26 avril 2017. Benjamin Lemoine, L’Ordre de la dette/Bruno Tinel, Dette publique.

Le 26 avril 2017, présentation par Julien Duval (CESSP) de

Benjamin Lemoine, L’Ordre de la dette, Paris, La Découverte, 2016.

&

Bruno Tinel, Dette publique : sortir du catastrophisme, Paris, Raisons d’agir, 2016.

Benjamin Lemoine, L’Ordre de la dette : enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché, Paris, La Découverte, 2016.

Présentation de l’éditeur :

Pourquoi la dette publique occupe-t-elle une telle place dans les débats économiques contemporains, en France et ailleurs ? Comment s’est-elle imposée comme la contrainte suprême qui justifie toutes les politiques d’austérité budgétaire et qui place les États sous surveillance des agences de notation ?
À rebours de ceux qui voient la dette comme une fatalité et une loi d’airain quasi naturelle, Benjamin Lemoine raconte dans ce livre comment, en France, l’« ordre de la dette » a été voulu, construit et organisé par des hommes politiques, des hauts fonctionnaires et des banquiers, de gauche comme de droite – parmi lesquels François Bloch-Lainé, Charles de Gaulle, Antoine Pinay, Valéry Giscard d’Estaing, Michel Pébereau, Laurent Fabius, Lionel Jospin, Dominique Strauss-Kahn… Autrement dit, il fut le fruit d’un choix politique.
Ce livre reconstitue la généalogie détaillée de ce choix stratégique, et prend la mesure de la grande transformation de l’État dans l’après-guerre. On réalise alors à quel point les nouveaux rapports entre finance privée et finances publiques sont au cœur des mutations du capitalisme, dans lequel l’État est devenu un acteur de marché comme les autres, qui crée et vend ses produits de dette, construisant par là sa propre prison.

Benjamin Lemoine est sociologue, chercheur au CNRS et à l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO – université Paris-Dauphine). Sa thèse a été primée par l’Association française de science politique.


Bruno Tinel, Dette publique : sortir du catastrophisme, Paris, Raisons d’agir, 2016.

Présentation de l’éditeur :

La réduction de la dette ne doit pas borner l’horizon des pensables ; d’autres politiques économiques existent. Contre les prêcheurs de la « saine gestion », il faut d’abord rappeler que le niveau d’endettement sanctionne quatre décennies d’orthodoxie néo-libérale : la lutte contre l’inflation sur le dos des chômeurs ; une fiscalité inégalitaire ; le dispendieux sauvetage de la finance privée par les finances publiques ; l’austérité à tout prix.

Une fois levée l’hypothèque moralisatrice, il redevient possible d’expliquer les mécanismes de la dette publique. À long terme, elle finance les infrastructures, les services publics et les conditions du bien-être ; à court terme, elle soutient la demande, pilier de l’activité économique.

Enfin, apparaissent les rapports de pouvoir qui sous-tendent le niveau de l’endettement. Plutôt qu’un conflit de générations, il oppose des classes sociales. Ce livre propose donc une véritable économie politique de la dette.

Bruno Tinel est maître de conférences en économie à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne.



Citer ce billet
Cécile Rabot (2017, 26 avril). 26 avril 2017. Benjamin Lemoine, L’Ordre de la dette/Bruno Tinel, Dette publique. Lire les sciences sociales. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qzhz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.