Compte rendu de : Sandrine Garcia, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants. Paris (coll. « Textes à l’appui / Genre & sexualité ») : La Découverte, 2011

mères sous influencePar Sophie Noël

Maître de Conférence à l’Université Paris 13

Mères sous influence, publié en 2011, cherche à comprendre l’évolution paradoxale qui conduit de la lutte pour la libération des femmes à la fin des années 1960, à partir de la revendication d’une identité en dehors de la maternité, à la culpabilisation des mères, qui vient rogner l’autonomie conquise. Ou comment la construction d’une « cause de l’enfant » s’est en partie réalisée au détriment des femmes, au moment où ces dernières obtenaient, grâce à la maîtrise de la procréation, la possibilité de maîtriser leur destin social.

Deux mouvements historiques se croisent, comme Sandrine Garcia l’explique dans l’introduction, deux mouvements qui « se contredisent tout en s’ignorant » (p. 10), et s’incarnent dans deux grandes figures : celle de Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, fondatrice du planning familial, qui va imposer une « cause des mères » et Françoise Dolto, qui va s’attacher à « la cause des enfants ». Ces deux « blocs » chronologiques permettent d’étudier deux conceptions de la maternité par le prisme des rapports de force sociaux qui les sous-tendent : la première, hostile à l’avortement, considère la maternité comme un domaine essentiel (mais non unique) de l’accomplissement des femmes. La seconde, défavorable à la régulation des naissances et à l’avortement, fait de la maternité le pivot de l’identité féminine, tout en engageant un combat pour l’émancipation de l’enfant.

Au travers de ces deux figures, l’auteur examine la « bataille des normes » dont l’objectif est la définition du « métier de mère » (p. 12), en la resituant dans une perspective sociale et politique. Sandrine Garcia montre que ce qui se joue dans cette bataille est l’opposition entre un familialisme républicain moderniste et un familialisme catholique modernisé, chacun étant associé à des forces sociales antagonistes (Lenoir, 2003). Elle s’intéresse par conséquent aux divers experts (pédiatres, psychiatres, psychanalystes, spécialistes de la petite enfance…) qui contribuent à élaborer les normes éducatives largement diffusées aujourd’hui et à construire un magistère moral sur les parents au nom de l’intérêt des enfants.

La psychanalyse est une ressource essentielle dans cette bataille. Elle va être utilisée, de manière différenciée, par ces deux mouvements historiques pour étayer une conception opposée de l’articulation entre féminité et maternité. Tout comme Samuel Lezé, Sandrine Garcia interroge le régime d’autorité des psychanalystes, en cherchant à comprendre comment se construit et se maintient leur position d’expertise dans un champ précis : celui de l’éducation et de la pédiatrie à partir des années 1950. Pour cela, elle combine la sociologie de la famille, de l’éducation et de l’expertise dans une perspective socio-historique. Cet objet lui permet d’aborder les évolutions et les luttes internes aux champs de la médecine, de l’éducation et de la psychanalyse sur près d’un demi-siècle en s’appuyant sur diverses sources théoriques : Becker (pour la production de normes), Bourdieu (sur le champ religieux), Elias (les rapports entre sociologie et psychanalyse), et plusieurs travaux récents sur le genre et la famille (Coline Cardi, 2008 ; Delphine Serre, 2009 ; Séverine Gojard, 2010).

En considérant l’emprise croissante des « savoirs du psychisme » développés par plusieurs catégories de spécialistes dans l’élaboration de normes qui s’imposent aux familles, Sandrine Garcia porte un regard sociologique sur les sphères de l’intime (la maternité, la sexualité, l’éducation des enfants), contribuant à déplacer un certain nombre de questionnements et à saisir leurs enjeux tant sociaux que politiques. Cette démarche lui permet d’aborder sous un angle neuf la naturalisation de la division sexuelle du travail parental et la reproduction de rapports sociaux de genre inégalitaires, mais aussi des rapports de classe.

L’ouvrage s’organise autour de quatre grandes parties, qui correspondent à quatre étapes historiques.

Les grandes étapes de la régulation des naissances en France

La première partie, intitulée « Familles nombreuses ou familles heureuses ? », brosse un tableau des grandes étapes de la régulation des naissances en France dans l’après-guerre (1945-60), en mettant en valeur le rôle de l’association Maternité heureuse fondée par Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé en 1956, qui deviendra le Mouvement français de planning familial (MFPF) en 1960. L’association rassemble des médecins et des personnalités partisans de l’abrogation de la législation privant les femmes de la maîtrise de leur fécondité.

Le premier chapitre est construit autour de la personnalité de Marie-Andrée Lagroua, médecin et catholique pratiquante issue de la bourgeoisie provinciale, épouse du professeur Weill-Hallé. Elle revendique dans les années 1950 le droit à une « maternité choisie » qui, tout en représentant une grande avancée pour les femmes, ne va pas jusqu’à dénaturaliser leur rôle de mère, présenté comme un horizon indépassable. Seule une amélioration des conditions de la maternité est envisagée (ce qui est très différent des objectifs de libération sexuelle qui s’affirmeront quelques décennies plus tard). Il s’agit avant tout pour les femmes de maîtriser leur fécondité (la « maternité volontaire ») : c’est l’idée de « bonne procréation», dans la lignée de l’eugénisme positif d’Alfred Pinard, dont son mari a été l’élève. La contraception est perçue comme le moyen de combattre « l’avortement criminel » et non d’en accorder le droit aux femmes. Une alliance sera malgré tout scellée avec Simone de Beauvoir qui permet, en dépit de positions très différentes, d’associer une avant-garde intellectuelle et une avant-garde médicale (p. 28).

Les ressorts de l’engagement du petit groupe aux origines de l’association sont analysés en détail, de même que les trajectoires et les ressources spécifiques de ces « entrepreneurs de morale » : ce sont principalement des femmes issues de la bourgeoisie économique et intellectuelle, qui cumulent d’importants capitaux financiers, sociaux et culturels mais aussi des catholiques de gauche, des juifs, des protestants (Evelyne Sullerot, qui sera secrétaire gale du mouvement) ainsi que des francs-maçons. Il existe un lien fort avec l’expérience de la Résistance – qui explique la construction d’une identité « illégale » et la transgression d’un ordre établi -, de l’antisémitisme, mais aussi avec la tradition philanthropique de la bourgeoisie traditionnelle.

Le second chapitre dresse le portrait de quelques uns de ces « médecins novateurs » appartenant à la fraction moderniste et humaniste du corps médical, acquis au contrôle des naissances. Leur combat est avant tout un combat contre la morale médicale et les positions de l’Eglise sur le sujet, incarnées par l’Ordre des médecins. On trouve dans ce groupe à la fois des médecins situés à gauche, comme Henri Fabre, vice-président du MFPF, ancien résistant et anticlérical convaincu. Mais aussi un catholique engagé dans la Résistance comme Paul Milliez. Sandrine Garcia montre qu’il s’agit d’un mouvement politiquement très construit en dépit de sa neutralité affichée : son conseil d’administration est en quelque sorte un concentré de l’anti-France de Vichy (à l’exception du parti communiste, hostile au contrôle des naissances pour des raisons expansionnistes).

« La sécularisation de la morale médicale »

La seconde partie s’intéresse à la construction d’une expertise médicale dans le domaine de l’éducation entre 1960 et 1967 (adoption de la loi Neuwirth), et au remplacement de la morale religieuse par une éthique fondée sur des savoirs scientifiques ajustée aux attentes d’une bourgeoisie montante. Cette évolution se produit au moment de la très forte expansion du mouvement du Planning familial, qui se retrouve à la tête d’une quarantaine de centres au milieu des années 1960.

La psychanalyse va être une ressource centrale dans cette entreprise, jouant un rôle pour le moins ambigu vis-à-vis des femmes : émancipation par la défense de la libre maternité, mais également conservatisme, en les renvoyant à leur destin biologique. Loin d’en appeler à la liberté de choix des femmes, les membres du MFPF insistent sur les méfaits des maternités trop rapprochés, s’inscrivant dans la tradition hygiéniste.

Les psychanalystes et les psychiatres du MPFP fournissent au mouvement un argument clé en faveur du contrôle des naissances : le désir de la mère est présenté comme permettant de garantir l’épanouissement futur des enfants (et donc la prévention de la « déviance juvénile »). Cette « croisade », au sens de Becker, s’efforce de diffuser l’idée qu’il est irresponsable de mettre au monde des enfants sans avoir les moyens matériels et psychiques de s’en occuper. Ce déplacement de la cause des mères à celle des enfants va avoir des conséquences considérables.

