturels » URL : http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/03/29/la-definition-de-ce-qu-est-l-environnement-est-l-enjeu-d-une-bataille-politique_4390540_3260.html

5Le capitalisme contre le droit à la ville : néolibéralisme, urbanisation, résistances, éds. Amsterdam, 2011.

6Marx écologiste, éds. Amsterdam, 2011.

7Payments for ecosystem services as commodity fetishism, Ecological Economics, 69 (2010), 1228-1236.

8Orsini, A. (2011). La biodiversité sous influence? Les lobbies industriels face aux politiques internationales d’environnement. Bruxelles: Editions de l’Université de Bruxelles.

9McCarthy, J., & Prudham, S. (2004). Neoliberal nature and the nature of neoliberalism. Geoforum(35), 275-283.

10Sur la définition scientifique du néolibéralisme, voir: Jeanpierre, L. (2006). Une sociologie foucaldienne du néo-libéralisme est-elle possible? Sociologie et sociétés, 38(2); Castree, N. (2008). Neoliberalising nature: the logics of deregulation and reregulation. Environment and Planning(40), 131-173 ou encore McCarthy, J., & Prudham, S. (2004). Neoliberal nature and the nature of neoliberalism. Geoforum(35), 275-283.

11Sur l’enrôlement de la science dans les dispositifs de mise en économie de l’environnement, voir : Robertson, M. (2006). The nature that capital can see: science, state, and market in the commodification of ecosystem services. Environment and Planning, 24(3), 367 – 387.

 

Razmig KEUCHEYAN, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Zones, 2014 (203 p.).

Vers le site de l’éditeur:

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_nature_est_un_champ_de_bataille-9782355220760.html

 

 

AUTOUR DE « LA NATURE EST UN CHAMP DE BATAILLE »

ENTRETIEN AVEC RAZMIG KEUCHEYAN

 

Le texte s’ouvre sur l’affaire du Comté de Warren (aux États-Unis) où, au début des années 1980, a eu lieu une importante mobilisation contre la création d’un dépôt de produits chimiques dans une zone pauvre, essentiellement habitée par des noirs. Il s’agit d’un cas de « racisme environnemental » qui, par bien des aspects, semble typiquement américain. Pourtant, vous l’élevez au rang de paradigme. Que nous apprend-t-il sur les rapports entre société et environnement ?

 

Une étude statistique publiée cette année par le Journal of Environmental Planning and Management démontre qu’en France, chaque pourcentage supplémentaire de la population d’une ville né à l’étranger augmente de 29% les chances pour qu’un incinérateur à déchets, émetteur de divers types de pollutions, y soit installé1. En d’autres termes, les incinérateurs ont tendance à se trouver plus fréquemment à proximité de quartiers d’immigration récente, car – par exemple – les populations qui s’y trouvent ont une capacité moindre à se mobiliser contre l’installation de ce genre de nuisances environnementales, ou parce que les autorités publiques préfèrent préserver les catégories aisées et/ou blanches.

Le racisme environnemental, par conséquent, n’est pas un phénomène typiquement américain. Bien sûr, l’histoire du racisme aux États-Unis a ses spécificités, tout comme elle a des spécificités dans d’autres contextes nationaux, et notamment en France. Mais la reconnaissance de particularités nationales en la matière ne doit pas conduire à oublier que le racisme en général, et le racisme environnemental en particulier, résultent de la dynamique globale du capitalisme – des formes de ségrégation socio-spatiale auxquelles elle donne lieu – et donc qu’ils sont présents sous des formes diverses partout. C’est la raison pour laquelle le livre s’ouvre sur cette problématique.

J’ajoute que parler de racisme environnemental ne conduit nullement, en ce qui me concerne, à négliger la dimension de classe des rapports sociaux et environnementaux, bien au contraire. Le racisme environnemental est une forme particulière que revêtent les inégalités écologiques, c’est-à-dire les inégalités entre différentes catégories de la population face aux pollutions, à l’accès aux ressources naturelles, ou encore au changement climatique. Dans la perspective que j’essaie de développer, classe, genre, race et environnement sont étroitement imbriqués. Et pour moi, l’approche marxiste est la mieux à même de penser l’interaction dynamique de ces quatre paramètres.

 

Vous évoquez les « anticorps » développés par le capitalisme en réaction à la crise environnementale, notamment la financiarisation de l’environnement (obligations catastrophe, dérivés climatiques, marchés carbone et autres species swaps). Cette financiarisation est-elle anecdotique ou bien l’indicateur d’un changement de paradigme dans les modes de « gouvernance » de l’environnement ?

La financiarisation de la nature n’est pas une nouveauté. Parmi d’autres, l’historien William Cronon a montré que les « dérivés climatiques », par exemple, existent depuis le 19e siècle dans le domaine de l’agriculture2. D’autres mécanismes de marché « branchés » sur la nature, il est vrai, sont plus récents. C’est notamment le cas des marchés carbone ou des obligations catastrophe.

On assiste toutefois clairement à une intensification de la financiarisation de la nature depuis les dernières décennies du 20e siècle, sous l’effet de deux tendances de long terme. D’une part, la financiarisation du capitalisme, c’est-à-dire l’émergence d’un capitalisme à dominante financière, dont l’économiste Cédric Durand vient de publier une pénétrante généalogie3. Cette financiarisation est indissociable de la montée en puissance du néolibéralisme comme « nouvelle raison du monde » dans le dernier tiers du siècle passé.

Deuxième tendance de long terme : le changement climatique, dont l’impact se fait ressentir de plus en plus sur les sociétés et les économies, dans la périphérie du système-monde mais aussi au centre. La financiarisation de la nature se trouve à l’intersection de ces deux processus, c’est d’ailleurs ce qui la rend si intéressante pour les sciences sociales. Au passage, si les « social studies of finance » sont devenues un secteur important et novateur de la sociologie contemporaine, le croisement avec des thématiques issues de la sociologie de l’environnement ne s’est pas encore réellement opéré. L’un des objectifs de mon livre est de concevoir ce rapprochement.

Le capitalisme est un système qui « expérimente » en permanence. Il rencontre des obstacles et des problèmes sur sa trajectoire, et tâche de trouver des solutions afin de les surmonter. Ainsi, aujourd’hui, le changement climatique exerce une pression à la baisse sur le taux de profit. Il génère par exemple des coûts assurantiels de plus en plus élevés, notamment parce que les catastrophes naturelles auxquelles il donne lieu sont à la fois plus nombreuses et plus intenses qu’autrefois.

Un ouragan comme Sandy, qui a frappé la Côte Est des États-Unis en octobre 2012, représente un surcoût de plus de 20 milliards de dollars pour les assureurs, et la courbe des dépenses assurantielles ne va cesser d’augmenter dans les années et décennies qui viennent, du fait du changement climatique, un constat que fait d’ailleurs aussi le cinquième rapport du GIEC rendu public en début d’année. Ce surcoût se transforme immédiatement en hausse des primes d’assurance pour les entreprises susceptibles d’être victimes de ce type d’aléa climatique. D’où la pression sur leur profitabilité.

En ce sens, plus qu’un « mode de gouvernance », la financiarisation de la nature désigne un ensemble de tentatives, de la part de certains secteurs des classes dominantes, et particulièrement la fraction financière du capital (le « capital financier »), de trouver des solutions à cette augmentation des coûts induite par le changement climatique. Des « solutions » du point de vue de la rationalité du capital, et non pas bien sûr de celui des populations affectées par le changement climatique. Il est trop tôt pour dire si ce type de solution va fonctionner. Car dire que le capitalisme expérimente des solutions aux obstacles qu’il rencontre ne signifie évidemment pas qu’il parvient à en trouver à chaque fois…

Dans la dernière partie de l’ouvrage, vous montrez que la crise environnementale pourrait donner aux armées – que vous présentez comme des auxiliaires du capital – l’occasion de retrouver un rôle de premier plan, alors qu’elles avaient été quelque peu reléguées depuis la fin de la Guerre Froide…

J’ai été frappé de constater à quel point les grandes armées de la planète prennent au sérieux le changement climatique, beaucoup plus que la « classe politique ». Une partie du matériau sur lequel mon livre est basé est constitué de rapports rédigés par ces armées à partir du milieu des années 2000 environ, dans lesquels elles réfléchissent aux implications militaires (tactiques, stratégiques, logistiques, en termes d’évolution des armements, etc.) de la crise écologique.

Par exemple, l’augmentation de l’acidité des mers en raison du surcroît de dioxyde de carbone qu’elles contiennent aura des effets sur les sonars de détection sous-marine. Les courants marins disposent de propriétés acoustiques, qui font que le son s’y propage de manière prévisible. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les sous-marins sont équipés de systèmes sensoriels fondés sur ces propriétés. Or, les modifications des propriétés de l’eau pourraient compliquer le fonctionnement de ces sonars à l’avenir, ce qui implique la révision des technologies concernées, mais aussi par conséquent de repenser leur disposition dans les plans tactiques.

Là encore, comme pour la financiarisation, le lien entre guerre et environnement est loin d’être une nouveauté. L’historien John McNeill a par exemple montré que depuis l’Antiquité, faire et gagner la guerre suppose de contrôler l’approvisionnement en bois4. Dans les théories marxistes de l’impérialisme dont je m’inspire, de Marx lui-même à David Harvey et Giovanni Arrighi, l’accaparement des ressources naturelles est à la fois une raison d’être et une condition de possibilité de l’impérialisme.

L’idée que défendent les théories marxistes de l’impérialisme n’est pas que les armées sont des « auxiliaires » du capital. C’est plutôt que l’impérialisme capitaliste se caractérise par la fusion de l’élément politique et de l’élément économique, de ce que David Harvey appelle la « logique capitaliste » et la « logique territoriale ». Cette fusion n’était pas présente, en tout cas pas sous cette forme, dans les impérialismes précapitalistes. L’argument que je développe dans la dernière partie du livre est en effet que la crise écologique débouche sur des nouvelles modalités d’interaction entre ces deux logiques. Ou pour le dire autrement, à ces deux logiques il convient désormais d’en ajouter une troisième : la logique environnementale, qui vient compliquer les interactions entre les deux autres.

De manière plus générale, quels sont les liens entre la crise écologique et la crise économique ?

Prenons un exemple concret. L’une des formes d’inégalités environnementales les plus courantes dans le monde aujourd’hui est la précarité énergétique. Celle-ci se définit par l’absence de moyens de se chauffer, ou par la toxicité anormale des combustibles ou installations employés pour le faire, qui augmentent les risques d’accident domestiques ou industriels.

La Grèce, par exemple, représente aujourd’hui un cas d’école de précarité énergétique. À Athènes, 1 000 euros par an sont nécessaires pour chauffer un appartement de superficie moyenne au fioul. Il n’en faut que 250 pour le chauffer au bois. La paupérisation de la population du fait de la crise conduit nombre de Grecs à choisir la seconde option. Cela a conduit à une augmentation vertigineuse des coupes illégales de bois et à une accélération de la déforestation. Du fait des mesures d’austérité supposées redresser les finances du pays, le nombre de gardes forestiers a été réduit, facilitant d’autant les coupes illégales.

La Direction générale à l’environnement de l’Union européenne – la même Union européenne qui impose ces mesures d’austérité aux Grecs… – s’est alarmée de cette accélération de la déforestation et a invité le gouvernement grec à prendre les mesures qui s’imposent. On estime que la pollution de l’air à Athènes a augmenté de près de 17 % depuis le début de la crise, du fait justement de l’accroissement du chauffage au bois. Mais la Grèce n’est pas seule touchée par la précarité énergétique. En France, en 2012, 230 000 foyers ont vu leur abonnement à l’électricité ou au gaz annulé en raison de leur incapacité à payer les factures, soit 20 % de plus qu’en 2011.

Ce que montre cet exemple, c’est que nous allons vers un monde où ces deux types de crises, économique et écologique, auront tendance à se renforcer l’une l’autre. Il s’agit par conséquent, me semble-t-il, de penser l’ « encastrement » – au sens de Polanyi – croissant des crises économiques dans la crise écologique. La financiarisation de la nature renforce d’ailleurs le lien entre les deux, car les marchés financiers étant sujets à des crises récurrentes, leur « branchement » sur la nature implique la transmission de plus en plus rapide de ces crises à l’agriculture, au secteur de l’énergie, ou encore à l’assurance contre les risques climatiques, par exemple.

 

Vous vous réclamez de la pensée de Karl Marx, à laquelle on a pourtant souvent reproché d’ignorer les enjeux environnementaux. En quoi vous paraît-elle adaptée à la saisie de la crise écologique actuelle ?

Il y a plusieurs façons de répondre à cette question, en voici une. Le principal responsable de la crise environnementale est le capitalisme. Plus exactement, il s’agit du capitalisme industriel, puisqu’il existe des formes préindustrielles de capitalisme (le capitalisme « agraire » ou « marchand »), dont les effets sur l’environnement ne sont pas aussi désastreux que ceux de la variante de capitalisme apparue dans la première moitié du 19e siècle, au moment de la révolution industrielle. Bien sûr, le capitalisme industriel n’est pas le seul système socioéconomique qui surexploite la nature, loin s’en faut. Mais il est le seul à générer un changement climatique global, ce qui n’est pas (du tout) la même chose.

Quatre caractéristiques du capitalisme industriel le rendent particulièrement nocif pour la nature. D’abord, ce système est productiviste, il cherche en permanence à augmenter la productivité des facteurs, seul moyen pour lui d’accroître ses profits. Ensuite, le capitalisme est prédateur, c’est-à-dire qu’il accapare constamment de nouvelles ressources naturelles (la « biodiversité ») pour les transformer en marchandises. En troisième lieu, le capitalisme industriel est connecté à un système énergétique carbone ou fossile, qui emploie jusqu’à les épuiser le charbon, le gaz et le pétrole. Les émissions de gaz à effet de serre générées par ce système énergétique sont les principales responsables du changement climatique. Enfin, le capitalisme est consumériste, il pousse – par l’entremise de la publicité notamment – à la consommation de marchandises, et donc de ressources matérielles, toujours nouvelles, qu’il fait circuler à travers la planète au moyen du système énergétique carbone.

Pour toutes ces raisons, ce que les géologues et climatologues appellent « anthropocène », à savoir la période de l’histoire du système terrestre qui débute au milieu du 18e siècle, qui succède à l’holocène (les 10’000 ans précédents), et lors de laquelle l’espèce humaine est devenue une force géologique agissant sur ses paramètres environnementaux, devrait s’appeler plutôt « capitalocène ». Ce n’est pas l’ « homme » (anthropos) en général qui suscite le changement climatique, mais bien l’homme en tant qu’il est enserré dans le système d’interaction capitaliste5.

Si le marxisme est indispensable pour comprendre la crise écologique, c’est tout simplement parce qu’il fournit la meilleure théorie générale du capitalisme et de ses crises, et particulièrement des crises environnementales que ce système génère. Qu’il existe dans l’œuvre de Marx des aspects « productivistes » ne fait aucun doute. Mais cela n’empêche pas, d’une part, que l’on trouve aussi chez lui une critique des dévastations écologiques induites par la logique du capital6, et de l’autre que son appareillage conceptuel nous aide faire sens de la crise environnementale.

Est-il besoin de préciser que le marxisme dont je me réclame est un marxisme ouvert, critique, non dogmatique, et en dialogue constant avec d’autres traditions de pensée. Au cours de son histoire, le marxisme n’a jamais été meilleur que lorsqu’il a dialogué – et y compris polémiqué – avec d’autres courants. Aujourd’hui, c’est en particulier avec les multiples sensibilités de l’écologie politique que le dialogue critique doit s’établir.

Votre ouvrage invite à faire de l’État un enjeu des luttes écologiques, puisqu’il constitue selon vous une « interface » entre capitalisme et environnement. Concrètement, à quoi pensez-vous ? Quels peuvent être les enjeux pratiques de cette lutte autour de l’État ?

 

L’un des auteurs dont j’essaie de mettre à contribution les thèses dans ce livre est Nicos Poulantzas, le plus grand théoricien marxiste de l’Etat depuis Gramsci. Poulantzas n’est pas particulièrement connu pour son intérêt pour les questions environnementales, même s’il y a chez lui une théorie sophistiquée des « espaces du capital », inspirée notamment des travaux d’Henri Lefebvre. Mais à partir de sa théorie de l’État, qu’il développe notamment dans son dernier livre L’État, le pouvoir le socialisme7, il est possible de réfléchir aux interactions existant entre l’État, le marché et la nature.

