Arnault Skornicki & Jérôme Tournadre / « La nouvelle histoire des idées politiques » / La Découverte (Coll. Repères) / Paris, 2015

nouvelle-histoire-des-idées-politiques-avec-bordureMéthode et objet, on le sait, vont de pair. On peut, soit s’abandonner aux évidences routinisées des commentaires savants (« la pensée de Benjamin Constant »), soit tenter de problématiser ce lien, comme le fait ce livre. En fait, ce n’est pas d’une seule nouvelle histoire des idées politiques dont il parle, mais de plusieurs. Ce qui les réunit est une rupture plus ou moins affirmée avec une histoire traditionnelle caractérisée par la prétention à isoler des contenus – les « idées politiques » – et à en rendre compte par les moyens de l’analyse interne. Pour les nouvelles histoires, les idées ne sont pas des entités autonomes, assignables à des auteurs et à des écoles déterminés, mais des productions ancrées dans un contexte socio-histoirique et, du coup, leur délimitation, donc le corpus pertinent pour l’analyse, font problème. Quentin Skinner, représentant de l’école dite de Cambridge avec John Pocock, met en cause un ensemble de mythologies, celle des doctrines, celle de la cohérence des auteurs et celle de l’anachronisme. Les « penseurs » agissent avec leurs mots plus ou moins flous, en s’orientant vers des destinataires dotés d’un certain équipement verbal et cognitif, et ce dans un contexte social doté d’enjeux plus ou moins urgents. Les perspectives de Reinhart Koselleck et de Michel Foucault semblent, malgré de profondes différences, aller dans le même sens. Dans la seconde moitié du texte avec de tout autres instruments, on se trouve en face d’une histoire sociale des idées qui se démarque des approches précédentes par l’intérêt porté aux agents qui produisent ou qui s’approprient les discours : la terminologie est plutôt celle des trajectoires sociales, des rapports de force, des « champs » (Bourdieu). Plusieurs travaux sont cités et analysés.

L’ouvrage est très riche, il comporte de nombreuses références à des auteurs contemporains importants (Roger Chartier, E.P. Thomson, etc.), il est illustré par des analyses de cas éclairantes. On pourra seulement lui reprocher une sorte d’ethnocentrisme « politiste » qui s’affiche dans le titre : alors que les méthodes de ces nouvelles histoires sont loin d’être spécifiques d’un domaine d’objets, l’adjectif « politique » semble trouver sa justification dans un objet présumé ne pouvoir se confondre avec d’autres. Cette ambiguité fait donc, et c’est une bonne chose, que trois sortes de lecteurs en tireront profit : des historiens des idées, des praticiens de la sociologie historique des productions culturelles et des politistes tournés vers l’histoire.

Louis Pinto

Sociologue, directeur de recherche au CNRS (CESSP)

Pour retrouver ce livre sur le site de l’éditeur, cliquer ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *