Note pour une sociologie des citations

Par Louis Pinto

Mark Lombardi, BCCI-ICIC & FAB, 1972-91 (Fourth Version), Pierogi Fallery, URL: http://www.pierogi2000.com/artists/mark-lombardi/#jp-carousel-2014
Mark Lombardi, BCCI-ICIC & FAB, 1972-91 (Fourth Version), Pierogi Gallery, URL: http://www.pierogi2000.com/artists/mark-lombardi/#jp-carousel-2014

La pratique de la citation dans la littérature savante nous semble tellement aller de soi que nul ne saurait aujourd’hui la contester. En quelques décennies, elle s’est vue soumise à des règles plus ou moins explicites. Alors que l’essayisme se distingue, entre autres par des références maigres, peu spécifiques, le discours de spécialiste à l’adresse des pairs impose comme exigence la maîtrise d’une grande diversité de textes. En outre, la forme de la citation tend à être de plus en plus codifiée. Doit-on penser, pour autant, que ce sont les seules nécessités internes de l’argumentation scientifique qui commandent cette pratique ? En dehors de celles-ci, il faut bien faire la part d’un certain nombre de considérations qui relèvent de registres très divers.

Saisir la signification et la portée des noms cités dans un article et/ou un livre scientifique et de leurs propriétés sociales fait d’abord partie de la compétence pratique que les professionnels engagent dans leur lecture, les situations les plus fréquentes étant la lecture directement intéressée pour des raisons de spécialité, la lecture d’évaluateur ou de « referee », la lecture de spécialiste effectuée pour se tenir au courant, et enfin, la lecture de curiosité, voire de culture générale. Si certains noms cités sont familiers aux lecteurs et même parfois tenus pour incontournables, d’autres leur apparaissent, selon les cas, nouveaux, originaux, étranges ou déplacés. Et, que ce soit en vertu d’un souci d’équité envers des précurseurs, des pairs et, bien souvent, des concurrents, ou en vertu d’une préoccupation pédagogique de mise en perspective, ils peuvent aussi être étonnés de ne pas trouver des références qui auraient semblé devoir figurer.

L’objectivation de cette compétence citationnelle fait partie des conditions de la réflexivité scientifique et l’on peut d’autant plus s’étonner qu’elle soit en quelque sorte méconnue et abandonnée au simple flair de connaisseurs capables de reconnaître rapidement et sûrement la diversité des répertoires sociaux où s’inscrivent les noms. Si la sociologie spontanée pratiquée par les initiés est difficile à expliciter, c’est sans doute parce que, étant trop étroitement liée au point de vue occupé dans l’espace des positions scientifiques et universitaires, elle se voit reléguée dans les régions semi-officieuses des propos de couloirs, des « cuisines » de la profession, et ne peut prétendre à l’objectivité que requiert l’idée normative de Cité savante. Cet exercice d’explicitation (« si X est cité dans ce texte, c’est parce que X possède les propriétés a, b, c… ») serait pourtant hautement intéressant et pour la connaissance des catégories de pensée des agents et pour la connaissance de l’état du champ où elles sont à l’œuvre1.

Faute d’un dispositif d’enquête prêt à fonctionner2, on peut suggérer quelques pistes pour s’orienter dans le foisonnement des citations. On peut prendre pour hypothèse que, de façon générale, l’acte de citer reflète (objectivement aussi bien que subjectivement) la position occupée dans le champ, position qui commande la sélection et la hiérarchisation des textes et des auteurs.

Entre les citations, l’opposition la plus immédiatement visible, et la moins contestable, est celle que l’on peut établir entre la bibliothèque usuelle et la bibliothèque officielle, la première étant constituée de références efficientes pour les données ou pour l’argumentation, la seconde semblant surtout avoir une fonction d’ostentation de conformité, ce qui est le cas pour toutes ces références sans suite et sans effet dont on ne sait que faire. Sans que cela soit clair pour eux-mêmes, les auteurs sont partagés entre une logique scientifique revendiquée (maîtrise de l’état des savoirs) et une logique académique (score élevé de citations : « il/elle a une biblio de 30 pages ») dont le poids effectif ne peut qu’être voué à la dénégation collective. Le système des citations à l’anglo-saxonne favorise cette inclination à l’ostentation puisqu’elle contribue à mêler au meilleur coût le renvoi à des sources, la mention en passant, l’invocation d’analyses exemplaires, la désignation d’adversaires. L’académisme est inscrit dans la situation d’épreuve, plus ou moins à l’arrière-plan de la production des discours de spécialistes, que les nouvelles exigences des luttes pour « l’excellence » diffusées par la doxa de la politique universitaire européenne tendent à renforcer. Il consiste essentiellement à écraser par le volume de références les concurrents réels ou potentiels, même si la plupart d’entre elles sont manifestement décoratives et inertes. Le lecteur confronté à des citations abondantes doit admirer des prouesses d’érudition qui permettent de combiner la littérature spécialisée et des références obligées, le plus souvent régies par des associations mécaniques à des mots clés (Max Weber étant irrésistiblement appelé par rationalité, bureaucratie, désenchantement, etc.). Tel auteur cité permet de monter en généralité théorique, tel autre d’attester de l’exhaustivité et de la précision des savoirs. Et l’on peut aussi simplement « se couvrir » en mentionnant, au passage et sans insister, un auteur auquel on ne tient pas plus que ça, que l’on cite sur un point secondaire en ignorant tout le travail de construction d’objet et d’argumentation du texte considéré.

Une deuxième opposition découle du degré de compétence spécifique des auteurs. Plus cette compétence est modeste, plus c’est la seule bonne volonté savante qui permet de s’orienter. Celle-ci est à l’œuvre, par exemple, dans des citations de fortune attribuant avec candeur à l’auteur d’un texte récent (parfois un juge à ménager) des idées qui appartiennent à bien d’autres, qui sont beaucoup plus anciennes, ou bien qui sont indéterminées ou très générales et même banales. Ce qui se trahit en ce cas est une incapacité de prendre la bonne perspective pour situer un problème, une notion, un cadre d’analyse, un programme de travail, comme si le monde scientifique, dépourvu d’épaisseur, n’existait que depuis l’avant-veille et que l’auteur cité était le premier, voire le seul, à pénétrer dans des zones jusqu’alors inexplorées. La maîtrise médiocre de l’univers des références se révèle dans des formes plus ou moins naïves (ou, à l’inverse, prétentieuses) de stratégie distinctive. On peut penser d’abord aux citations œcuméniques, celles qui ne mangent pas de pain : on cite Howard S. Becker sans intention précise, parce qu’il le faut bien s’agissant de parler d’outsiders ou des « mondes de l’art » et, surtout, parce que l’on devine que ce sociologue convient à peu près à tout le monde. D’autres citations trahissent l’effort d’être dans le coup : l’idée de « résistance » des dominés tenue pour extraordinairement malicieuse se voit placée sous l’emblème d’auteurs tels que James C. Scott, tacitement crédité du mérite d’avoir, le premier, affranchi les sciences sociales de leur arrogance ethnocentrique et de nous apporter la révélation d’une créativité populaire insoupçonnée. À travers ce type de citations, on obtient une mesure assez précise de l’état de l’opinion commune et de ses effets chez les apprentis.

