Compte rendu de : Benjamin Lemoine, L’ordre de la dette & Bruno Tinel, Dette publique : sortir du catastrophisme – par Julien Duval

Présentation par Julien Duval à « Lire les sciences sociales » le 26 avril 2017 de :

Benjamin Lemoine, L’Ordre de la dette, Paris, La Découverte, 2016 ; Bruno Tinel, Dette publique : sortir du catastrophisme, Paris, Raisons d’agir, 2016.

Depuis 1950, le ratio exprimant l’endettement public des pays du G7 en pourcentage du PIB, a suivi une « courbe en U » : il a baissé jusque vers le milieu des années 1970 puis est reparti à la hausse, retrouvant à peu de choses en 2010 son niveau de 19501 . Ce retour d’une dette importante occupe aujourd’hui une place de premier plan dans le débat économique et politique. Souvent dramatisante, la vision qui prévaut impute le « problème » au volume des dépenses publiques et en appelle à la réduction de ces dernières. Tous deux parus au printemps 2016, les livres de Benjamin Lemoine, L’Ordre de la dette, et de Bruno Tinel, Dette publique : sortir du catastrophisme, s’emploient à porter un regard différent sur la question de la dette.

Pour Bruno Tinel qui s’inspire à la fois d’une approche keynésienne et d’une tradition marxiste, l’élévation du ratio dette/PIB résulte pour une part décisive des orientations politiques qui dominent depuis près de 40 ans (et qui de manière très paradoxale restent présentées aujourd’hui comme les solutions au problème qu’elles ont créé). Benjamin Lemoine reconstitue quant à lui comment « le problème de la dette » en est venu à se constituer sous la forme qui est aujourd’hui la sienne en France : une série d’arbitrages ont progressivement modifié le mode de financement de l’État qui avait été mis en place après la deuxième guerre mondiale et un travail de visibilisation a été mené, au cours des vingt dernières années, pour placer la dette publique au centre du débat économique. Au terme de leurs analyses respectives, Benjamin Lemoine et Bruno Tinel rapportent tous deux la question de la dette à une analyse des rapports de classes et de leurs évolutions sur la période contemporaine. Les deux livres, chacun à leur façon, font la démonstration que la question de la dette peut être formulée en de nouveaux termes et assument les implications politiques de leurs analyses : si le « problème de la dette » peut être posé autrement qu’il ne l’est habituellement, il peut aussi être « résolu » autrement.

Actualité de l’analyse keynésienne et des conflits de classes

Au risque de reconduire le primat – traditionnel mais discutable, comme le rappelle Benjamin Lemoine (p. 26) – accordé à l’économie sur la sociologie et à l’approche « macro » sur l’approche « micro », cette présentation gagne peut-être à introduire d’abord le livre de Bruno Tinel qui se donne plus explicitement pour but de donner un aperçu général et pédagogique de la question de la dette, là où l’ouvrage de Benjamin Lemoine est plus proche d’un livre de recherche proprement dit.

Comme son titre l’indique, Dette publique : sortir du catastrophisme vise en priorité à bousculer la vision alarmiste, selon laquelle le laxisme budgétaire aurait conduit, depuis l’année 1980, à l’accumulation d’un volume de dette très préoccupant. Selon un lieu commun (rappelé – et discuté – par Benjamin Lemoine), Raymond Barre aurait été le dernier premier ministre français à avoir présenté un budget en équilibre : l’État aurait cessé de gérer son budget en bon père de famille et se serait mis à dépenser plus qu’il ne gagne (ou ne peut gagner), une stratégie qui conduirait tout ménage ou toute entreprise à la faillite ou à la ruine. Dans le premier chapitre de son livre, qui constitue une forme de prologue, Bruno Tinel réfute ces analogies faciles, en rappelant combien l’État est un agent économique particulier : il dispose par exemple du monopole fiscal et a la possibilité à ce titre de pouvoir déterminer lui-même le niveau de ses ressources, possibilité interdite à un ménage ou à une société. De même, un titre de la dette publique arrivé à son terme peut être remboursé par l’émission d’une nouvelle dette. La vision dominante ignore cependant ces objections. Répétant que la dette est trop élevée, ses tenants en appellent à une réduction des dépenses publiques. Ils présentent la dépense publique comme un facteur de déséquilibre, à l’instar de l’analyse économique « standard ». Les économistes keynésiens avaient pourtant fait valoir en leur temps que les situations d’équilibre ne sont pas la norme et que la dépense publique, loin de n’avoir que des inconvénients, a des bienfaits, ne serait-ce que parce qu’elle stimule la demande. En ce sens, l’évidence dont la vision dominante bénéficie aujourd’hui est inséparable de la contestation de l’analyse keynésienne qui s’est généralisée au cours des dernières décennies chez les économistes et dans les milieux politiques et administratifs.

Le deuxième chapitre s’emploie à montrer qu’au contraire l’analyse keynésienne, et notamment les grands arguments en faveur de l’intervention publique dans une situation où le plein emploi n’est pas réalisé (et il ne l’est pas aujourd’hui), conserve une grande validité. Le choix d’une politique de dépenses publiques orientée vers la demande pourrait même conduire à réduire le ratio de la dette sur le PIB qui est au centre aujourd’hui de toutes les attentions, parce qu’il permettrait une augmentation du dénominateur du ratio. Parmi beaucoup d’autres arguments, Bruno Tinel refuse de traiter la « courbe de Philips » comme une vieillerie keynésienne : aujourd’hui comme hier, il y a un choix à opérer entre l’objectif qui consiste à contenir l’inflation et celui qui vise le plein emploi, et c’est le premier qui a été systématiquement privilégié depuis plus de trente ans. La priorité donnée à l’inflation n’est pas neutre socialement. Elle est en outre doublement contradictoire avec l’objectif affiché de réduire le ratio de la dette sur le PIB puisqu’elle comprime la demande tout en valorisant les titres de la dette (l’inflation est l’une des réponses traditionnelles de la résorption de la dette publique). De façon générale, le chapitre accumule les arguments en faveur d’une analyse keynésienne. Pour Bruno Tinel, l’analyse économique « standard » qui est revenue en force depuis la fin des années 1970 pose de faux diagnostics et préconise, du même coup, de mauvaises solutions. Les plaidoyers pour un retour à un équilibre budgétaire ignorent qu’« un budget public qui serait toujours équilibré en moyenne n’est tout simplement pas compatible avec la réalisation d’un niveau suffisant de la demande » (p. 66).

Le troisième chapitre montre qu’un élément-clé de l’élévation du ratio dette/PIB réside dans les politiques menées depuis près de 40 ans, après le tournant symbolisé aux États-Unis par la décision du directeur de la Réserve fédérale d’augmenter brutalement en 1980 les taux d’intérêts et, en France, par l’adoption de la « désinflation compétitive » en 1983. Depuis les années 1980, les politiques néo-libérales se sont généralisées et leurs différents volets (recherche de la « valeur actionnariale », politique fiscale en faveur des plus aisés, remise en cause du droit du travail et des droits sociaux, libéralisation du système bancaire et des échanges de capitaux et de marchandises, politiques de dérèglementation et de privatisation, …) ont contribué à l’augmentation du chômage, de la pauvreté et des inégalités, comme à l’envol de la dette. Le chapitre expose les mécanismes par lesquels ces politiques ont accru la dette, sans négliger l’évolution, liée à la financiarisation de l’économie, qui a conduit l’État à se financer, non plus au travers du « circuit du trésor », mais sur les marchés financiers2. Le chapitre se termine par une simulation : sans un certain nombre de mesures d’inspiration néo-libérales prises au cours des quarante dernières années, la dette, exprimée en pourcentage du PIB, serait aujourd’hui sensiblement plus faible.

