Compte rendu de : Christel Coton, Officiers : des classes en lutte sous l’uniforme – par Louis Pinto

Présentation par Louis Pinto de :

Christel Coton, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme,Marseille, Agone, 2017

Ce livre stimulant, original et rigoureux s’inscrit dans la sociologie d’un groupe social mais porte aussi sur l’intersection entre deux institutions (militaire et scolaire), sur les rapports de classe au sein d’une institution, sur le genre, etc.

L’entrée principale est la question du « mythe méritocratique » : ce qui est désigné par là est la consécration d’une valeur militaire donnant ses chances à tous (énergie, courage) qui ne fait que dissimuler un processus social très général de la reproduction proprement scolaire des hiérarchies sociales. Les bons élèves font les bons officiers. Les bons officiers dissimulent les bons élèves. Ainsi, la vérité objective est refoulée collectivement.

C’est l’entrée explicite sur laquelle se greffent des tas de questions dont celles-ci : 1) l’intégration d’un groupe dont l’unité recèle des clivages sous-jacents ; 2) une question sociologique générale : savoir, ne pas savoir, ne pas vouloir savoir la vérité de l’institution. Pourquoi cela ne se voit pas, ou plutôt, se voit mais à la façon d’un savoir connu de tous mais sans effet ?

La situation d’enquête : Christel Coton, si elle est d’abord une femme, est, par ailleurs la fille d’un officier issu du rang et ayant fait carrière dans une unité de combat, ce qui a son importance. Au cours de l’enquête, elle connaît un changement de statut à travers le sport : de jeune étudiante, sans origine repérable, aux yeux de ses enquêtés, elle se transforme en une fille « de chez nous » (par le père) ; et du coup, elle peut s’affranchir d’une relation marquée par la neutralité et la distance et jouer de la connivence familiale-corporatiste.

Les matériaux sur lesquels repose l’enquête sont divers : il y a des statistiques, des entretiens, mais surtout une observation participante grâce à des stages de plusieurs semaines au milieu de gradés. Il s’agit d’un travail de « terrain » (au sens plein du terme) comportant diverses activités physiques et sportives : c’est ce qui a favorisé l’accumulation d’anecdotes significatives, construites selon une grille d’analyse et permettant d’éclairer des moments critiques, des moments de vérité (bons mots, repas, cérémonies,…).

La lecture du livre est aisée, étayée par de nombreuses illustrations. Le plan est simple, et très pédagogique.

1) La hiérarchie officielle, d’institution et  la hiérarchie sociale

La question va être posée dans le premier chapitre : comment est-il possible de croire dans la primauté des valeurs officielles, celles du combattant, alors que la hiérarchie interne tend à reproduire une hiérarchie externe qui est sociale ? Plus on monte, plus on a affaire à des saint-cyriens, d’origine sociale élevée et, de moins en moins, à des hommes issu du rang. L’auteure parle de « luttes de classes sous l’uniforme » , télescopage verbal audacieux et provocateur (exprimé parfois par les indigènes…). C’est là le fil de l’ouvrage. On peut en suivre le fil dans la trajectoire singulière de Christel Coton dont le père, officier non détenteur des titres scolaires légitimes, fait partie des perdants du système de sélection. D’où une question inévitable, celle de la possibilité du regard lucide de la fille : qu’en est-il de la part d’attachement et de distance au père ? et quel rapport au système scolaire a-t-il fallu entretenir ? en particulier, n’aura-t-il pas fallu être devenue étudiante (en sociologie) pour voir ce qui a pu manquer à la génération antérieure… ?

Deux points demandent à être élucidés : la dénégation et la célébration du combat, objet du chapitre 2 et le travail symbolique de production de l’excellence militaire, objet des chapitres 3 et 4.

2) Le combattant comme figure d’excellence

La correspondance interne-externe est brouillée par un travail collectif grâce auquel la qualité de combattant semble primer : il faut que les plus hauts gradés puissent apparaître non pas simplement comme les meilleurs éléments des grandes écoles, mais avant tout comme ceux qui ont le plus donné de leur personne, qui sont irréprochables et peuvent donc être reconnus, reconnus comme détenteurs de l’excellence militaire.

Cette forme spécifique de capital symbolique est le « capital combattant ». Parmi ses effets remarquables, il y a d’une part, la hiérarchie des armes qui accorde une valeur éminente à la « mêlée » (combat) et d’autre part, la domination masculine qui relègue les femmes dans des carrières moins brillantes et qui favorise une sociabilité « entre femmes » en différentes occasions (repas, bavardages…) qui traverse souvent les différences de grades. Corrélativement, le temps scolaire (dans les écoles d’état-major) est perçu comme un moment ennuyeux, à passer le plus vite possible : la dévalorisation des bureaux est un thème récurrent des propos, y compris dans les corps techniques et administratifs (CTA)…

3) Le management des apparences

Comment existe ce capital combattant ? existe-il comme chose, comme signe (décorations) ? Il présuppose un travail d’incorporation des classements légitimes qui permet à certains d’être autorisés, qualifiés pour s’attribuer la valeur éminente et surtout, pour la manifester, la rappeler aux dominés. Ainsi, les origines –militaires (Saint-Cyr) et sociales (classes supérieures)- sont un « système de classement concurrent du grade » (p. 108). Il existe toute une échelle de légitimité avec, au sommet, les « cyrards », puis les « dolos » (sous-officiers promus officiers après passage dans une école spécifique) et les « ouaouas » (officiers issus du rang), c’est-à-dire, d’un côté les grands bourgeois et de l’autre, les petits bourgeois. La hiérarchie, indissociablement interne et externe, se manifeste à travers la tenue et l’Exis corporelle, la culture générale, le verbe haut, clair et ferme : certains possèdent un véritable art du récit, comme le montre la confrontation de Damien, fils d’officier et de Frédéric, combattant sans légitimité, voué au silence (p. 142-145).

4) La production institutionnelle du charisme

Le travail sur soi est complété par la contribution qu’y apportent un certain nombre d’agents  à travers des incitations, des encouragements à être ce que l’on est, à produire de la reconnaissance, du charisme. Être chef, ça n’est pas tout à fait « naturel » même pour les mieux dotés, ça s’apprend en particulier grâce à des sous-officiers qui, ayant l’expérience du « contact », sont un peu aux jeunes officiers ce qu’étaient jadis les précepteurs des grands. Le charisme est un effet d’institution : il suppose des apprentissages et de la reconnaissance collective. D’emblée, les hommes des bureaux renoncent à toute prétention charismatique : la place de chef est à rechercher dans des unités combattantes où il n’y a pas à discuter, à transiger, mais seulement à obéir ; quant aux officiers issus du rang, ils se trouvent plus ou moins écartés des unités nobles et voués par là à la disqualification.

5) Le refoulement originaire

Ce que l’Ecole apprend en dehors d’un ensemble de savoirs techniques, ce sont des systèmes de classement et d’évaluation, la distance envers le « civil » (le bureau, le confort, l’école…) et aussi la valeur du capital social acquis à l’Ecole et entretenu tout au long de la carrière. Ce qui manque, par exemple, au capitaine Vincy qui cumule, par ailleurs, toutes sortes d’atouts militaires, est l’art de parler de soi, de raconter, de fabriquer de l’extraordinaire, du singulier, du non-institutionnel : il lui manque ce panache qui manifeste l’excellence.

Il y a dans l’institution militaire un paradoxe en quelque sorte originaire : s’y trouve porté à sa limite l’ethos anti-institutionnel d’institution, propriété de toutes les écoles d’élite, où, comme dans le cas des ENS, est revendiquée la distance à l’institution, au scolaire (le « bon élève »). L’École produit des chefs dotés de la propension générique à ne pas reconnaître en eux-mêmes ce qu’ils doivent à un travail méthodique de scolarisation.

Enfin, un dernier chapitre, un peu « culturaliste », sur la « culture officier » nous fait sortir du cadre de l’institution en soulignant le retour du refoulé social. Christel Coton souligne le rôle des prédispositions familiales souvent associées à la bourgeoisie catholique en montrant le rapport ambivalent au religieux. La conformité bourgeoise apparaît comme une chose plutôt souhaitable que l’on peut reconnaître à travers différentes manifestations : il faut être marié, bénéficier du rôle de représentation et de cérémonie de l’épouse, et aussi aller à l’église. Mais pousser la religiosité jusqu’au mysticisme risquerait d’éloigner des valeurs corporelles d’excellence. De même le rapport à la cuture est ambivalent : s’il convient de participer aux profits génériques d’appartenance aux élites, comme l’art de converser avec assurance, de mobiliser des références cultivées, il faut aussi savoir ne pas tomber dans les sophistications d’intellectuels.

Le rapport au monde social et politique reflète cette modalité d’appartenance aux élites sociales : s’il s’agit d’être résolument du côté de l’ordre existant (bourgeois), il faut le faire avec dignité et retenue (sans faire de politique), et avec  une certaine distance envers les forces qui, comme la démocratie et le marché, apparaissent comme foncièrement anti-héroïques.

Je terminerai cette présentation par quelques remarques et questions.

Le dernier chapitre aborde ce qui constitue peut-être un manque du livre et invite, en creux, à désenclaver la noblesse militaire. En effet, les officiers gagneraient à être situés dans le champ du pouvoir où ils ont leur place. Saint-Cyr n’avait pas été traité dans La  Noblesse d’Etat de Pierre Bourdieu, où pourtant l’homologie grandes écoles-fractions des classes dominantes était prise pour objet central. Or cette institution, ses publics et les trajectoires qui lui sont liées prend sens par référence à HEC, l’ENA, écoles orientées vers le pouvoir et le commandement. Deux faces se trouvent associées en elle, le corps (le combat, le sport) et l’esprit (la vue de haut, l’état-major), ce qui est, sans doute, au principe de sa spécificité.

Il en découle un programme de travail, vaste et sans doute difficile à réaliser, qui consisterait à étudier les ascendances familiales, les capitaux disponibles, les modes de socialisation pré-militaire, les fratries où se mêlent grands patrons, généraux, hauts fonctionnaires, les styles de vie, les stratégies matrimoniales ; et aussi à étudier les stratégies de reconversion (moment de vérité pour la valeur du capital détenu) dans le champ du pouvoir…

Un autre problème est celui de la valeur de la notion de « capital combattant » ?

Est-ce un « capital » ? oui, dans la mesure où il repose sur un rapport social dissymétrique entre dominants (les saint-cyriens ayant commandé des troupes dans des opérations) et dominés (les administratifs, les hommes issus du rang). On constate un lien entre le volume du capital militaire (scolarité, grade et combats) et le taux de rendement des actes combattants.

Est-ce un capital « combattant » ? Sur ce point précis, il semblerait, si l’on suit les analyses du livre, que ce n’est pas l’expérience en elle-même du combat qui fait le capital, mais la qualité sociale et institutionnelle des combattants. C’est, certes, le combat mais seulement en tant qu’il est reconnu comme valeur sociale par les détenteurs de ce capital. C’est donc une forme de capital symbolique qui condense d’autres capitaux, notamment scolaire. Et ce capital n’est pas autonome, il est composite, convertible, etc.

Autre question qui tient un peu de l’exercice… d’école : étant donné la référence aux valeurs de désintéressement dont ils se réclament, ne pourrait-on tenter de confronter les intellectuels et les militaires sous ce rapport ?

Dernière question : qu’est-ce que les dominants aiment dans leur domination ? existe-t-il une libido dominandi spécifique consistant à aimer donner des ordres, à mener des hommes, mais aussi à être « reconnu » comme digne de le faire, comme « exemple » pour les autres ? On pourrait imaginer, dans les entretiens, des questions tournant autour de ce thème. Dans cette perspective, il serait intéressant d’étudier les différents profits de commandement en fonction des différentes trajectoires : confirmation de soi pour la grande noblesse militaire, élection pour les miraculés, ressentiment pour les réprouvés, etc.

C’est dire, finalement, combien le livre de Christel Coton, par sa densité, permet de poser des questions sociologiques originales et importantes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.