18 mars 2019. Sociologie du goût et de l’intermédiation – Sidonie Naulin, Des mots à la bouche & Stéphane Olivesi, Des vins et des hommes

Séance du séminaire Lire les sciences sociales du lundi 18 mars 2019 à 14h30 dans la salle 124 du site Pouchet du CNRS, 59-61 rue Pouchet, 75107 Paris.

Goût et économie des biens symboliques” : présentation, en présence des auteurs,  des livres de Sidonie Naulin, Des mots à la bouche, par Julien Duval, et de Stéphane Olivesi, Des vins et des hommes, par Wenceslas Lizé

Présentation des livres :

Sidonie Naulin, Des mots à la bouche. Le journalisme gastronomique en France (PUFR, 2017).


Le livre retrace l’histoire du journalisme gastronomique depuis sa naissance au XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il s’attache à analyser le marché contemporain de la presse gastronomique et ses transformations liées notamment à l’émergence du discours concurrent des blogueurs culinaires. Les carrières, compétences et manières de travailler des journalistes gastronomiques permettent quant à elles de rendre compte des types de contenus médiatiques produits et l’analyse du parcours de journalistes renommés autorise à saisir les modes de différenciation professionnelle dans le domaine du journalisme gastronomique. Plonger dans les cuisines du journalisme gastronomiques offre un nouvel éclairage sur la construction des dispositifs d’intermédiation marchande et culturelle.

Présentation par Julien Duval lors de la rencontre Lire les sciences sociales :


Stéphane Olivesi, Des vins et des hommes. Une économie symbolique du goût  (PUG, 2018).

Qui « fait » le vin aujourd’hui ? Qui en définit le goût, la typicité ? Comment en apprécie-t-on la qualité et la valeur marchande ? Comment les classements, les marques, les labels structurent-ils production et consommation ? Des enquêtes menées auprès de différentes catégories d’acteurs (producteurs, œnologues, représentants de la profession, critiques, etc.) tentent d’apporter des éléments de réponse à ces questions. Dans un contexte caractérisé d’abord par l’emprise du marketing et de la communication, il ressort que ce sont moins les vignerons qui font symboliquement le vin que d’autres catégories d’acteurs qui définissent ce qui se vend et le goût de ce qu’il s’agit de produire… L’ouvrage sonde ainsi les rationalisations oenologiques et marchandes de la production. Il analyse également les formes de résistance qu’elles ont engendrées autour du bio, de la biodynamie, des vins « nature »… Ces dernières s’interprètent comme l’expression de nouveaux modes de consommation mais aussi comme la volonté de certains vignerons de se réapproprier la fabrique du vin, non sans induire une agonistique du goût et de ses hiérarchies marchandes.

Présentation par Wenceslas Lizé lors de la rencontre Lire les sciences sociales :

 
Réponse des auteurs et discussion autour des deux ouvrages et de l’intermédiation des biens symboliques :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.