Le quatrième chapitre porte sur la période postérieure à la crise bancaire de 2008. Bruno Tinel évoque les politiques de relance engagées en réponse à la crise mais souligne aussi leur modestie. Globalement, la crise de 2008 n’a pas conduit à modifier en profondeur les orientations politiques. Au contraire, elle les a presque renforcées. En Europe, les inégalités entre les pays les plus endettés et les autres se sont accrues et si une forme de solidarité a été introduite, c’est au prix d’une extension de la tutelle exercée par des organismes inter ou supranationaux non démocratiques (Commission européenne, BCE et FMI). La crise a provoqué une aggravation des déséquilibres qui l’ont produite. Aujourd’hui, la dépense publique continue de stagner et l’endettement public d’augmenter. L’analyse de la période post-2008 fournit, en fait, un argument supplémentaire en faveur de politiques orientées vers une stimulation de la demande. Pour Bruno Tinel, le souci de l’intérêt général devrait notamment conduire à faire des investissements publics dans des secteurs comme la santé, l’éducation, le logement, les énergies renouvelables ou les services pour la petite enfance ou les personnes dépendantes. Le chapitre se termine sur une nouvelle simulation qui suggère les bienfaits d’une politique qui reposerait sur un accroissement, même faible, de la dépense publique.

Le dernier chapitre et la conclusion montrent que l’enjeu principal n’est pas la dette en soi. Ce n’est pas non plus la question des rapports entre générations souvent mise en avant au motif que les générations à venir hériteront de la dette accumulée aujourd’hui ; cet argument néglige notamment le fait que les générations à venir compteront également, en leur sein, ceux qui hériteront des titres de dette. Ce sont d’abord les rapports de classe qui sont en jeu. Les classes possédantes tirent profit de la dette en tant que détentrices des titres de dettes. Surtout, les politiques qui ont produit la dette, et celles qui sont aujourd’hui menées au nom de sa réduction, se sont largement opérées en leur faveur. La dette, et la manière dont elle est très généralement appréhendée aujourd’hui, est l’expression de transformations marquées, ces quatre dernières décennies, par une dégradation des rapports de classes au détriment des plus pauvres. Dans ces conditions, les questions liées à la fiscalité apparaissent comme beaucoup plus importantes que le problème beaucoup plus médiatisé de « la dette ».

La genèse de l’ordre de la dette

Le livre de Benjamin Lemoine reconstitue, en suivant un ordre chronologique, le processus par lequel « l’ordre de la dette » s’est institué en France dans le débat politique. Il se centre sur un certain nombre d’épisodes privilégiés, en montrant qu’à chacun de ces épisodes plusieurs possibles étaient en concurrence.

La première partie qui remonte aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale met en valeur les évolutions qui ont progressivement affecté le mode de financement des déficits publics. Dans le contexte de reconstruction de la fin des années 1940, est mis en place le « circuit du Trésor » : les institutions financières déposent au Trésor les ressources qu’elles collectent et, pour financer les déficits, le Trésor émet des bons dont il fixe lui-même les taux d’intérêt. Dans les décennies d’après-guerre, « l’État a l’avantage et se finance hors marché ». Benjamin Lemoine insiste néanmoins sur le fait que ces conceptions n’ont jamais fait l’unanimité, certains hauts fonctionnaires ne les ayant jamais été acceptées que comme une réponse provisoire au contexte exceptionnel de la reconstruction. Elles ont toujours coexisté avec des conceptions plus libérales, plus monétaristes, qui mettaient en garde contre les risques de l’inflation. Du désaccord entre François Bloch-Lainé et Pinay en 1952 à la nomination de Valérie Giscard d’Estaing comme ministre des finances, Benjamin Lemoine évoque plusieurs épisodes qui, dans les années 1950 et 1960, voient progresser le projet de « démanteler le circuit du Trésor » et de faire en sorte que celui-ci se mette à emprunter, et non pas à collecter, ses ressources. L’évolution connaît des périodes de ralentissement mais elle va toujours dans le sens d’une délégitimation croissante des techniques de l’après-guerre. Dans les années 1970, les fonctionnaires du Trésor commencent à mettre en place des marchés de l’épargne ouverts à des souscripteurs internationaux. La gauche qui arrive au pouvoir en 1981 se heurte très vite à une administration déjà largement acquise au principe du financement de l’État sur les marchés. Benjamin Lemoine évoque quelques uns des acteurs qui, au début des années 1980, contribuent à amplifier l’évolution : Michel Candessus, Jean-Baptiste de Foucauld, Pierre Bérégovoy, …

La financiarisation trouve cependant une limite dans l’étroitesse des marchés de l’épargne. Un ensemble de mesures sont prises, en matière fiscale, bancaire ou de lutte contre l’inflation, pour développer ces marchés. Dans la deuxième moitié de la décennie, pour attirer l’épargne étrangère, les hauts fonctionnaires du Trésor, se font, selon l’expression de Benjamin Lemoine, « grands voyageurs de commerce » en faisant l’article d’un Trésor qui a « renouvelé sa gamme de produits » (p. 119). Dans les années 1990, l’enjeu principal consiste à rendre le processus irréversible. La création de l’Agence France Trésor (AFT) s’analyse dans cette perspective. Benjamin Lemoine montre toutefois qu’une telle mesure (tout comme l’indexation des obligations mise en œuvre à la fin de la décennie) continue de s’accompagner de débats, entre les différentes générations de hauts fonctionnaires : tous n’adhèrent pas au même degré au nouveau credo.

Au total, l’« espace hors marché » (p. 150) a été progressivement démantelé, en même temps qu’était redéfini le rôle économique de l’État et que la monnaie cessait d’être considérée comme le levier des politiques économiques pour être pensée comme un objectif technique (p. 149). Il n’existe pas véritablement de « tournant » ou de « point de bascule » dans cette évolution qui fut une conversion progressive et collective. Des générations différentes de hauts fonctionnaires et de responsables politiques y ont contribué, qui ne partageaient sans doute que des traits assez généraux, comme la volonté d’adopter un « modèle américain ».

La deuxième partie du livre se concentre sur « l’entrée de la dette dans le débat public », laquelle ne commence véritablement que dans les années 1990. Le traité de Maastricht oblige les États à contenir leurs dettes et déficits publics. Dans les années 1990 et 2000, le « chiffrage de la dette », et les débats qui l’accompagnent, sont un aspect important de la mise en place d’une « dramaturgie » destinée à créer une « inquiétude collective ». Il n’existe pas en effet de mesure unique, incontestée ou « objective », de la dette. Une zone de flou importante autorise des jeux stratégiques. Les gouvernements, par exemple, sont tentés de « gonfler » la dette quand ils cherchent à « alerter l’opinion » sur son ampleur, mais à la « sous-estimer » quand il s’agit de montrer qu’ils respectent les critères européens. Un débat important naît, dès l’affaire France Telecom en 1996, autour de la comptabilisation des engagements de l’Etat dans le calcul de la dette : celui-ci doit-il prendre en compte, par exemple, les retraites que, dans le futur, l’État devra verser aux fonctionnaires actuellement en poste ? Ces débats mobilisent des hauts fonctionnaires et des experts mais aussi des agents davantage situés dans le monde académique, comme Jean Gadrey ou les économistes de l’OFCE. Benjamin Lemoine analyse en détail les enjeux et les discussions du « rapport Pébereau » qui, au milieu des années 2000, marque une étape importante dans la visibilisation du problème de la dette.

Il s’arrête aussi sur d’autres épisodes. En 2007 par exemple, l’Institut de l’entreprise se met à diffuser dans les médias des estimations supposées « neutres » du coût (et donc, implicitement, de l’impact sur la dette) des propositions des différents candidats à l’élection présidentielle. L’initiative donne lieu à des discussions : certains candidats dénoncent une conception comptable de l’action politique, quand des économistes de l’OFCE s’en prennent à des estimations qui, centrées sur le coût des mesures, sont indifférentes à leurs effets. Consacré à la période postérieure à la crise de 2008, le dernier chapitre traite notamment des stratégies utilisées par le gouvernement de Nicolas Sarkozy pour que certaines des dépenses engagées pour renforcer les fonds propres des banques ne soient pas comptabilisées dans la dette publique. L’accent est également mis sur le rôle des banques et des agences de notation dans les débats publics autour de la dette. S’appuyant en particulier sur une note de recherche émanant de la banque Morgan Stanley, Benjamin Lemoine introduit un thème qui monte en puissance à la fin de son livre : la question de la dette occulte une lutte de classes car il faut prendre en compte, à côté de la dette financière dont on parle habituellement (pour la poser, au bénéfice de créanciers privés économiquement privilégiés, comme non négociable), une dette sociale que les politiques menées au nom de l’impératif de la réduction de la dette financière ne cessent d’entamer, par les réformes successives de la protection sociale. En conclusion de son livre, Benjamin Lemoine insiste une nouvelle fois sur la rupture que représentent les dernières décennies par rapport au compromis social de l’après-guerre et alerte sur la « poudrière sociale » qui se constitue progressivement dans l’ombre de la dette.

Deux livres convergents

Par des approches différentes, Bruno Tinel et Benjamin Lemoine proposent des analyses largement complémentaires et convergentes de la question de la dette publique. Leurs livres sont animés par une même volonté de bousculer les visions quotidiennement relayées dans le discours politique et médiatique et qui semblent avoir pour elles la « réalité des chiffres » et la caution d’agents sociaux investis, pour certains d’entre eux, d’une grande autorité sociale. Complémentaires et convergents, les ouvrages le sont aussi parce que, tout en relevant de genres un peu différents, ils restituent un travail original tout en cherchant à éclairer un public de non-spécialistes. Publié dans la petite collection de « Raisons d’agir », l’ouvrage de Bruno Tinel propose une synthèse à la fois pédagogique et critique (ou civique). Les analyses économiques présentées réveillent des souvenirs à tout lecteur qui a été exposé, à un moment ou à un autre de sa formation, à des enseignements de macro-économie, mais en les ancrant dans le contexte actuel et en restaurant, en quelque sorte, leur dimension politique (neutralisée dans le cadre d’enseignements scolaires ou universitaires). Le livre ne rassemble pas seulement un contre-argumentaire à l’encontre de la vision commune, il développe une analyse très cohérente et originale au fil du livre. Le livre de Benjamin Lemoine est une thèse réécrite dans le cadre d’une collection des Éditions de la Découverte qui vise un public plus large que celui des lecteurs académiques. Sa valeur tient au matériel de première main qui a été réuni au moyen d’entretiens avec les acteurs étudiés et par le dépouillement et l’analyse d’archives et de documents, mais aussi à la réflexion très stimulante qui est proposée. Pour en donner une idée, on pourrait dire qu’en se situant au niveau (ignoré dans les faits par la science économique) des acteurs qui ont concrètement pris part à la construction de « l’ordre de la dette », Benjamin Lemoine montre comment un consensus se fabrique dans le dissensus, comment une sorte de raison de la dette s’est malgré tout affirmée dans une histoire qui comporte une part importante de contingences.

L’apport des livres ne doit pas être réduit à leur contribution à une meilleure compréhension de la question de la dette. Cette dette publique, dont l’évolution depuis l’après-guerre tend à dessiner une « courbe en U », fournit en effet une occasion de réfléchir à la question plus large des retournements politiques, économiques et sociaux qui se sont joué au cours des quatre dernières décennies. Les deux ouvrages abordant la question des inégalités économiques, on pense nécessairement à cette autre « courbe en U » qui est au centre des travaux de Thomas Piketty. On peut presque regretter que Bruno Tinel n’explicite pas le parallélisme apparent de ces différentes courbes, et que Benjamin Lemoine de son côté n’explore pas de façon plus approfondie les pistes qu’il ouvre au sujet des transformations de ces dernières décennies, au travers des formules dispersées dans le livre : une déconnexion se serait produite entre l’État et la sphère économique ; l’État, naguère « chose mesurante », serait devenue « chose mesurée » (p. 291).

Un autre point général qui excède la question de la dette et par rapport auquel les deux livres paraissent très intéressants, concerne la place de l’État dans la réflexion sur l’économie et les marchés. Les deux ouvrages, en un sens, s’inscrivent dans la contestation (ancienne) de la vision libérale qui considère le marché comme un ordre spontané que l’État ne pourrait que perturber. Bruno Tinel exprime une conviction, centrale pour son propos, lorsqu’il écrit, dans un passage sur l’économie « standard », qu’« il est […] erroné de penser le développement de l’économie indépendamment de celui de l’État » (p. 33) et le lecteur non économiste redécouvrira, par exemple, des vertus économiques de l’impôt que la doxa libérale est parvenue à faire totalement oublier, en le dépeignant de façon univoque comme une « charge » ou un facteur désincitatif pour les agents économiques. L’enquête de Benjamin Lemoine atteste elle aussi, avec beaucoup de force, que l’économie, ou « le marché », est inséparable de l’action de l’État. Les passages consacrés aux mesures politiques (ou aux road shows des fonctionnaires du Trésor) destinées à développer un marché de l’épargne, à mettre en place une offre et à susciter une demande, illustrent en effet un cas de figure où l’État crée un marché qui ne naîtrait pas sans son intervention. On pourrait presque penser aux analyses que Karl Polanyi développait contre la vision des économistes classiques du marché. Ils font en tout cas partie de ces analyses qui interdisent de réduire le néo-libéralisme contemporain dans sa relation à l’État, à un simple désengagement de celui-ci (ou à son recentrage sur les « fonctions régaliennes »).

Éléments de discussion

Bruno Tinel publie avec cet ouvrage un livre d’économie qui – ce n’est pas si fréquent – se prête à une discussion avec la sociologie. Sa critique de l’économie « standard » rejoint des réserves que des sociologues adressent traditionnellement à l’économie « orthodoxe » et sa manière de travailler le rapproche sans doute sensiblement plus des sociologues que de ses confrères qui pratiquent une économie déductiviste et très mathématisée. On peut souligner, entre autres choses, le souci d’échapper au « moralisme » dans lequel tombe souvent l’économie ou de développer un raisonnement qui ne fasse pas seulement preuve de cohérence logique, mais soit aussi conforme à des faits et des données rassemblés en grand nombre (la surdité aux démentis empiriques est d’ailleurs l’un des reproches adressé à l’analyse économique dominante). Bruno Tinel ne parle pas d’« investissement », d’« épargne » ou de de « consommation », de manière abstraite, mais en ayant à l’esprit que ces agrégats résultent des comportements d’agents économiquement et socialement différenciés. « L’économie » dont il est question ici n’est pas dans une situation d’apesanteur sociale : la fin du livre qui substitue ou ajoute une forme de marxisme à l’inspiration keynésienne, l’inscrit sans ambiguïté dans des rapports de classe.

Dans le même temps, il faut relever par exemple que peu de sociologues pratiqueraient les exercices de simulation qui concluent les chapitres 3 et 4, ou encore que le raisonnement en termes de classes sociales neutralise ici les débats – peut-être pas seulement scolaires –, sur le nombre et la « réalité » des classes, sur les fractions de classes, sur les classes pour soi et les classes en soi, sur le mélange de solidarité et de concurrence que peuvent engendrer une même situation de classe, etc. La réduction de la structure sociale à la coexistence (ou au conflit) de deux classes (les pauvres et les riches) a peut-être parfois un coût. Elle permet sans doute d’écrire que « les gouvernements [contemporains] ne tentent pas de modifier l’ordre de classe existant » (p. 179), mais cette affirmation devient discutable dès lors que l’on distingue, même de façon minimale, des fractions de classe ou que l’on prend en compte que dans les faits un long continuum mène de l’extrême pauvreté aux « 1 % ». La même simplification encourage à postuler que les dépenses publiques, et en tout cas sociales, profitent (toujours) aux classes les plus déshéritées, ce que les économistes libéraux contestent parfois, avec, pour le coup, certains faits en leur faveur.

Un lecteur sociologue peut également penser que Bruno Tinel ne se libère pas de tous les penchants de la science économique. Ne retombe-t-il pas dans une forme de moralisme lorsqu’il introduit la distinction entre une « bonne » et une « mauvaise » dette ? Certains passages du livre ne partagent-ils pas avec un certain nombre d’économistes libéraux la conviction que « ce qu’il faut faire » se déduit sans gros problème d’une analyse économique bien menée ? En formulant une politique économique alternative, Bruno Tinel se risque sur un terrain, celui des contre-propositions, sur lequel les sociologues s’aventurent rarement de manière aussi détaillée, mais l’on peut se demander néanmoins si, pour avoir des chances d’aboutir dans le contexte actuel, la mise en œuvre de ses propositions ne supposerait pas une conversion des esprits et une transformation des rapports de forces dans de nombreux sous-espaces sociaux qui, assez profondes, ne constituent pas de minces obstacles. Bruno Tinel sait évidemment les forces de résistances que la « gauche » rencontre systématiquement lorsqu’elle accède au pouvoir et il évoque même l’obstacle au détour d’une phrase (p. 167), mais il balaie très vite l’argument.

En un sens, ce sont, sinon deux disciplines, deux traditions ou deux postures qui s’expriment au travers des deux livres. On pourrait dire que l’économiste critique démonte le problème (de la dette) tel qu’il est construit dans « le débat public », quand le sociologue ou le politiste montre comment il en est venu à être construit comme tel. Le premier montre surtout que le problème ne devrait pas se poser ainsi, sur la base d’un raisonnement économique ; le second montre surtout que le problème se pose ainsi, du fait de rapports de forces politiques. Il est nécessairement moins porté à formuler des propositions susceptibles de faire en sorte que les choses soient différentes de ce qu’elles sont. Alors que Bruno Tinel commence, assez tôt dans sa démonstration, à plaider pour des politiques de relance, Benjamin Lemoine n’ouvre qu’en conclusion la perspective d’une subversion des termes du problème et il n’avance pas de contre-propositions aussi détaillées que Bruno Tinel. Il semble pourtant bien croire à une telle perspective. Dans la mesure où elle ne va pas absolument de soi, il est dommage qu’il s’en tienne à des formules assez vagues se contentant d’invoquer la possibilité d’« un réel alternatif » et d’affirmer le « rôle d’aiguillage critique » de « la sociologie politique des problèmes économiques » (p. 296-297).

Quelques autres éléments de discussion peuvent être soulevés à propos du livre de Benjamin Lemoine. L’un d’entre eux concerne la tendance, peut-être par une sorte de biais politiste, à se focaliser, en dehors de quelques passages, sur les milieux étatiques et à constituer ces derniers en univers presque totalement autonome, coupé du reste de la société. Les relations que les hauts fonctionnaires sont susceptibles avec des forces sociales extérieures à l’État sont rarement évoquées, alors qu’on peut penser qu’elles sont sans doute parfois l’un des facteurs de leurs prises de position. Par ailleurs, la question de savoir si les emprunts au vocabulaire et à la sociologie des « épreuves » et des « controverses » ne sont pas parfois un peu contre-productifs peut aussi éventuellement être posée. On pourra par exemple juger l’analyse parfois trop centrée sur le discours des acteurs. Les propriétés des agents ne donnent souvent lieu qu’à des indications assez rapides et il est rare que les individus étudiés soient vraiment situés dans les sous-espaces où ils sont engagés. Le souci de se concentrer sur des « épreuves » et des « controverses » et de montrer la part de contingence et d’incertitude qui, à chacun de ces moments privilégiés, est liée aux personnes en présence et aux situations, a peut-être, quant à lui, des inconvénients. Certes, on ne peut que saluer l’effort pour résister au risque des interprétations déterministes ou téléologiques mais peut-on vraiment penser qu’à chaque étape ou presque, les choses auraient pu tourner tout autrement et que rien n’est jamais écrit à l’avance ? L’hypothèse d’« une épreuve à l’issue indéterminée » (p. 24) ne correspond-elle pas à un cas de figure relativement rare en ce sens que, avant même le déroulement d’une « épreuve », les rapports de forces entre des participants inégalement dotés en ressources contribuent, non pas à déterminer l’issue de la « controverse », mais à rendre d’emblée sensiblement plus probables certaines issues que d’autres ?

Julien Duval

  1. Cette « courbe en U » se trouve dans un rapport du FMI (Global Financial Stability Report, April 2010, p. 4) cité par Bruno Tinel []
  2. Sur cette évolution, longuement analysée dans le livre de Benjamin Lemoine, voir infra []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.