Plus on élève le niveau d’ambition théorique, plus l’ancrage dans la recherche empirique se distend. C’est alors que peuvent prospérer les auteurs les plus prestigieux, garants d’une grande culture, qui n’ont pas besoin d’être confrontés trop précisément au tribunal de l’expérience. Selon les goûts de chacun, ce sont des personnalités importantes situées aux frontières de la philosophie et des sciences sociales qui font l’affaire : Theodor Adorno, Hannah Arendt, Judith Butler, Michel Foucault, Antonio Gramsci, Jürgen Habermas, Paul Ricœur, Richard Rorty (mais attention : il faut ici éviter de donner à penser que l’on cherche à noyer de maigres données sous une vague de mots). Enfin, on ne peut exclure des usages délibéremment stratégiques des citations : plusieurs auteurs présents dans des comités de rédaction et abonnés à des jurys de thèses doivent leur présence, on peut le soupçonner, moins à la fécondité de leurs travaux qu’à l’importance de leur capital social, capital qui est tel qu’il est jugé imprudent ou impudent de les ignorer (le cas-limite est celui d’un membre de jury de thèse auquel est attribué au moins une mention d’honneur dans le texte ou en bibliographie). Il faut aussi s’abstenir d’irriter des juges qui pourraient trouver trop insistantes les références à des rivaux ou à des adversaires.

Il reste enfin une opposition entre usages positifs et usages négatifs des citations. À côté des références censées contribuer assez directement au travail de recherche, il existe une catégorie de références plus ou moins ouvertement polémiques, où des auteurs sont pris à partie, critiqués, contestés. Une distinction s’impose ici qui mesure les risques encourus et fournit donc un indicateur de courage intellectuel (ou, inversement, de soumission docile à l’état des rapports de force dans le champ considéré). Alors que quelques unes défient le cours des choses académiques en prenant pour cibles les puissants, les défenseurs d’une doxa, les spécialistes de leur domaine, d’autres sont parfaitement inoffensives pour autant qu’elles visent des auteurs éloignés des enjeux considérés, dépourvus de pouvoir temporel ou d’autorité intellectuelle ou même, des auteurs connus ou consacrés mais faisant débat (Durkheim, Elias…). Certaines, enfin, peuvent être relativement payantes lorsque, avec un faible coût argumentatif, elles visent des auteurs consacrés qui sont présumés incarner des travers reconnus par l’opinion commune d’après l’état des critères d’appréciation du moment (Bourdieu et le « déterminisme » comme forme actuelle de « péché théorique »).

L’analyse des auteurs absents serait la dernière phase d’une sociologie des citations. Par nature, elle est peut-être la plus difficile à réaliser puisqu’elle présuppose que certains auteurs auraient dû figurer aux côtés des présents. Si l’on exclut les cas d’ignorance pure et simple, il reste à prendre en compte tous les autres qui peuvent relever de stratégies de sanction (faire silence sur un auteur jugé « nul ») ou d’évitement (on peut ne pas citer un auteur que l’on ne tient pas digne d’une mention même polémique), de censure (ne pas citer un auteur que tout, en fonction de l’état des savoirs, portait à nommer), la distinction entre ces différentes stratégies étant elle-même parfois difficile à établir. Selon les cas, il s’agit d’incompétence avérée, de méconnaissance assumée, de lâcheté ou de défi. Pour savoir distinguer entre ces cas, il ne suffit pas de posséder une compétence indigène de sociologue, encore faut-il, à propos de cette compétence, poser aussi des questions de sociologue.

Par Louis Pinto,

Sociologue, Directeur de recherche, CNRS

  1. À ma connaissance, l’un des rares sociologues à s’être engagé (en sociologue) dans cette direction est Luc Boltanski dans « Note sur les échanges philosophiques internationaux », Actes de la recherche en sciences sociales, 1975/5-6, p. 191-199. Les études bibliométriques ont, quant à elles, un objectif qui n’est pas de mesurer les modalités de la compétence professionnelle des individus mais plutôt l’impact ou la notoriété des auteurs cités (voir Yves Gingras, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Paris, Raisons d’Agir, 2014). Récemment, des travaux se sont engagés dans une sociologie des citations centrée sur les stratégies des auteurs : voir notamment de Béatrice Milard, « Les autocitations en sciences humaines et sociales. Pour une analyse de la dynamique des collectifs cognitifs », Langage et société, 2012/141, « Quelles sociabilités derrière les références bibliographiques ? Citations et relations sociales », Socio-logos, 2013/8, « Réseaux et entourages citationnels en chimie : quatre types d’implications dans la recherche », L’année sociologique, 2014/1. []
  2. Par exemple : collecter des commentaires oraux d’auteurs sur la signification de leurs citations dans l’un de leurs textes, et/ou de referees (qui acquiescent tacitement aux citations proposées, s’en étonnent, s’indignent de lacunes « impardonnables »). []

Une réflexion sur « Note pour une sociologie des citations »

  1. Beau texte qui ouvre quelques pistes de recherche dans le domaine de la sociologie des sciences, des connaissances et des intellectuels. Il esquisse d’une part les fondements d’une sociologie de la citation reposant sur la construction sociologique de l’espace citationnel et l’approche de la citation comme pratique, et propose d’autre part une première classification des formes de citations possibles en fonction de leur signification sociale.
    Par ailleurs, en interrogeant ce qui ne semble être qu’un point de détail, ce texte aborde en réalité un sujet d’autant plus important qu’il se trouve dans un rapport métonymique aux transformations actuelles du monde de la recherche. Transformations que l’on désigne généralement de l’expression de « dérive de l’évaluation ». En effet, la citation occupe une place centrale dans les stratégies académiques, à l’heure où l’évaluation de la recherche tend souvent à se réduire au simple contrôle du respect des formes (or citer c’est d’abord « y mettre les formes ») et à l’appréciation purement quantitative des produits de l’activité scientifique. Le volume des citations (indépendamment de leur valence, positive ou négative) est d’ailleurs de plus en plus mobilisé dans la construction des pedigrees académiques, notamment du fait des possibilités nouvelles offertes par les algorithmes (« index » et « facteurs » divers) permettant à tout un chacun d’attester chiffres à l’appui de ses performances citationnelles. De plus, cette invitation à réaliser une sociologie véritablement sociologique des citations a aujourd’hui d’autant plus de valeur que des méthodes d’objectivation plus ou moins inspirée de la sociologie promettent de régler le problème de la citation en tant que problème scientifique (par exemple, le logiciel Citespace, qui propose de réaliser facilement des analyses de réseaux de citations ou de co-citations). Or, restituer le « sens » d’une citation implique, au-delà d’une approche quantitative, le déploiement d’un protocole de recherche rigoureux, tel celui proposé par Louis Pinto.
    Au vu de cette « dérive de l’évaluation », on pourrait ajouter une modalité de citation supplémentaire à celles proposées par Louis Pinto. Celle-ci serait associée au recours massif aux algorithmes et fonctionnerait sur le principe de la « boule de neige ». On peut en effet faire l’hypothèse que le choix de citer tel ou tel auteur résulte de moins en moins de la seule intuition sociologique, produit d’un parcours de recherche spécifique et d’un travail bibliographique raisonné, que de la conformation à la normativité du chiffre. Plus un auteur apparaîtra comme central au sens de la sociologie des réseaux (par exemple dans le cadre d’une analyse de co-citations comme on peut en réaliser sous Citespace) plus on aura tendance à le citer afin de s’épargner le reproche d’ignorer un incontournable. D’où certains effets proprement « spéculatifs » conduisant à une déconnexion entre la valeur scientifique d’un texte (évaluée à l’aune de critères spécifiques) et sa valeur sur le marché de la citation.
    Ainsi, ce texte rappelle que la citation peut être appréhendée comme une forme de capital spécifique. Or ce capital et ses modalités de fonctionnement échappent encore largement à l’objectivation sociologique, tant les conditions sociales de la citation sont en général ignorées au profit d’approches purement quantitatives et peu réflexives.

    Michel Daccache,
    Chercheur associé au CESSP
    Chercheur à l’Université de Liège

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *