Compte rendu de : Gisèle Sapiro, La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France XIXe-XXIe siècle. Paris, Le Seuil, 2011

 

L’existence de procès d’écrivains tout au long des XIXe et XXe siècles témoigne d’une croyance dans l’influence de l’écrit mais aussi d’une évolution dans la manière de concevoir le rôle social de l’écrivain et donc sa responsabilité. Deux grandes conceptions s’opposent, mettant en avant l’une l’autonomie de la littérature et la liberté de création de l’écrivain, l’autre l’engagement de celui-ci dans le monde social. Mais l’opposition ne cesse de se reconfigurer au fil du temps. Gisèle Sapiro[1] se propose d’étudier la genèse et la transformation de ces différentes conceptions de la responsabilité de l’écrivain et, partant, d’analyser la question du rôle social prêté à l’écrivain et des rapports entre littérature et morale, de la Restauration à la Libération. Dans le prolongement de son précédent ouvrage La Guerre des écrivains[2], qu’elle avait tiré de sa thèse réalisée sous la direction de Pierre Bourdieu sur les écrivains pendant la Seconde Guerre mondiale et à la Libération, l’auteure nous livre ici un volumineux ouvrage de sociologie historique, fruit d’une longue élaboration théorique, au fil de multiples séances de séminaires et conférences, et d’un important travail de dépouillement de la presse, des écrits des écrivains, des débats parlementaires et surtout des sténographies et comptes rendus de nombreux procès d’écrivains.

Le livre

Point de départ, matériau et méthodologie

Le point de départ de l’interrogation de Gisèle Sapiro est la « croyance dans le pouvoir des mots » (p. 7), qui fonde la notion de responsabilité de l’écrivain. Celle-ci suppose en effet que les écrits produits sont susceptibles de produire des effets sur leurs lecteurs, de les influencer moralement (de leur donner de mauvaises idées) voire de les pousser à agir d’une certaine manière supposée différente de la manière dont ils auraient agi sans cette lecture (d’où l’idée qu’il faut des lois pour protéger la morale publique, et en particulier les lecteurs les plus influençables, contre ces influences possiblement pernicieuses). Cette croyance dans les possibles effets nocifs de la littérature ne va pas de soi car elle suppose une adhésion totale du lecteur à ce qu’il lit, une absence de distance de sa part, et une capacité des écrits à produire des effets en termes d’idées et de comportements. Par ailleurs, l’idée de responsabilité subjective de l’écrivain (selon la distinction faite par Paul Fauconnet entre responsabilité objective et responsabilité subjective[3]) suppose son intention, donc, d’une part, que l’écrit soit le produit de l’intention, et, d’autre part, que l’intention se donne à voir dans l’écrit – ce qui ne va pas de soi et pose la question du rôle du lecteur dans l’interprétation des textes[4]. Il ne s’agit pas ici d’interroger le bien-fondé de cette croyance dans le pouvoir des mots, mais plutôt de constater qu’elle est présupposée par les mises en cause d’écrivains, donc qu’elle est inhérente à une certaine conception de la responsabilité de l’écrivain.

Le matériau de l’analyse proposée ici est constitué par trois types de débats : ceux qui portent sur la liberté de la presse (débats parlementaires et textes législatifs qui en ont découlé), ceux qui concernent la responsabilité de l’écrivain (essais, études critiques, presse) et surtout les débats qui se donnent à entendre à l’occasion de procès d’écrivains considérés comme exemplaires. Plus exactement le matériau d’étude consiste dans les transcriptions sténographiques de ces débats et les papiers qu’ils suscitent dans la presse. Ces débats sont mis en rapport avec d’autres témoignages de réception des textes des auteurs incriminés. Le choix des procès comme objet de l’étude est justifié par le fait que « le scandale que produit une œuvre, dont les poursuites en justice sont le cas limite, constitue un bon révélateur des frontières du pensable et surtout du dicible ou du représentable dans une configuration socio-historique donnée » (p.  35). Les procès étudiés constituent autant de cas singuliers qui donnent lieu à un important travail d’investigation empirique et à un travail approfondi de contextualisation politique et intellectuelle dans les controverses et les enjeux propres à chaque époque.

La méthodologie choisie pour étudier cet objet combine travail sur archives et analyse de discours. Il s’agit de resituer ces discours dans leur contexte historique et de les rapporter aux propriétés sociales des agents et au champ dans lequel ils prennent place. L’optique est donc celle d’une sociologie historique. Ainsi La Responsabilité de l’écrivain montre, comme déjà La Guerre des écrivains, que les sociologues peuvent se saisir d’un matériau historique et l’analyser à l’aide des outils de leur discipline. Dans ces conditions, le travail sur archives peut être considéré comme une des méthodes de l’analyse sociologique, au même titre que les entretiens et les observations, et non comme la chasse gardée des historiens dans le cadre d’une division du travail qui cantonnerait les sociologues à l’étude d’un matériau contemporain qu’ils auraient eux-mêmes récolté voire constitué. Mais c’est bien de sociologie qu’il s’agit dans ce livre, même si certains comptes rendus ont pu présenter son auteur comme historienne : il s’agit de mettre au jour les représentations présidant aux prises de position et de les analyser en les rapportant à la structure dans laquelle elles prennent place et s’affrontent les unes aux autres.

Périodisation

Quatre périodes ont été choisies pour analyser cette question de la responsabilité de l’écrivain et étudier la manière dont elle se reconfigure au fil des décennies, en même temps que se redéfinit la morale publique : la Restauration, le Second Empire, la Troisième République et la Libération. Ces bornes chronologiques sont précisément justifiées. La Restauration correspond à la mise en place de la liberté de la presse, mais d’une liberté de la presse très cadrée, nourrie d’une relecture de la Révolution française comme produit des écrits des Lumières. Le développement de l’imprimé suscite des craintes, en particulier pour les nouveaux lecteurs qu’il est susceptible de toucher et qui sont réputés incapables d’en faire une lecture suffisamment distanciée, comme l’ont montré ailleurs Martin Lyons[5] et Loïc Artiaga (dont le livre Des Torrents de papier développe le paradigme de la lecture danger et analyse les tentatives mises en œuvre par les institutions cléricales pour contrôler la diffusion de l’imprimé, mais aussi son contenu et ses usages[6]). La seconde borne chronologique de cette étude, à savoir la Libération, correspond à un renouvellement profond de la question de la responsabilité de l’écrivain réexaminée à partir des écrits de propagande et de leurs effets supposés, tels qu’ils sont évoqués dans les procès des intellectuels collaborateurs. Seules les six dernières pages de l’ouvrage sont consacrées à la période actuelle (même si le sous-titre indique XIXe-XXIe s.), notamment parce que les formes de contrôle de l’imprimé ont changé : Gisèle Sapiro évoque « le remplacement de la répression judiciaire, qui permettait un débat public, par une censure administrative, qui opère dans la plus grande discrétion » (p. 707), censure administrative à laquelle s’ajoutent « des formes de censure qui s’exercent par un biais économique » dans un contexte de concentration croissante de l’édition (p. 709). Le Second Empire et la Troisième République constituent deux jalons dans cette histoire longue et permettent de saisir les évolutions qui se font jour tout en autorisant une approche très précise de ces moments singuliers – manière de tenir ensemble la longue durée et la perspective rapprochée. En particulier, la focalisation sur quelques moments particuliers conduit Gisèle Sapiro à s’interroger sur la définition alors donnée aux différents concepts en fonction des enjeux propres du moment, ce qui lui permet d’éviter un des principaux écueils d’une histoire des mentalités conduite sur la longue durée qui consiste à considérer que les mêmes mots désignent toujours les mêmes réalités.

L’enjeu des débats sur la responsabilité de l’écrivain et des procès est différent dans chacun des moments considérés, correspondant à une évolution de la morale publique. Le déplacement de l’enjeu conduit à une réorganisation des positions. On voit ainsi comment le modèle théorique du champ comme espace de positions et de prises de position, mais aussi de luttes s’avère pertinent pour penser le cadre des débats à chacune des étapes observées.

1°) Sous la Restauration (procès de Pierre-Jean de Béranger et de Paul-Louis Courier), la polémique autour de la morale religieuse oppose les partisans de la morale religieuse et ceux qui seraient favorables à une extension de la liberté d’expression, y compris aux questions religieuses,

2°) Sous le Second Empire (procès de Gustave Flaubert et de Charles Baudelaire), la question de l’offense aux bonnes mœurs et à la propriété oppose les défenseurs d’une morale laïque fondée sur la famille et la propriété et ceux qui revendiquent l’autonomie de l’art par rapport à la morale et au politique,

3°) Sous la Troisième République (procès de Lucien Descaves et prise de position d’Émile Zola dans l’affaire Dreyfus), c’est l’atteinte à l’intérêt national qui devient le cœur de l’opposition entre les partisans d’une morale nationale et ceux qui revendiquent un rôle critique des écrivains au service de la cité,

4°) Enfin, à la Libération (épuration du monde des lettres, notamment procès de Robert Brasillach et de Charles Maurras), l’enjeu est la question de la trahison qui oppose ceux qui considèrent qu’on doit être jugé pour avoir émis certaines idées et ceux qui estiment qu’on ne peut punir que des actes – la théorie sartrienne de l’intellectuel engagé amène à considérer la publication comme un acte).

Chacune de ces quatre périodes correspond à une des quatre parties qui constituent le livre. Chaque partie est à son tour subdivisée en trois chapitres, un premier destiné à reconstituer le contexte socio-historique et l’état du champ littéraire dans lequel les procès étudiés prennent place, un deuxième proposant une analyse des débats autour des textes incriminés (accusations et arguments en défense), un troisième enfin permettant d’analyser la manière dont est discutée la question de la responsabilité de l’écrivain, de son éthique professionnelle et de sa fonction sociale.

Cadre théorique et thèse de l’ouvrage

Le cadre théorique de la réflexion est constitué de la combinaison de cinq approches :

1°) l’analyse que propose Michel Foucault de la fonction-auteur[7] ;

2°) la théorie des champs élaborée par Pierre Bourdieu, en particulier l’idée d’une autonomisation progressive du champ littéraire au fil du XIXe siècle[8] ;

3°) la sociologie des professions d’Andrew Abbott qui insiste sur les concurrences entre professions autour d’une division du travail d’expertise[9] ;

4°) la sociologie des religions de Max Weber, en particulier l’analyse qu’elle propose de la figure du prophète et des différents types de rationalité de l’action individuelle[10] ;

5°) l’analyse que fait Paul Fauconnet[11] du concept de responsabilité, en particulier la différence qu’il établit entre responsabilité objective (fait objectif) et responsabilité subjective (intention et libre arbitre).

La thèse de l’ouvrage de Gisèle Sapiro est que la notion de responsabilité se redéfinit au XIXe siècle, à travers les débats autour de la responsabilité de l’écrivain, dans lesquels s’affrontent des définitions concurrentes de la responsabilité que les différents acteurs, en particulier les groupes organisés (Églises, partis politiques, associations), cherchent à imposer comme la définition légitime. La définition dominante de la responsabilité dépend de l’état du rapport de force entre ces groupes. Les gens de lettres s’affirment comme des acteurs de ce débat, face à l’Église (laïcisation de la morale officielle) et face aux magistrats (émergence d’une science des mœurs). Les espaces concernés par ces débats sur la responsabilité de l’écrivain dépassent de loin le champ littéraire (touchant aussi aux champs juridique, religieux, politique, savant et éducatif) mais c’est en réaction à ces discours émanant de sphères différentes du monde social que s’est construite la revendication d’une autonomie du champ littéraire (i.e. de ses valeurs et de ses règles).

Le terme « responsabilité » désigne tantôt la responsabilité pénale (dont le corollaire est le contrôle des écrits, la censure, la répression) tantôt une responsabilité éthique (qui se traduit par un engagement social et politique des écrivains). Ces deux types de responsabilité ont fait l’objet de travaux distincts. L’hypothèse centrale du livre de Gisèle Sapiro est qu’un lien étroit unit ces deux formes de responsabilité : l’éthique de responsabilité qui se développe au XIXe siècle chez les écrivains se serait construite en réaction aux conceptions du rôle social de l’écrivain qui sous-tendent l’idée d’une responsabilité pénale de l’écrivain (telles qu’elles peuvent apparaître dans les discours qui entourent les procès).

Gisèle Sapiro s’appuie sur les analyses de la responsabilité proposée par Paul Fauconnet. Celui-ci pense les différents types de responsabilité en fonction des différents types de sanctions distingués par Émile Durkheim : du côté des sanctions négatives, la responsabilité pénale correspond aux sanctions répressives, la responsabilité restitutoire ou compensatoire aux sanctions restitutives (dommages et intérêts) ; du côté des sanctions positives, la responsabilité-mérite est liée aux sanctions rémunératrices (gratifications), la responsabilité rétributoire aux sanctions rétributives (primes). Gisèle Sapiro choisit de s’en tenir, pour l’aspect juridique, à la responsabilité pénale, qui concerne les préjudices faits à la société dans son ensemble (provocation au crime, offense à la morale publique, aux mœurs ou aux représentants de la nation). Les mises en cause d’écrivains partent du principe que l’auteur est responsable de ce qu’il écrit (et donc qu’il n’est pas que le porte-parole d’une puissance inspiratrice extérieure) ; elles supposent aussi que l’œuvre est une émanation de son auteur qui lui est pour ainsi dire consubstantielle au point que l’immoralité d’une œuvre signalerait l’immoralité de l’auteur. La présence de personnages immoraux n’était tolérée que pour autant que leur comportement soit explicitement condamné par l’auteur – des formes de focalisation et de narration plus modernes ont par conséquent amené des débats pour déterminer la position de l’auteur. Les procès donnent par ailleurs à voir une interrogation sur les mobiles qui pousseraient les écrivains à enfreindre les lois de la morale publique. Au vu des débats, Gisèle Sapiro propose d’en identifier quatre types : la conviction personnelle, l’amour de la gloire, la vénalité et la volonté de nuire. Le choix du support est également jugé révélateur des intentions de l’auteur (responsabilité subjective) et du type de public qu’il est susceptible de toucher (responsabilité objective). De même la responsabilité de l’écrivain est considérée comme d’autant plus grande que sa position sociale (prestige d’écrivain et notoriété propre) le rend possiblement plus influent et que son talent augmente son pouvoir de persuasion ou de suggestion. La défense argumente en mettant en avant l’absence de mauvaises intentions de l’auteur mais aussi, de manière plus générale, une éthique de vérité ou de beauté que l’écrivain se devrait de servir au-delà des accusations qui lui sont adressées. Cette éthique s’est donc ainsi développée en réaction aux accusations.

Si l’on entre dans le détail de l’analyse et des exemples mobilisés, ce livre apporte une matière complémentaire, voire des perspectives renouvelées, à la sociologie de la lecture, mais aussi, de manière plus large, à la sociologie de la littérature et, à travers le cas des écrivains, à la sociologie des professions intellectuelles.

Sociologie de la lecture

Qu’est-ce que lire ?

Les procès intentés aux écrivains partent d’une certaine conception de la lecture comme susceptible de produire directement un certain nombre d’effets sur le lecteur. Le mode de lecture supposé est non distancié, fondé sur l’identification et l’adhésion. « L’art est supposé déclencher chez le ‘récepteur’ une identification qui ne peut être mise à distance que par ceux qui disposent d’une culture suffisante et d’une maîtrise de leurs affects » (p. 127). L’évêque de Chartres considérait ainsi que l’instauration de la liberté de la presse n’avait pas suffisamment pris en compte « les effets quasi magiques de cette exposition continue des esprits les plus crédules, les moins disposés à la réflexivité, les moins aptes à réfréner leurs passions, les plus prompts à s’enflammer, à l’action répétée des mêmes idées » (p. 128). D’où les métaphores du poison et de la contagion utilisées pour désigner la diffusion des idées via la lecture. Le roman était « le genre le plus suspect. On lui attribuait de puissants pouvoirs sur l’imagination, conduisant de la rêverie au détournement du devoir et à la déréalisation de la perception, en même temps que des effets lascifs, une capacité à exciter les sens » (p. 132). « La profusion de ‘mauvais livres’ pouvait être présentée ni plus ni moins comme la cause de l’ ‘extrême dégradation’ des mœurs : crimes de tous les jours, mépris de choses saintes, indifférence pour la religion, ignorance des devoirs les plus saints, meurtres, sacrilèges, suicides, adultères » (p. 134) Une des questions posées de manière récurrente est celle du lien de cause à effet entre un écrit jugé provocateur et un acte réel. En tout cas, à la fin du XIXe siècle, la littérature est perçue comme une activité qui joue « un rôle central dans la formation de la conscience collective » et qui a « une influence sur les mœurs qui en fait un enjeu vital pour la vie et l’avenir de la nation » (p. 339).

De la définition des mauvaises lectures

Les procès intentés aux écrivains permettent de réinterroger la notion de « mauvaises lectures ». « Les maux dont les mauvaises lectures étaient tenues pour responsables peuvent être répartis en quatre catégories principales […] : les mœurs, la morale, la religion, la politique. Dans tous les cas, elles constituaient une menace pour l’ordre social » (p. 132). Les mauvaises lectures sont d’abord celles qui sont censées exciter le vice, puis celles qui, dans la tradition des Lumières, proposent « une morale alternative à celle qu’enseignait la tradition et qui prétendaient surtout l’émanciper des préjugés et du dogmatisme religieux » (p. 134). Enfin étaient comptées au nombre des mauvaises lectures celles qui semblaient menacer la nation en excitant à la haine entre les citoyens ou à la sédition.

Le travail de Gisèle Sapiro montre comment la notion de « mauvaises lectures » est constamment retravaillée et investie de valeurs différentes, mais surtout comme elle joue sur une ambiguïté constante entre la dimension politique et la dimension morale. Les prises de position politiques ne pouvant être attaquées en tant que telles, le motif de l’accusation est déplacé sur le plan de la morale : un auteur est mis en cause pour offense aux mœurs et à la morale publique. Par exemple, Paul-Louis Courier n’est pas poursuivi comme opposant au régime mais comme sapant l’ordre monarchique par ses attaques contre l’aristocratie. Se pose par conséquent la question de la définition de la « morale publique » et de ses fondements : la capacité à discerner le juste et l’injuste, le vice et la morale. Une dimension religieuse lui semble inhérente puis s’en détache. La manière dont est envisagée l’influence du roman sur les femmes montre bien que la lecture est surtout perçue comme une menace à l’ordre social : « Si les romans dont elles sont si friandes mettent tant leur moralité que leur équilibre mental en danger, les ouvrages attisent leur curiosité et leur appétit de domination, les conduisant à négliger leurs devoirs domestiques, à braver l’autorité des parents ou de l’époux, et à vouloir renverser les hiérarchies sociales. » (p. 123-124) Le personnage de Madame Bovary, créé par Flaubert, constitue l’exemple d’une de ces nouvelles lectrices aspirant à sortir de leur condition. La notion de « mauvaises lectures » évolue : sous la IIIe République les mauvaises lectures sont surtout celles qui sont susceptibles de nuire à l’image de la France ou à l’avenir de la nation. Au contraire, les bonnes lectures sont des lectures saines, simples et utiles. « L’utilité tient soit dans la transmission des connaissances, soit dans l’éducation morale : inculquer aux classes laborieuses le sentiment du devoir patriotique, le dévouement citoyen, l’esprit de solidarité, l’amour de la famille, le respect du travail, l’ordre et l’économie, l’hygiène. » (p. 425)

Des classes de lecteurs

Les influences potentiellement néfastes des écrits ne concernent en fait que les lecteurs considérés comme les plus vulnérables, dont le nombre s’accroît au XIXe siècle à la faveur de la généralisation de l’alphabétisation. Cinq catégories spécifiques semblent particulièrement incapables de distance et de discernement : le peuple, les femmes, la jeunesse, les demi-savants et les criminels. Les trois premières catégories constituent ces « nouveaux lecteurs » analysés par Martin Lyons[12]. Mais, montre Gisèle Sapiro, ce sont les deux dernières catégories qui sont considérées comme les plus dangereuses. Les demi-savants sont « une bohème d’extraction modeste, et dans l’esprit de laquelle l’instruction et la lecture auraient fait germer des prétentions d’élévation périlleuses pour l’ordre social » (p. 125). Ils ne diffèrent des criminels que par le passage à l’acte. De manière générale, considérer ces différentes catégories de lecteurs comme soumises à l’influence des « mauvaises lectures », c’est leur refuser la capacité à la distance et au discernement : « Les pourfendeurs des ‘mauvais livres’, qui les intégraient dans la causalité déterministe conduisant tout droit à la dégénérescence de la nation, partaient du présupposé que le grand public était vulnérable, influençable, déjà affaibli par les tentations et le désordre de la vie urbaine, incapable de pratiquer la lecture distanciée et de contrôler ses émotions. À l’inverse, les défenseurs de la liberté d’expression valorisaient l’autonomie du jugement du public. » (p. 432)

Du rôle essentiel de la forme et du support

Ce qui est mis en cause dans les procès intentés aux écrivains, ce ne sont pas les pensées coupables, mais leur matérialisation à travers la publication. Dans ces conditions, la forme adoptée et le support choisi participent de la qualification d’un texte comme acte répréhensible. D’abord « le genre conditionne les modalités de la réception […] et, du coup, l’impact de l’œuvre » (p. 111). Ainsi, « la brièveté du [pamphlet] fait sa force, car il s’adresse à tous et non aux seuls oisifs » (p. 116). Les genres à grande diffusion comme la chanson ou le pamphlet paraissent ainsi d’autant plus redoutables qu’ils sont susceptibles de toucher un public populaire (p. 139). Les écrits proprement littéraires sont traités de manière générale avec plus d’indulgence que les écrits à caractère proprement politique, comme on le voit par exemple dans le cas des procès de la Libération.

Le travail de Gisèle Sapiro souligne aussi, à la suite de ceux des historiens du livre, notamment de Roger Chartier, le rôle décisif du support. Par exemple, les chansons sont réputées relativement anodines tant qu’elles ne sont que diffusées oralement, mais leur publication en recueil (comme c’est le cas de celles de Béranger) modifie la manière dont elles sont perçues : « Fugace par nature, l’oralité s’ajoute à la légèreté du genre pour atténuer la responsabilité du chansonnier, tandis que le support imprimé transforme la chanson en poésie, c’est-à-dire en un genre sérieux. » (p. 117) Des distinctions sont établies selon les supports de publication, qui déterminent la diffusion de l’objet incriminé : « Les supports imprimés se hiérarchisent en fonction de leur périodicité, de leur tirage et de leur mode de circulation » (p. 118). C’est toujours vrai lors des procès de la Libération où « la forme, journalistique ou pamphlétaire, et la diffusion donnée au discours, surtout lorsqu’il avait paru dans la grande presse, étaient perçues comme le signe à la fois de son efficience et des intentions de l’auteur, c’est-à-dire de sa volonté d’influencer l’opinion. » (p. 570) Les analyses de Gisèle Sapiro rappellent ainsi utilement le rôle essentiel de la matérialité des textes et de leur diffusion dans leur réception.

Sociologie de la littérature

Des rapports entre forme et fond

Au-delà d’une sociologie de la réception, La Responsabilité de l’écrivain permet de réexaminer un certain nombre des grandes questions posées par la sociologie de la littérature, et d’abord la question classique des études littéraires du rapport entre forme et contenu. Une des questions soulevées par les procès littéraires est en effet celle de la légitimité des juges à juger de la forme. Un argument, utilisé notamment par le défenseur de Baudelaire, consiste à invoquer l’autonomie de la littérature pour dénier au juge la possibilité de juger autre chose que le fond et les intentions de l’auteur. Mais c’est bien sur la forme que se centrent les débats. Même les reproches adressés aux écrivains réalistes puis naturalistes portent au moins en partie sur la forme : il leur est reproché de faire voir les choses trop crûment ou trop objectivement, sans trier, enjoliver ni juger. Le style est, de manière générale, un argument constamment mobilisé dans les débats, soit pour renforcer l’accusation, soit au contraire comme circonstance atténuante. « Concernant l’offense aux bonnes mœurs, l’art est aux yeux de la défense un voile qui le démarque des ‘obscénités’ » (p. 107). Mais l’accusation renverse parfois l’argument, comme c’est le cas dans le procès de Béranger : « il suffit de dépouiller les vers de la rime, de briser la césure, d’enlever ‘tout le prestige de la poésie’, et ‘sa pensée paraîtra dans toute sa laideur, ses couplets ne seront plus qu’un libelle’ » (p. 110). On retrouvera ce même argument au moment des procès de la Libération, l’idée défendue étant que la littérarité et la distance ironique ne rendent pas le message collaborationniste moins lisible.

Se pose en particulier, dans ces débats, la question du rapport de la partie au tout : tandis que les accusations se focalisent souvent sur certains détails particuliers, les discours de la défense mettent en général en avant la nécessité de considérer une œuvre dans son ensemble. Dans cette logique, certains auteurs accusés à la Libération invoquèrent en défense le fait que leurs textes avaient été tronqués au moment de la publication, ce qui en avait modifié le sens général.

De l’ajustement des stratégies d’écriture

La Responsabilité de l’écrivain fait aussi ressortir les stratégies d’écriture mises en œuvre par les écrivains, c’est-à-dire l’influence du contexte social et politique sur la production littéraire elle-même. Ainsi, pour ce qui concerne l’accusation de provocation, la loi suppose qu’elle soit formulée « en termes clairs », « dans un langage intelligible » et univoque. Une partie des débats va par conséquent tourner autour des ambiguïtés des textes, des différentes possibilités d’interprétation qu’ils ouvrent. Il n’est pas rare, dans ces conditions, que les écrivains adoptent un certain nombre de ruses d’écriture de manière à contourner ou à anticiper les accusations. Par exemple, pour éviter l’accusation d’offense à la famille royale, Paul-Louis Courier s’en prend à la noblesse de cour, dont il critique les mœurs sans citer de noms précis. « Un des subterfuges auxquels recourent les auteurs de pamphlets consistait à intercaler des phrases qui semblaient contraster avec la thèse centrale, et qui étaient destinées à servir à la défense en cas de poursuite. » (p. 106) De manière plus générale, « à toute époque, les écrivains ont recouru à des stratégies de contournement de la censure par des procédés littéraires : déplacement dans le temps ou dans l’espace, allusion, allégorie, métonymie, synecdoques, métaphores, etc. selon un langage codé que les lecteurs de l’époque savaient décrypter » (ibid.). Une autre stratégie consiste à mettre certains propos dans la bouche d’un personnage en insistant sur la différence entre le point de vue de l’auteur et celui du personnage. Cette stratégie caractérise notamment la forme pamphlétaire telle que l’a analysée Marc Angenot[13]. Les stratégies de contournement de la censure sont particulièrement mises en œuvre dans les périodes où la censure est plus forte, par exemple sous l’Occupation où se multiplient les textes à double entente, les allégories historiques ou mythologiques, les métaphores et autres moyens de cryptage, supposant une lecture entre les lignes.

Les différents genres font, au moment des procès, l’objet de traitements différenciés : la force et la nature explicitement politique du pamphlet conduisent à traiter ce genre avec une grande sévérité ; au contraire, la chanson, réputée plus légère, est traitée avec plus d’indulgence. « Telle pensée, telle phrase, tel mot seraient répréhensibles ailleurs, qui doivent trouver grâce dans un couplet » (p. 112), affirme l’avocat de Béranger : en effet « les conspirateurs ne rient jamais » et les gouvernements n’ont rien à redouter de ces formes légères : « c’est avec d’autres armes qu’on les ébranle » (p. 111). D’où le fait que des auteurs vont choisir plus volontiers telle forme, réputée plus anodine, que telle autre, qui les expose davantage, mais vont investir ces formes de manière à exprimer un point de vue critique qui n’aurait pas été recevable dans une forme plus explicite. Les écrits politiques et l’histoire nationale se travestissent en écrits fictionnels – amenant à un brouillage entre les catégories de fiction et de non-fiction.  « Si la littérature se politise, la politique se pare des atours de la littérature » (p. 94).

De manière plus large, La Responsabilité de l’écrivain donne à voir les effets de la censure. Dans la lignée d’autres travaux sur cette question, Gisèle Sapiro montre comment les procès produisent différents effets en dehors des condamnations proprement dites. D’abord, par un effet contraire aux buts visés, les procès jouent un rôle important dans la construction du capital symbolique des auteurs incriminés, en leur donnant une visibilité dans l’espace public : « Un procès est alors l’une des meilleures publicités qu’on puisse faire à un livre, et une source de profit garantie pour l’auteur aussi bien que pour l’éditeur. » (p. 119) Par exemple, le jour même du procès de Béranger, les chansons condamnées sont reproduites dans la presse, et donc diffusées à plusieurs millions d’exemplaires alors que le recueil incriminé avait été tiré à 10500 exemplaires.

Redéfinition des genres et usages des étiquettes et des références

Les genres font aussi l’objet de réappropriations qui participent à leur redéfinition. Gisèle Sapiro montre ainsi comment Béranger a transformé le genre de la chanson politique en remplaçant sa dimension d’invective par une vision du monde et une morale, participant du même coup à littérariser le genre et à le légitimer. C’est l’argument du genre qu’invoque aussi l’accusation : « La stratégie du ministère public consiste dès lors à démontrer que Béranger a dérogé au genre de la chanson, non seulement par le contenu, qui aborde des sujets sérieux comme la religion ou la politique, mais aussi par la forme poétique, par le style, et par le support imprimé. » (p. 109) : « Tout ce qui servait à disculper le genre léger de la chanson devient dès lors une circonstance aggravante : elle est facile à retenir, elle circule rapidement, elle peut toucher des publics divers. » (p. 111) Plus tard, c’est le genre du pamphlet qui fait l’objet d’une réappropriation et d’une littérarisation, notamment par Céline, brouillant par conséquent la frontière entre la figure de l’écrivain et celle du polémiste.

De manière plus large, le travail de Gisèle Sapiro montre comment les étiquettes se constituent et sont mobilisées, tantôt comme des repoussoirs tantôt comme des revendications. Par exemple, l’étiquette de réalisme fonctionne tantôt comme une revendication mobilisée contre l’idéalisme académique comme un souci d’observation de la réalité (p. 189) tantôt comme « un opérateur axiologique négatif » utilisé pour mettre en cause des procédés novateurs, utilisés notamment par Flaubert (le choix de sujets bas, la peinture détaillée du scabreux, les changements de point de vue susceptibles de perdre le lecteur, le discours indirect libre, l’ironie, l’absence de condamnation explicite des faits et gestes des personnages, etc.). C’est le rapport de la littérature au monde réel qui se redéfinit ainsi radicalement : « Flaubert avait rompu avec le répertoire conventionnel de ce qui est représentable, de ce qui peut être donné à voir au public. Il avait doublement enfreint la séparation entre espace privé et espace public […] et entre le dicible et l’indicible, la représentation idéalisée du monde et les réalités refoulées de l’inconscient collectif ou les tabous. » (p. 224)

Quant à la mobilisation de références littéraires, elle fait partie des stratégies de défense mises en œuvre dans les procès. Les auteurs cités sont des auteurs connus : la défense de Béranger cite par exemple Voltaire, Rousseau et La Fontaine, tandis que Paul-Louis Courier inscrit le pamphlet dans la tradition des orateurs antiques. Ces références permettent de signaler des précédents et d’inviter à juger les nouveaux auteurs selon la manière dont ont été jugés leurs prédécesseurs. Elles permettent aussi de légitimer les nouveaux auteurs en les comparant à leurs aînés. Elles servent enfin à témoigner du capital culturel des auteurs.

Sociologie des professions intellectuelles : les écrivains

Une éthique du désintéressement

De manière plus centrale, La Responsabilité de l’écrivain constitue un apport majeur aux études de sociologie des intellectuels et, plus spécifiquement, aux analyses du métier d’écrivain et du rôle social des écrivains. Gisèle Sapiro montre comment l’identité des écrivains se fonde sur la revendication d’une éthique du désintéressement, en réaction aux accusations dont ils font l’objet. Les procès conduisent en effet à interroger les motivations des auteurs et à en distinguer quatre types principaux : « la conviction personnelle, l’amour de la gloire, la vénalité, la volonté de nuire » (p. 152). Tandis que la conviction personnelle constitue un gage de bonne foi et une circonstance atténuante, les autres motivations sont vues comme des circonstances aggravantes. Aux différentes périodes considérées, la vénalité « suscite l’indignation et le mépris universel » (p. 155). C’est ainsi que construit une éthique de désintéressement par laquelle les écrivains mettent en avant leur « refus de flatter le pouvoir et les puissants en échange de gratifications matérielles et symboliques » : ils lui « opposent l’ethos ascétique, probe et laborieux de l’intellectuel solitaire, retiré du monde, dépourvu d’ambitions sociales et sincère, ethos qui assoit son crédit auprès du public » (p. 158). Ainsi, le procès de Béranger participe à construire la figure sacrificielle d’un poète, sacrifiant sa liberté physique à son indépendance d’esprit et de plume et préférant la prison à l’Académie. Cette notion d’indépendance prend une définition nouvelle au moment des procès de la Libération dans laquelle sont particulièrement punis les écrivains ayant collaboré avec l’ennemi. « Servilité, intérêt personnel (vénal le plus souvent) et désir de gloire sont les trois traits qui dessinent le portrait moral du traître comme un négatif du héros national alors incarné par la figure du résistant. » (p. 639)

Mais la définition du désintéressement lui-même évolue : les écrivains en viennent à prendre leurs distances vis-à-vis d’un public qui leur semble soumettre la littérature à une nouvelle hétéronomie. Le désintéressement est alors opposé à l’utilitarisme et au moralisme et trouve son aboutissement dans l’art pour l’art, dans lequel prévalent les préoccupations proprement esthétiques : « le soin extrême apporté à la forme et à l’écriture, la quête de l’originalité, l’outrance, le goût pour l’étrange » (p. 191). Dans cette perspective, « c’est le regard qui importe plutôt que le jugement ». Telle est notamment la perspective de Flaubert : « En soumettant l’objectif de représenter le monde à l’exigence formelle, Flaubert opère un renversement qui fait scandale, car il suppose la primauté de l’enjeu esthétique sur toute considération morale. » (p. 219)

Ce renversement de perspective s’accompagne d’un passage d’une revendication de liberté d’expression à l’affirmation d’une liberté de création. Au début de la période analysée par Gisèle Sapiro, c’est la question de la liberté d’expression qui est en jeu : expression des opinions et controverse sont en effet considérées comme nécessaires à l’existence d’un débat public et donc à l’intérêt général dans un espace démocratique. C’est le principe mis en avant dans la loi de 1819. La question est alors de déterminer la limite entre ce qui relève de cette liberté d’expression bénéfique et ce qui va à l’encontre de l’intérêt national ou général (provocation au crime, remise en cause des principes qui fondent l’ordre public). À partir du Second Empire, la littérature s’autonomisant, c’est désormais la liberté de création qui est mise en avant par les écrivains. Aujourd’hui, cette liberté de création est promue par l’Observatoire pour la liberté de création de la ligue des droits de l’homme, qui revendique pour les artistes, au nom des impératifs de la création, une liberté accrue par rapport à la liberté d’expression des citoyens ordinaires (p. 714). Il reste que cette liberté s’inscrit dans un cadre : la responsabilité est le pendant de la liberté.

De la responsabilité pénale à l’éthique de responsabilité

L’écrivain est considéré comme d’autant plus responsable que son action ne saurait être considérée comme un acte spontané et irréfléchi et que la publication l’inscrit dans la durée. « La gratuité, la préméditation, l’universalité et la pérennité sont donc les caractéristiques des crimes écrits, qui contribuent à en alourdir la responsabilité et à les placer au-dessus de ceux qui sont motivés par le besoin, la passion, ou qui ont un caractère ponctuel et passager. » (p. 144) L’écrivain est aussi considéré comme d’autant plus responsable qu’il a du talent : « Non seulement le talent n’est pas une excuse, mais il constitue une circonstance aggravante. Leur éducation, leur esprit, leur talent confèrent tout d’abord aux écrivains un surcroît de responsabilité. Instruits, ils sont considérés comme conscients du sens de leurs propos et de leurs effets possibles » (p. 149). Le talent accroît par ailleurs l’aptitude à frapper les esprits, donc l’influence. Dans ces conditions, « l’écrivain qui incite au vice ou qui échauffe les esprits par des mensonges, des idées sacrilèges ou séditieuses, abuse de son talent » (ibid.). De même dans les procès de la Libération, « les marques de l’influence d’un écrivain, son audience, son talent même, étaient supposés accroître son pouvoir persuasif et l’efficacité […] de sa propagande » (p. 611). Ce fut par exemple le cas de Maurras : « La responsabilité objective imputée à Maurras était à la mesure de son prestige et du capital moral accumulé par le chantre du nationalisme intégral en matière de patriotisme. Il avait non seulement dicté parfois la politique du Maréchal […] mais aussi ‘créé le climat favorable à l’exécution des desseins du gouvernement de Vichy’ » (p. 612).

Face à la responsabilité pénale à laquelle les renvoient les procès, les écrivains revendiquent une éthique de responsabilité, dont la définition évolue peu à peu. Contre la figure de l’écrivain courtisan s’édifie dès la Restauration, avec Béranger et Courier, une nouvelle forme de légitimité auctoriale fondée sur le public. Cette éthique professionnelle d’écrivains autonomes par rapport au pouvoir temporel et spirituel s’inscrit dans la lignée des philosophes du XVIIIe siècle. Les écrivains se présentent comme dotés d’une mission sociale, qui les assimilent à des prédicateurs et en font les prophètes des temps modernes : « Ils critiquent les abus, défendent la tolérance et la liberté, mettent en garde le pouvoir contre les menaces qui pèsent sur la patrie et défendent la cause des opprimés. » (p. 160) ; « ils luttent pour faire reconnaître la vérité […] Les autorités sur lesquelles ils l’étaient ne sont pas la morale mais la raison, la science, l’histoire » (p. 161). La manière dont est conçue l’utilité sociale de la littérature évolue au fil du temps. Pour les réalistes, la mission de l’écrivain consiste à donner à voir le monde tel qu’il est dans toute sa crudité. Sous la IIIe République, à la conception théorisée par Paul Bourget qui entend subordonner la littérature à la morale et à la défense de l’ordre établi, s’oppose la position de Zola et des naturalistes, qui « associe la recherche de la vérité à la critique sociale » (p. 358) et vise la responsabilisation des lecteurs par une meilleure connaissance des réalités sociales. La notion de responsabilité, sur laquelle repose l’existence même des procès, fait l’objet d’une réappropriation par les écrivains, qui l’associent à l’autonomie de la littérature en même temps qu’à son rôle social. La position de Zola est révélatrice de cette nouvelle éthique de responsabilité selon laquelle « l’écrivain qui se tait se fait le complice d’une injustice » (p. 508) : « Zola redéfinit les fondements de l’autorité de l’auteur et de sa responsabilité en régime démocratique. À la définition pénale de la responsabilité de l’auteur de l’écrit et à l’éthique de responsabilité prônée par les intellectuels conservateurs qui subordonnent […] la parole de l’auteur à la morale officielle et à l’intérêt national, il oppose, pour reprendre les termes de Max Weber, une éthique de conviction de l’écrivain, qui a pour devoir de défendre les valeurs universelles (vérité, liberté, justice) contre l’arbitraire des institutions et la défense des intérêts particuliers. » (p.  511) Il invente ainsi la figure de l’intellectuel critique, qui fonde la légitimité de ses prises de position sur son capital symbolique, agit de manière désintéressée et prend des risques en s’exposant à l’opprobre et à la répression des pouvoirs. Ce modèle prend toute son ampleur à la Libération « en ce que les intellectuels se virent blâmés pour n’avoir pas fait preuve d’indépendance et d’esprit critique à l’égard des pouvoirs en place » : « Comme si le principe de l’autonomie sur lequel les intellectuels avaient fondé leur éthique professionnelle depuis le XIXe siècle avait acquis une reconnaissance sociale telle que, bien que non codifié, il leur était retourné par les représentants de l’État. » (p. 630) Cette théorie d’une responsabilité inhérente à la liberté est développée par Sartre : « du point de vue moral, la liberté absolue [on a toujours le choix] crée une responsabilité absolue qui ne souffre aucune circonstance atténuante. » (p. 672). « L’écrivain [en particulier] est engagé dans une époque et ne peut s’y dérober. » (p. 678) : « L’écrivain est responsable malgré lui, parce qu’il nomme, et, du coup, il l’est aussi quand il choisit de se taire » (p. 680).

De la place des écrivains à l’ère des experts et des journalistes

Mais l’autonomisation de la littérature n’a-t-elle pour corollaire la réduction de la place des écrivains dans l’espace public ? Les procès ont en effet conduit à revendiquer une spécificité de l’écrit littéraire. Les procès de la Libération, en particulier, ont amené à distinguer de manière très nette les écrivains proprement littéraires et les autres auteurs, notamment polémistes : « ce dédoublement du littérateur et du polémiste […] va porter un coup fatal à la figure de l’écrivain politique. » (p. 659) Une certaine marginalisation dans l’espace public semble être le prix de l’autonomisation de la littérature. Cette réduction résulte d’une division du travail d’expertise avec le champ scientifique, le champ politique et le champ journalistique. « Concurrencés par les nouveaux groupes professionnels, en particulier les savants […] qui font désormais valoir leur expertise comme fondement de leur pouvoir symbolique, les écrivains se trouvent fragilisés dans leur position sociale à un moment où les valeurs scientifiques s’affirment contre celles de la culture générale et de l’‘honnête homme’. » « La professionnalisation du métier d’historien et l’adoption du paradigme scientifique en histoire […] dépossèdent les écrivains de la compétence sur le passé. Le présent leur échappe aussi en partie avec, d’un côté, l’essor de la presse d’information et d’investigation […] et de l’autre les sociologues qui se spécialisent dans l’étude des mœurs. » (p. 504) Dans ces conditions se trouve réinterrogé le rôle de la littérature, rôle qui est peut-être à chercher, suggère Gisèle Sapiro, dans sa capacité à « explorer ce qui échappe aux approches scientifiques » (p. 717) et à participer à former les représentations et les schèmes de perception du monde (p. 719).

Perspectives

Comme tout livre qui donne à penser, La Responsabilité de l’écrivain ouvre aussi à de nouvelles questions, que la délimitation de son objet a conduit Gisèle Sapiro à laisser en suspens.

1°) L’analyse présentée ici d’un certain nombre de procès littéraires réputés importants amène d’abord [14]à s’interroger sur ce type d’événement particulier que constitue le procès littéraire, notamment sur sa fréquence et sur sa singularité. Ces procès d’hommes de lettres sont-ils des exceptions ou un type de cas parmi d’autres dans les affaires judiciaires ? Existe-t-il d’autres procès littéraires, peut-être moins visibles parce qu’impliquant des auteurs moins connus ? Comment les grands procès choisis se situent-ils, le cas échéant, par rapport à eux ?

2°) Les interrogations du GRIHL sur le rapport entre écriture et action conduisent par ailleurs à interroger le statut du matériau qui fonde une part importante de la documentation mobilisée par Gisèle Sapiro, à savoir des transcriptions de débats parlementaires et de procès. Ces transcriptions constituent des mises en écrit de discours destinés à constituer, dans leur forme orale, des formes d’action prises dans des séries d’actions et dans des contextes spécifiques. Quel travail d’écriture et donc de reconstruction s’opère dans ces retranscriptions ? Par qui est-il mis en œuvre ? Qu’est-ce qui s’y joue ? Laurence Proteau interroge ainsi le travail d’écriture mis en œuvre dans la police à l’occasion de l’enregistrement des plaintes ou de la transcription des interrogatoires[15] ; Nicolas Schapira analyse le travail d’écriture des secrétaires de l’Ancien Régime, en l’envisageant comme une action[16]. On peut se demander en l’occurrence qui sont les greffiers auteurs de ces transcriptions et ce qui se joue dans leur travail, mais aussi à quelles conditions il est possible pour le chercheur de mobiliser ces écrits comme des sources.

3°) D’une manière plus générale, l’analyse de Gisèle Sapiro laisse largement en suspens l’articulation entre champ littéraire et champ juridique. La perspective adoptée ici est celle du champ littéraire, mais le cadre des procès, qui fait intervenir juges et avocats, interroge sur ces acteurs et sur les positions qu’ils occupent. Qui sont les avocats qui s’engagent dans ces procès littéraires ? Comment les positions qu’ils y tiennent peuvent-elles être mises en relation avec les positions qu’ils occupent dans le champ juridique ou avec celles qu’ils visent ? Quel décalage l’avocat de la défense introduit-il, le cas échéant, par rapport à ce qui serait la position de l’écrivain qu’il défend, par le double fait que sa position l’amène à avoir une grille de lecture différente mais aussi à mettre sur pied une stratégie de défense, adaptée à ce qu’il suppose des attentes et des perceptions de ses adversaires et donc appuyée aussi sur la connaissance qu’il peut avoir du champ juridique et de ses agents ?

4°) Reste enfin largement inexplorée la période la plus contemporaine, à laquelle est consacré l’épilogue du livre. Un changement profond s’est produit, à partir des années 1960, dans la manière même de concevoir la lecture : on est passé d’un modèle que le livre dépeint très bien, où certains livres sont considérés comme de mauvaises lectures, susceptibles de détourner du droit chemin, à un modèle où la lecture est érigée comme un bien en soi, et où il vaut mieux, par conséquent, lire toutes sortes de choses plutôt que rien. La vertu formatrice de la lecture est mise en avant, avec aussi l’idée que certaines lectures peuvent servir de tremplin vers d’autres. C’est moins des risques des mauvais lectures qu’on s’inquiète désormais que d’une crise de la lecture qui revient à intervalles réguliers faire la une des journaux, à chaque publication des résultats d’une nouvelle enquête sur la lecture. Le lecteur présupposé par cette vision, celui qui a conduit à la mise en place du libre accès dans les bibliothèques, est un lecteur autonome, capable de discernement et de distance. On ne voit plus qu’on impute un crime ou une prise de position contraire à la bienséance à une mauvaise lecture. C’est alors plutôt vers l’image que l’on se tourne, celle des séries ou des journaux télévisés, ou celle des jeux vidéos, soupçonnés d’entretenir des pulsions de violence et la confusion entre fiction et réalité ou, pour les journaux télévisés, de donner de mauvaises idées. Si elle apparaît aujourd’hui comme infiniment plus dangereuse que l’écrit car plus immédiate mais aussi parce qu’internet a facilité sa diffusion, comment était-elle précédemment perçue ? De quel type de contrôle faisait-elle l’objet ? Il s’agit certes là d’un autre objet, mais qui, en la mettant en perspective, pourrait permettre d’interroger sous un angle nouveau la spécificité de l’écrit et du « pouvoir des mots ».

par Cécile Rabot

Maître de conférence en sciences de l’information et de la communication, Université Paris Ouest Nanterre La Défense , UFR SITEC, master métiers du livre de Saint-Cloud


[1]    Gisèle Sapiro est directrice de recherche en sociologie au CNRS, directrice d’étude à l’EHESS, directrice du Centre Européen de Sociologie et de Science Politique. Spécialiste de la sociologie des intellectuels, elle a par ailleurs conduit plusieurs recherches collectives sur la question de la circulation des biens symboliques et plus particulièrement sur la traduction.

[2]    Gisèle Sapiro. La guerre des écrivains: 1940-1953. Paris : Fayard, 1999, 807 p.

[3]    Paul Fauconnet. La responsabilité: étude de sociologie / Travaux de l’« Année sociologique » publ. sous la dir. de E. Durkheim. Paris : F. Alcan, 1920. Disponible sur : < http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k679878 >.

[4]    Voir  Umberto Eco. Lector in fabula  ou la Coopération interprétative dans les textes narratifs. Paris : B. Grasset, 1985. Voir aussi Antoine Compagnon, « Un monde sans auteurs ? », Où va le livre ?, dir. par J.-Y. Mollier, Paris, La Dispute, 2000.

[5]    Martin Lyons. « Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle : femmes, enfants, ouvriers ». In Guglielmo Cavallo & Roger Chartier dir. Histoire de la lecture dans le monde occidental. Paris : Éditions du Seuil, 1997, rééd. 2001 (Points Histoire H297), p. 393-430.

[6]    Loïc Artiaga. Des torrents de papier: catholicisme et lectures populaires au XIXe siècle. Limoges : PULIM, 2007.

[7]    Michel Foucault. « Qu’est-ce qu’un auteur ? » / conférence. Bulletin de la Société française de philosophie. septembre 1969, 63e année, no 3, p. 73-104, (repris dans Dits et écrits I, Paris : Gallimard, texte 69).

[8]    Pierre Bourdieu. Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire. Paris : Editions du Seuil, 1992.

[9]    Andrew Abbott. The system of professions: an essay on the division of expert labor. Chicago(Ill.) London : the University of Chicago press, 1988.

[10]  Max Weber. Économie et société. Traduit par Éric de Dampierre. Paris : Plon, 1971.

[11]  Paul Fauconnet. op. cit.

[12]  Martin Lyons, art. cit.

[13]  Marc Angenot. La parole pamphlétaire: contribution à la typologie des discours modernes. Paris : Payot, 1982.

[14]  Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (EHESS / Université Paris Sorbonne Nouvelle / Centre de Recherche Historique) <http://www.ehess.fr/centres/grihl/Travaux/TravauxGrihl.htm>

[15]  Laurence Proteau et Christel Coton dir. Les paradoxes de l’écriture: sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement. Rennes : PUR, 2012.

[16]  Nicolas Schapira. Un professionnel des lettres au XVIIe siècle: Valentin Conrart, une histoire sociale. Seyssel : Champ vallon, 2003.

Retourner au programme complet de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.