15 mai 2019. Romuald Bodin, L’institution du Handicap & Luc Sigalo Santos, L’Administration des vocations

Le 15 mai 2019 de 14h à 17h a eu lieu une rencontre Lire les sciences sociales au CNRS Pouchet, 59 rue Pouchet, 75017 Paris autour du thème des institutions.

Stanislas Morel présentera le livre de Romuald Bodin, L’institution du handicap, La Dispute, 2018, 192 p.

Jean-Marie Pillon présentera l’ouvrage de Luc Sigalo Santos, L’administration des vocations : enquête sur le traitement public du chômage artistique en France, Dalloz, 2018, 464 p.

Les ouvrages

Romuald Bodin, L’institution du handicap, La Dispute, 2018, 192 p.

Présentation de l’éditeur

Qu’est-ce que le handicap ? Ce livre montre qu’il ne s’agit pas d’une réalité médicale, mais d’un phénomène social, qui peut faire référence à des singularités biologiques, mais dépend avant tout de la logique sociale de nos institutions. À partir de l’analyse de statistiques concernant la santé et le handicap ainsi que de nombreux entretiens biographiques, l’auteur met en évidence que ce qui fait qu’une personne est considérée ou non comme handicapée renvoie au fonctionnement des grandes institutions sociales – famille, école, travail, espace public… Il explique aussi comment le statut administratif de personne handicapée tend à imposer une modification des parcours, des comportements et des identités.

Cette nouvelle conception du handicap, qui met en relief sa construction étatique et législative, permet d’aborder différemment aussi bien l’expérience des personnes dites handicapées que les politiques de santé publique et d’action sociale.

Romuald Bodin est sociologue, maître de conférences à l’université de Poitiers ; ses travaux portent sur l’action publique et les effets d’institution dans les domaines de la santé, du corps et de l’enseignement supérieur.


Luc Sigalo Santos, L’administration des vocations : enquête sur le traitement public du chômage artistique en France, Dalloz, coll. “Nouvelle bibliothèque de thèses”, 2018, 464 p.

Quatrième de couverture (extraite de la préface de Vincent Dubois et Laurent Jeanpierre)

Le fonctionnement standardisé de l’administration bureaucratique semble a priori incompatible avec les logiques de la vocation et de la singularité qui prévalent dans les mondes de l’art. Partant de cette problématique inspirée de Max Weber, Luc Sigalo Santos prend ici pour objet la rencontre de ces deux univers. Il montre que le traitement public du chômage dans le domaine artistique incarne de façon idéale-typique les tensions pouvant exister, dans tous secteurs, entre une politique publique spécialisée, adaptée en pratique à des usagers particuliers, et ses principes universels, s’appliquant en théorie à toutes et à tous. L’administration des vocations apparaît dès lors comme un observatoire grandeur nature des mécanismes de différenciation sectorielle de l’action publique.

Cet ouvrage de très grande qualité est remarquable à maints égards, notamment par l’ampleur et la rigueur exceptionnelles d’une enquête. À travers 177 entretiens, 6 mois d’observation à temps plein et un impressionnant travail d’archives, Luc Sigalo Santos éclaire ici toute une série d’aspects emblématiques des politiques sociales et d’emploi. Il en va ainsi des rapports entre l’administration et les recruteurs, des tensions entre les prérogatives de l’État central et celles des collectivités territoriales, des logiques sociales qui structurent les relations entre agents et usagers, ou encore du problème des compétences des agents qui doivent être à la fois généralistes et spécialisées.

L’ouvrage doit également être lu comme une enquête sur la face cachée du travail de création. Depuis les guichets de l’État social, Luc Sigalo Santos éclaire d’un jour nouveau la vie d’artiste. Il montre que l’imbrication des périodes d’emploi, de chômage et de RSA qui la caractérise se traduit par des incitations plus ou moins contraignantes à apprendre à se vendre, à se diversifier, et parfois à se reconvertir. Ces usagers précaires mais diplômés sont toutefois loin d’être passifs : par un jeu de miroir constant, ils évaluent en retour l’expertise sectorielle des « inséreurs de Pôle emploi, des services sociaux et des organismes de formation, quitte à les mettre en défaut. La fragilité de l’action publique étudiée répond alors à la précarité professionnelle et existentielle des artistes.

Luc Sigalo Santos est maître de conférences en science politique à AixMarseille Université.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.