L’idée est simple : l’État construit la nature en faveur du capital. Autrement dit, la construction sociale de la nature est avant tout, en régime capitaliste, une construction étatique de la nature, qui se déroule aux différentes échelles auxquelles l’État opère, du local à l’international. Soit dit en passant, dans les courants « constructivistes » qui s’intéressent à ces questions, chez Bruno Latour par exemple, l’État est à peu près complètement absent, tout comme sont absentes les questions d’inégalités environnementales, d’impérialisme et de financiarisation évoquées à l’instant.

Afin de pouvoir être exploitée durablement, la nature doit être organisée ou « configurée » par l’État. Ainsi, au plan légal, l’État émet des droits de propriété sur les espèces naturelles (par exemple dans le cadre des mécanismes dits de « compensation » mis en place par la Caisse des dépôts8), ou sur les particules de CO2 dans le cadre des marchés carbone. Il permet ainsi à des opérateurs privés de tirer profit de leur commerce. Ou encore au plan statistique : compter et administrer les ressources naturelles est une des principales activités de l’État depuis au moins les physiocrates au XVIIIe siècle (physiocratie signifie « gouvernement par la nature »), activité qui est toujours liée à la valorisation de la nature.

L’État organise donc la nature et la met à disposition du capital. Générer de la valeur capitaliste suppose de produire et de détruire sans cesse de la nature. Le capital n’y parvient cependant pas seul, il a besoin pour cela du concours d’une entité à laquelle il puisse confier les tâches qu’il ne peut accomplir : l’État.

Plus généralement, en régime capitaliste, le rapport entre l’accumulation du capital et la nature est amorti ou articulé par l’État. La logique du capital est sans limite. Le capitalisme, comme disent Max Weber ou Fernand Braudel, consiste en une accumulation « illimitée » de richesses. Livrée à elle-même, cette logique tire profit des ressources naturelles à sa disposition jusqu’à les épuiser. Elle est, pour cette même raison, incapable de gérer les effets néfastes du processus productif, ce que les économistes néoclassiques appellent les « externalités négatives » : pollutions, épuisement des stocks, atteintes à la santé, crises économiques, conflits… Pour tout cela, il y a l’État. En régulant l’accès aux ressources et en prenant en charge les conséquences négatives du développement économique, celui-ci œuvre en faveur des intérêts de long terme des classes dominantes et permet que la nature puisse être exploitée durablement.

C’est la raison pour laquelle la question centrale pour tout mouvement écologiste est en dernière instance la question de l’État. Autrement dit, l’objectif d’un tel mouvement devrait être de défaire le triptyque que forment le capitalisme, la nature et l’État, et d’empêcher que ce dernier œuvre en faveur des intérêts du capital. Comme dit Poulantzas, l’État n’est pas un « bloc monolithique », mais un « champ stratégique », où différentes forces sociales s’affrontent en permanence. La question de l’environnement promet d’être, dans les décennies qui viennent, l’une des principales batailles autour desquelles s’organise ce champ…

Entretien réalisé par Michel Daccache

Chercheur associé au CESSP

1 Lucie Laurian et Richard Funderburg, « Environmental justice in France ? A spatio-temporal analysis of incinerator location », in Journal of Environmental Planning and Management, vol. 57, 3, 2014.

2 William Cronon, Nature’s Metropolis. Chicago and The Great West, New York, W. W. Norton, 1992.

3 Voir Cédric Durand, Le capital fictif. Comment la finance s’approprie notre avenir, Paris, les Prairies ordinaires, 2014.

4 John McNeill, “Woods and Warfare in World History”, Environmental History, 9 (3), 2004.

5 Voir Andreas Malm et Alf Hornborg, « The geology of mankind? A critique of the anthropocene narrative”, in The Anthropocene Review, janvier 2014.

6 Voir John Bellamy Foster, Marx’s Ecology. Materialism and Nature, New York, Monthly Review Press, 2000.

7 Voir Nicos Poulantzas, L’État, le pouvoir, le socialisme, réédition, préface de Razmig Keucheyan, Paris, les Prairies ordinaires, 2013 (première édition : 1978).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *