Maurice Halbwachs / « La psychologie collective » / Paris, Flammarion (coll. Champs classiques) / Paris, 2014

LaPsychologieCollective_Couv-303x500La psychologie collective. Sous ce titre est présenté un ensemble de cours publiés sous forme de fascicules par le Centre de documentation universitaire en 1938 et 1942. La question des frontières entre sociologie et psychologie posée entre sociologues d’une part, et entre sociologues et psychologues d’autre part, a constitué pour l’école durkheimienne un des débats les plus importants. Plusieurs de ses membres poussaient à la conciliation. Maurice Halbwachs est l’un de ceux qui ont affirmé, dans la ligne de Durkheim, la spécificité du fait social et de la nouvelle discipline. Les cours passent en revue les grands thèmes de la psychologie qui sont aussi ceux des ouvrages de philosophie de l’époque (concepts, catégories, raisonnement, mémoire, perception, émotions…) afin de montrer la part déterminante du social dans les activités mentales. Mais ils montrent aussi que le sociologue est loin de se détourner du domaine psychique (rappelons que la chaire du Collège de France avait pour intitulé « Psychologie collective »). En conclusion, Halbwachs revient sur « deux questions générales » sous-jacentes à ses cours, celle de la « position de la psychologie collective, par rapport à la psychologie individuelle », celle de la « place de la psychologie collective dans l’ensemble de la sociologie » (p. 261). Sur le premier point, pas de doute : la psychologie collective ne saurait être absorbée par la psychologie des psychologues. Sur le second, Halbwachs est conduit à soutenir que la psychologie collective est coextensive à la sociologie, thèse qui n’est aucunement remise en question par l’argument de l’extériorité du social : ni les techniques ni les institutions ni la morphologie sociale qui sembleraient plaider pour l’irréductibilité de la sociologie à la psychologie « ne peuvent être étudiées et expliquées sans qu’on cherche, derrière eux, des faits mentaux, des faits de psychologie collective ». Réponse qui est d’ordre plus épistémique qu’ontologique puisqu’elle s’adresse à ceux qui veulent étudier et expliquer plutôt que dire ce dont le monde social est fait.

La psychologie collective contient une édition critique exemplaire grâce à la présentation à la fois documentée et pertinente et aux notes précises de Thomas Hirsch. Le lecteur disposera de matériaux essentiels pour répondre à la question de savoir jusqu’à quel point Halbwachs aura été, comme il l’estimait, « plus durkheimien que Durkheim lui-même » (p. 25).

Louis Pinto,

Sociologue, Directeur de recherche au CNRS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *