Compte rendu de : Anne Lambert, Tous propriétaires – Par Yasmine Siblot

Présentation par Yasmine Siblot à “Lire les sciences sociales” du 15 mars 2017 de :

Anne Lambert, « Tous propriétaires ! » L’envers du décor pavillonnaire, Paris, Seuil, 2015.

L’ouvrage issu de la thèse d’Anne Lambert (2012) se situe dans l’héritage d’une tradition forte de la sociologie française combinant sociologie urbaine des classes sociales et sociologie des politiques du logement et du peuplement. L’auteure se réfère aux travaux fondateurs de Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire sur le peuplement des premiers HLM, au travail de Pierre Bourdieu sur Les Structures sociales de l’économie qui porte sur les politiques du logement et le marché de l’immobilier et aux classiques de la sociologie urbaine américaine ou anglaise, comme ceux de H. Gans ou de M. Young et Peter Willmott, à la sociohistoire des politiques du logement et de la promotion immobilière (Susanna Magri, Christian Topalov) et aux enquêtes sur les quartiers pavillonnaires et périurbains des années 1970 et 80 (Catherine Bidou, M. Berger…).

Mais ce travail se situe aussi  dans un ensemble de recherches qui dans cette filiation également ont actualisé et renouvelé la connaissance de ces objets dans le contexte des années 2000. On peut citer ici plusieurs thèses ou enquêtes récentes sur lesquelles Anne Lambert a pu s’appuyer : des recherches sur les politiques du logement, comme celle d’Hélène Steinmetz, sur le pavillonnaire et le périurbain, comme l’enquête sur le pavillonnaire en banlieue parisienne de M. Cartier et alii, ou l’enquête de Violaine Girard dans une zone de périurbain rural et industriel, des travaux sur les maisonnées et l’économie domestique comme ceux de S. Gollac et Ana-Perrin Héredia. Ce travail s’inscrit donc dans un ensemble de travaux récents, même si le dialogue avec ces derniers n’est pas toujours mené, ainsi également que dans le renouvellement de la sociologie des classes sociales attentive à articuler l’analyse des rapports de classes avec le genre, l’immigration et la racialisation des rapports sociaux.

Dans ce contexte de recherche et de publications très dense, il faut surtout souligner que cette enquête apporte des éclairages nouveaux et très intéressants, tant au niveau national qu’à propos du contexte spécifique, grâce aux méthodes de recherche qui sont combinées. Le livre se fonde en effet sur des matériaux divers, qui se complètent très bien pour passer d’une échelle nationale à une échelle locale. Le travail de cadrage national et historique sur les évolutions de la politiques du logement et de la périurbanisation et des caractéristiques des ménages accédant à la propriété, et leurs modes d’endettement depuis les années 70 est en effet mené grâce à une synthèse de nombreux travaux de l’INSEE ou d’autres chercheurs, mais aussi à l’exploitation originale des enquêtes Logement de l’INSEE. Par ailleurs le livre repose sur une enquête de terrain localisée sur un lotissement, Les Bleyssais, construit à partir de 2007 dans une commune dans une commune située à 35 km de Lyon dans le nord de L’Isère, une commue rurale et industrielle de 6000 habitants, rebaptisée Clezieu-Lamarieu. Dans ce lotissement qui comporte 43 maisons réparties en trois tranches de construction et de promotions immobilière différenciées, la plupart de ces familles ont été suivies pendant 3 ans de 2008 à 2012, alors que le lotissement se construit et se peuple. Anne Lambert — qui reste relativement discrète sur les relations d’enquête et les conditions d’acceptation de sa présence —  a réalisé des entretiens répétés et de nombreuses observations, ainsi qu’un corpus de photographies qui sont un véritable élément d’analyse. Cette enquête a été complétée par une étude de nombreux documents d’urbanisme et une analyse de la politique municipale envers les lotissements qui est en second plan dans ouvrage mais qui est présentée dans un article paru en 2013 dans la revue Politix.

Le livre est constitué de 6 chapitres qui alternent entre différents niveaux d’analyse. L’introduction situe le livre par rapport aux travaux classiques de sociologie urbaine et aux recherches sur la maison individuelle dans années 70, les travaux récents étant abordés de manière plus éparse au fil des chapitres. Y est affirmé le choix de privilégier les enjeux économiques et politiques de la politique du logement. La thèse, reprise en conclusion, est présentée d’emblée : ces lotissement périurbains sont des équivalents fonctionnels pour les classes populaires des HLM des années 1960 et 70, ce sont des « HLM à plat ».

Le premier chapitre propose un cadrage national des évolutions qui seront abordées sur le terrain des Bleyssais, à partir de travaux existants et de l’exploitation par Anne Lambert des enquêtes Logement de l’INSEE. Il rappelle l’histoire des politiques étatiques et des transformations bancaires qui ont favorisé l’essor de la construction individuelle et de l’accès à la propriété des ménages populaires depuis les années 1970 et souligne la différenciation sociale des primo-accédants dans la période récente : l’accès à la propriété qui s’est durci pour les ménages ouvriers et employés depuis les années 90 est devenu très difficile dans l’ancien, et dans les villes. Les ménages populaires achètent donc plus dans le rural et le périurbain, quittant pour certains les pôles urbains, dans une proportion plus forte que les cadres. Et parmi eux, et c’est un apport notable su livre de le mettre en lumière, une proportion minoritaire, mais croissante, de ménages immigrés.

Le chapitre 2 décrit les trajectoires sociales et résidentielles des ménages amenés à coexister dans le lotissement des Bleyssais, en distinguant trois groupes, selon une partition qui va structurer la plupart des analyses du livre : les ouvriers du coin, originaires des communes proches et travaillant sur place, dont des immigrés installés de longue date ; des ménages intermédiaires ou de cadres ayant connu une mobilité géographique pour leurs études et leur emploi ; des familles populaires venues des cités HLM de la banlieue lyonnaise ou plus proches.

Le chapitre 3 combine des données nationales et des cas de ménages du lotissement pour mettre en lumière les inégalités sociales face à l’endettement : plus tardif, plus long il est aussi plus coûteux et plus complexes pour les ménages populaires qui sont souvent démunis face aux intermédiaires que sont les conseillers bancaires, les agents immobiliers, les agents commerciaux des constructeurs. Effet paradoxal de la crise : les banques ont accepté de prêter au prix fort aux ménages populaires faute d’acheteurs mieux lotis. Le chapitre aborde dans la foulée les pratiques de consommation et parfois de privation, et l’investissement variable des intérieurs et des extérieurs des maisons par les différents types de ménages, avec un usage très pertinent des photos.

Le chapitre 4 se centre sur la recomposition des rapports de genre dans les couples suite à l’installation dans les pavillons du lotissement. Là encore la stratification interne au lotissement est centrale, les femmes des couples venus de cité payant le prix le plus lourd en terme d’isolement et de renoncement à l’activité salariée ; reléguées à domicile parfois avec une activité à domicile déclarée ou non, ces femmes vivent très durement leur situation. Mais tous les couples sont affectés par un renforcement d’une division inégalitaire des tâches et des rôles, les femmes étant renvoyée au domestique et à la prise en charge des enfants, mais de manière très différente, et pas si monolithique : pour les couples d’ouvriers, les hommes se consacrent en effet durablement aux travaux de la maison, mais les ressources familiales et les horaires décalés impliquent aussi un roulement entre les parents. Pour les couples intermédiaires ou de cadres si la bi-activité est une ressource centrale, les rôles se réajustent aussi.

Le chapitre 5 est centré sur les relations de voisinage et sur les hiérarchisations et micro ségrégations au sein du lotissement entre ménages de cité et ménages intermédiaires, mais aussi entre ces derniers et ménages ouvriers, à l’échelle de la rue, mais aussi du lotissement. Les modalités de l’urbanisation et de ses défaillances sont très présentes. Le mépris de classe se combine à un processus de racialisation de  la part de certains ménages intermédiaires ou cadres, avec degrés variables, allant jusqu’à un racisme ouvert,  focalisé notamment sur les jeux des enfants et en particulier des « enfants noirs », désignés comme tels.

Le dernier chapitre, un peu moins fouillé que les autres porte sur la politisation et le vote. On y retrouve un phénomène de « civisme électoral » déjà observé dans d’autres zones pavillonnaires, et une polarisation des votes, mais aussi un moindre investissement dans la vie locale que dans d’autres contextes.

Parmi les nombreuses pistes de discussion ouvertes par cet ouvrage, on en retiendra trois.

L’ouvrage accorde une place importante au rôle des institutions publiques et privées dans ces processus de périurbanisation et dans les trajectoires de ménages présentés, dans lignée des travaux socio historiques ou de ceux de Bourdieu et de Chamboredon. L’intérêt de cette enquête est de donner à voir leur action conjointe au cours des trajectoires. Pour les ménages les plus populaires du lotissement, on a ainsi un rapport positif aux institutions publiques : le passage par les HLM a souvent permis une épargne et une stabilisation, le rapport aux écoles publiques est positif, il soulignent le rôle central des prêts aidés dans leur accession à la propriété, et une part importante d’entre eux vote d’ailleurs plutôt à gauche. Mais on mesure à quel point les institutions publiques du logement les jettent dans les bras d’acteurs privés face auxquels ils sont nettement plus démunis alors que les ménages intermédiaires ou déclassés sont beaucoup mieux armés grâce aux relations établies avec des conseillers bancaires, des agents immobiliers, des agents commerciaux des constructeurs.

Cela incite à revenir sur la thèse des lotissements pavillonnaires comme des « HLM à plat » et sur les objectifs visés par les politiques publiques du logement. N’est-il pas paradoxal que les HLM, initialement pensés comme lieux de mixité, aient été progressivement ségrégés, alors que, dans les cas des lotissements, les politiques publiques visent à loger des classes moyennes mais créent une certaine pratique de la mixité en logeant une part importante de ménages populaires stables ? Jusqu’où peut-on pousser le parallèle ?

Par ailleurs, cette enquête montre, après bien d’autres, l’importance et les apports des analyses localisées pour aborder la structure des classes et fractions de classe, et les rapports entre classes. Elle montre également l’intérêt d’articuler cette analyse avec prise en compte des origines migratoires et des relations raciales. C’est particulièrement réussi pour les cas les plus approfondis, et dans la mise en lumière des différences entre les familles d’ouvriers du coin et les familles de cité en termes de ressources locales et familiales inégales, ou dans les usages de la maison. La stratification interne au lotissement apparait plus complexe à partir de des interactions que ce que donne à voir l’objectivation des trajectoires. C’est en particulier le cas pour les immigrés de cités ; pour certains, des ressources plus élevées que celles d’autres voisins (liées à un déclassement ou à une petite ascension) se révèlent à travers leurs modalités de gestion des relations de voisinage. Ainsi que leurs rapports ambivalents aux autres familles immigrées. Cependant, on a parfois le sentiment que l’ouvrage porte un regarde misérabiliste sur les relations de voisinage. Les relations d’amitié ou d’entraide sont moins mises en avant que les cas de conflits, de mépris de classe, ou de racisme. Est-ce un effet de la situation d’entretien ? Que donnent à voir les observations des jeux des enfants, de la sortie des écoles, des invitations ou fêtes ?

L’ouvrage est enfin très intéressant quand il aborde la question des rapports de genre. Il propose de manière très originale de montrer les différences entre fractions des classes populaires en passant par les femmes, rendant ces différences encore plus saillantes que quand on aborde la question par le biais des hommes. Là encore, la spécificité des familles de cités apparaît, les femmes ayant moins de ressources et leur socialisation de cité les éloignant des autres femmes, à la différence des femmes ouvrières du coin. Apparaissent avec force les conséquences des politiques familiales et familialistes : le congé parental est souvent un piège pour les femmes, et les rôles traditionnels se redéfinissent à cette occasion. Selon les degrés d’intériorisation inégale par les femmes des normes de l’emploi salarié et du rôle de mère des dépressions ou des séparations peuvent s’ensuivent. On aimerait du coup en savoir plus sur les pratiques familiales et, en particulier éducatives et scolaires, car si on comprend que la volonté de mettre à distance les cités est centrale dans l’installation en lotissement, on en sait finalement peu de choses sur les devoirs, le périscolaire, les activités des enfants (musique, sport, etc).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.