Un second déplacement s’opère à cette époque, qui est d’ordre social. Le MFPF mène en effet un combat sur deux fronts : contre la bourgeoisie catholique hostile au contrôle des naissances, et à destination des classes populaires, pour imposer une définition « qualitative » de l’enfant. Ce « paternalisme des classes dominantes » conduit à une mise en cause croissante des familles qui ne maîtrisent pas leur fécondité (« qui font des enfants comme on attrape la grippe », un médecin, cité p. 111). Une nouvelle norme sociale est ainsi élaborée au travers de la promotion de la famille « normale », composée du nombre « psychologiquement souhaitable » d’enfants qui doivent arriver au « bon » moment (p. 135). Le professeur Robert Debré, haute figure de la pédiatrie, estime ainsi que l’équilibre psychologique de la famille est atteint à partir de trois enfants.

Sur la question de l’avortement, la psychanalyse fonctionne comme « un outil de reconversion de la morale catholique du ‘respect de la vie’ » (p. 157) avec pour enjeu le maintien du pouvoir des médecins sur les femmes et leur corps, ces derniers étant seuls habilités à juger de l’opportunité d’un avortement (ils « voient clair dans leur désir ou non- désir d’enfant »). S’appuyant sur Foucault, Sandrine Garcia souligne que la psychanalyse renforce le pouvoir médical en tant que producteur de vérité.

En 1973, le MFPF entre en crise, dans un contexte de radicalisation des luttes pour l’avortement sous la poussée du MLF et de plusieurs groupes d’extrême gauche. Les événements s’accélèrent avec le « manifeste des 343 » et le procès de Bobigny, l’ensemble aboutissant au vote de la loi Veil. Une page est donc tournée, et la période qui s’ouvre va opérer une révolution dans la conception de l’enfant, en grande partie grâce à la psychanalyse, tandis que les rapports de genre passent au second plan.

Naissance d’une “cause de l’enfant”

La troisième partie va donc décrire les étapes de « la construction psychanalytique d’une ‘cause de l’enfant’ ». L’auteur étudie tout d’abord (chapitre 6) l’application de la psychanalyse à de nouveaux terrains comme l’éducation, et la diffusion de la psychanalyse de l’enfant dans la pédiatrie institutionnelle grâce en particulier à Jenny Aubry. Cette dernière s’appuie sur les travaux de René Spitz, John Bowlby et Donald Winnicot sur les effets pathogènes de la « carence de soins maternels » pour améliorer la prise en charge des enfants placés en institution.

La psychanalyse acquiert ainsi une forte légitimité, qui va contribuer à « imposer durablement le paradigme de la séparation mère/enfant comme facteur de ‘risque psychologique’ » (p. 208). Un thème qui va s’avérer très extensible puisqu’il pourra s’appliquer à l’accouchement, à la reprise du travail par la mère, au sevrage, etc. Par conséquent, une amélioration incontestable de la situation des enfants conduit en parallèle, de manière relativement peu visible, à une réimposition d’une division sexuelle du travail parental, et à une vision normative du rôle des mères. Tout un ensemble de « savoirs psy » va être mobilisé par les nouveaux professionnels de l’enfance, qui leur permet d’assigner les parents à une position de profanes, tout en affirmant leur position face aux médecins. Ces « intermédiaires sociaux » (assistantes sociales, psychologues scolaires, etc.), dont le nombre explose dans les années 1970, sont particulièrement enclins à la « psychologisation du social » qui tend à anoblir leur position, comme l’a montré Francine Muel-Dreyfus.

La figure éminemment populaire de Françoise Dolto, qui incarne bien souvent à elle seule la psychanalyse de l’enfant en France, permet à l’auteur d’illustrer comment se construit une position d’autorité en prenant appui sur La genèse et la structure du champ religieux de Pierre Bourdieu. Dolto est selon ce schéma pensée en termes de figure charismatique, et mise en relation avec une configuration historique particulière (la forte expansion du mouvement psychanalytique dans l’après-guerre).

Comment expliquer le succès de Françoise Dolto malgré ses positions conservatrices sur l’avortement et la contraception ? C’est l’un des points les plus passionnants du livre. Pour Sandrine Garcia, Dolto fonctionne comme un emblème politique « qui dépasse largement ses propres positions, voire les contredit » (p. 216). Elle remarque qu’on lui attribue des positions bien plus féministes et progressistes que celles qu’elle défendait. Un emblème construit par les médias et les exégètes, qui masque les tensions entre un projet éducatif novateur (l’orthopsychanalyse) et une vision traditionnelle du rôle des femmes. Son discours, ambivalent, a pu se prêter à plusieurs appropriations, tout en coïncidant avec la sensibilité anti-autoritaire de l’époque. Une des clés de compréhension réside dans le recours à des pratiques hétérodoxes par rapport au mouvement psychanalytique (elle est exclue de l’Association psychanalytique internationale, comme Lacan), qui contribue à produire une impression de nouveauté radicale et une « aura de subversivité ». L’auteur affirme :

« Si l’on veut sociologiser le ‘génie’ de Françoise Dolto, on peut donc faire l’hypothèse qu’il consiste à capitaliser un certain nombre d’idées, de thèses, de ‘découvertes’ d’une entreprise collective, qui peuvent paraître comme inédites auprès du public extérieur auquel elle s’adresse dans l’après-guerre en s’appuyant sur sa légitimité de représentante d’une science jeune et prometteuse, et alors que l’anxiété parentale est devenue, selon Annick Ohayon, un ‘marché juteux’ pour les médecins ». (p. 226)

Les ressources sociales et scolaires de Françoise Dolto doivent également être mobilisées pour expliquer le succès de cette positon d’autorité alors qu’elle n’est ni psychiatre ni médecin des hôpitaux : issue d’une famille de la grande bourgeoisie catholique parisienne, ses convictions religieuses jouent un grand rôle dans ses théories – ce que Sandrine Garcia appelle la « ressource religieuse » (p. 228), qui fonctionne comme une matrice symbolique. On le voit bien dans la théorie de l’enfant envisagé comme une personne dés la conception, et même avant. La psychanalyse permet à Françoise Dolto de réintroduire les topiques religieux qui avaient été bannis par Marie-Andrée Lagroua. Il s’agit selon Sandrine Garcia d’une « réappropriation par le religieux du pouvoir d’édicter la norme familiale, au prix d’une ouverture sur les questions de sexualité » (p. 216). Si le projet visé semble révolutionnaire (l’épanouissement de l’enfant dans sa singularité), il accorde une place centrale à la disponibilité des mères qui sont assignées à une maternité très contraignante, liée à des modes de vie socialement situés (ne pas travailler, ou à mi-temps), qui renvoient à la propre position de Dolto, qui disposait de personnel de maison.

L’auteur le montre en soulignant la multiplication des « conseils paradoxaux », qui sont tout à la fois variables et réversibles : il faut être le moins directif possible avec les enfants, sans pour autant être laxiste. Soit un jeu permanent de doubles injonctions, et un double langage tout à la fois culpabilisant / déculpabilisant. Le résultat est l’augmentation des contraintes exercées sur les mères, qui voient ainsi leur liberté fortement réduite. L’exemple de l’acquisition de la propreté le montre bien : Dolto affirme que la propreté ne s’apprend pas, mais doit « venir toute seule ». Son apprentissage fait courir aux enfants de « graves névroses », sans que de telles affirmations ne soient jamais étayées, du fait d’une grande liberté dans les modalités d’administration de la preuve. Le concept de « risque psychologique » de l’enfant en situation ordinaire est la pièce maîtresse de cette entreprise de culpabilisation, et l’une des ressources les plus efficaces pour rappeler les femmes à leurs devoirs.

C’est finalement un « ordre naturel des genres » qui est promu au travers de la croisade pour « la cause des enfants » : la régulation des naissances est sans cesse dénoncée, le choix de l’allaitement maternel est présenté comme une évidence, de même que le fait qu’un enfant a besoin de sa mère jusqu’à trois ans, au moins. Sur l’avortement, la position est plus subtile : il s’agit de ne pas interdire au fœtus, qui en a le désir, de vivre. Ce qui consiste en une vision nostalgique de l’ordre social qui s’inscrit dans la lutte contre la vision pastorienne.

Dans le champ scolaire (chapitre 8), Françoise Dolto et Maud Mannoni forment l’avant-garde qui prend pour cible, dans le sillage de 1968, l’école et la famille en tant qu’institutions hiérarchisées, en prenant appui sur une vision néo-rousseauiste. Ces pédagogies psychanalytiques reposent sur une idéologie du don qui revient à imputer les inégalités de talent aux inégalités naturelles, en occultant la dimension sociale dans la réussite scolaire : « Ceux qui ont la capacité et la volonté de devenir savants le deviendront, ceux qui n’ont que les capacités de balayer balaieront » (A. S. Neill, cité p. 267) Comme le rappelle l’auteur, « laisser faire la nature en matière scolaire, c’est en fait laisser agir les dispositions sociales, et en particulier l’héritage culturel » (p. 269). Sandrine Garcia souligne que ces visions s’enracinent dans une expérience sociale très privilégiée : c’est en quelque sorte une « révolte d’héritiers » qui bénéficient du capital culturel nécessaire pour réussir à l’école sans s’identifier au projet scolaire républicain. En effet, Françoise Dolto ne fréquentera l’école publique qu’à partir de 16 ans, étant formée à domicile par une institutrice, puis dans un cours privé.

Un nouvel objectivisme médical

La quatrième partie porte sur « la construction des ‘déviances parentales’ ». C’est le dernier développement de « la cause de l’enfant », qui va de la fin des années 1980 à aujourd’hui, et voit paradoxalement l’affaiblissement du monopole de la psychanalyse face aux approches biomédicales du psychisme, à l’instar des théories comportementales. La percée d’un nouvel objectivisme médical qui vient fournir une alternative à la culpabilisation des parents par la psychanalyse, est par exemple perceptible dans le domaine de l’échec scolaire avec la reconnaissance d’un « handicap cognitif » pour les dyslexiques (loi Borloo de 2005). Cette approche renoue avec les anciennes théories des déficits organiques pour expliquer l’écart de certains enfants à la norme scolaire, qui avaient été écartées par les psychanalystes, lesquels avaient imposé des explications liées aux carences d’ordre relationnel.Les luttes qui se sont cristallisées autour de la publication du rapport de l’Inserm sur les troubles du comportement en 2005 permettent à l’auteur d’examiner comment est réappropriée la production normative alors que les psychanalystes tentent de conserver une place sur le terrain des normes éducatives.

Pour Sandrine Garcia, l’émergence d’une politique publique européenne de « parentalité positive » (portant notamment sur l’interdiction du châtiment corporel) marque un tournant1. Elle consiste à transformer un ethnocentrisme de classe en politique sociale dans la mesure où elle institue comme seules légitimes des normes socialement situées, à partir desquelles les autres sont constituées comme « déviantes ». Les classes populaires se trouvent de fait en première ligne, et désignées comme « classes dangereuses » du point de vue de l’éducation, et plus particulièrement les femmes, dans la mesure où elles sont le plus souvent en charge de l’éducation des enfants. Sandrine Garcia va donc s’attacher à comprendre comment un « arbitraire culturel » (une conception puérocentrée du droit des enfants) devient une politique sociale, aboutissant à la prise en charge par les institutions de ce qui relevait de la sphère privée des familles. Et, dans un second temps, comment a émergé une nouvelle catégorie, celle de « violence éducative », qui vient dans le prolongement de celle de « maltraitance ».

Comment est-on passé « de l’enfant sujet à l’enfant victime » ? (chapitre 10). Selon l’auteur, la relative plasticité du discours psychanalytique a fait place, à partir du milieu des années 1980, à « un moralisme totalement émancipé de la nécessité de prendre en compte la pluralité des valeurs » (p. 303). Elle dénonce le mélange des genres entre éthique et psychanalyse, la disparition des débats sur la relativité des normes et la libération de tendances répressives à l’encontre des parents « déviants ». La criminalisation des parents déviants s’inspire en grande partie des travaux de la psychanalyste Alice Miller qui a milité pour éradiquer toute violence éducative, définie de manière très extensive. Adoptant une position résolument morale, cette dernière opère une rupture importante avec la psychanalyse en imposant l’idée qu’on peut être traumatisé sans le savoir. Cette nouvelle figure de l’enfant victime autorise selon S. Garcia des pratiques invasives (la victime qui s’ignore doit être secourue), comme par exemple la surveillance de ses voisins.

Conclusion et remarques sur l’ouvrage

Le livre de Sandrine Garcia décrit de manière très argumentée et convaincante comment le rééquilibrage historique du rapport de force entre enfants et parents s’est principalement réalisé au détriment des femmes : « l’enfant comme personne dès sa conception s’oppose toujours sans jamais le dire ainsi à la ‘femme comme personne’ » (p. 374). Mais elle prend bien soin de distinguer la cause de l’enfant en général de cette cause de l’enfant particulière, qui contribue à la reproduction de rapports de genre inégalitaires, mais aussi de rapports de classe. Cette précision n’est pas inutile. Il s’agit en effet d’un sujet qui, comme elle le précise avec lucidité, résiste d’autant mieux à l’objectivation que c’est une catégorie « dotée d’une force morale au-dessus de tout soupçon » (p. 328). La « brutalité » dont le sociologue doit faire preuve pour rendre visible l’entreprise de moralisation à l’œuvre derrière des catégories a priori positives est donc difficile à éviter, et permet de rendre visible l’entreprise de moralisation à l’œuvre derrière des catégories a priori positives.

Le premier point que je souhaite aborder porte sur l’organisation générale de l’ouvrage. Le propos du livre est en effet beaucoup plus vaste que son titre ne le laisse penser. Il traite de l’évolution de la conception de l’enfant opérée dans l’après-guerre par les psychanalystes et tout un ensemble d’experts, et donc de l’encadrement des mères, ou des familles en général, par les professionnels de santé. L’évolution de la condition des femmes autour de la maternité n’est qu’un élément de ce panorama. Le propos déborde en effet largement ce thème initial, notamment dans la dernière partie, avec l’analyse de l’évolution des politiques de protection de l’enfance, mais aussi des pratiques scolaires et éducatives (l’instauration d’une « police des familles », l’échec scolaire, les troubles de l’apprentissage). Sandrine Garcia adopte une perspective très large, qui lui permet d’aborder de très nombreux objets effectivement liés et proches, mais au risque de perdre parfois son lecteur. C’est en un sens un livre trop riche, qui renferme suffisamment de matière pour plusieurs livres.

Le second point porte sur certains aspects du fond. Trois grandes figures féminines sont citées en introduction du livre – Simone de Beauvoir, Marie-André Lagroua Weill-Hallé et Françoise Dolto, qui sont présentées comme « trois manières différentes d’articuler maternité et féminité : celle des femmes, celle des mères, et celle des enfants » (p. 8). Or l’une de ces trois figures est très peu explorée dans l’ouvrage, celle de Simone de Beauvoir, de même que le mouvement féministe qui n’apparaît qu’en filigrane, alors que c’est un acteur incontournable dans les débats et les combats des années 1960-70.

L’ouvrage est de fait structuré autour d’une confrontation principale entre Marie-Andrée Lagroua et Françoise Dolto et quelques autres, et donc entre des fractions plus ou moins progressistes du camp le plus conservateur en matière de vision de la féminité. C’est une des (rares) frustrations à la lecture de ce livre : on aimerait en savoir plus sur la façon dont le MLF et les mouvements féministes en général se sont positionnés par rapport à cette imposition de nouvelles normes éducatives, et par rapport au refoulement progressif des questions de genre. N’y a-t-il eu aucune réaction aux écrits de Dolto sur l’avortement, sur la place centrale accordée à l’enfant dans la vie des femmes ? On a parfois l’impression d’un mouvement inéluctable, qui a rencontré peu de résistance du côté des féministes ou de la société en général. De manière plus générale, l’entreprise de célébration des innovations portées par Dolto était- elle si unanime ? N’est-ce pas une lecture a posteriori, influencée par l’image effectivement assez iconique de Dolto aujourd’hui ?

Par ailleurs, si le livre démonte de manière minutieuse comment s’est imposée l’autorité de Dolto, on a du mal à saisir ce qui lui a permis d’occuper une position aussi incontestée. Son importante médiatisation a évidemment joué un rôle, mais qu’est-ce qui a rendu cette médiatisation possible ? Il aurait été intéressant d’analyser la mise en forme de son discours radiophonique (les fameuses émissions sur France Inter), et les conditions d’une diffusion extrêmement large de concepts assez brumeux, peu accessibles au commun des mortel(le)s. Sandrine Garcia le fait rapidement, et de manière très convaincante, en analysant ses interventions dans le journal Femmes françaises à partir de 1946, qui donnent à lire de véritables actes d’institution d’autorité à partir d’un discours prophétique assez typique (p. 221-24).

Les observations que réalise Sandrine Garcia dans un LAEP (lieu d’accueil enfants-parents) permettent une incursion du côté des « parents ordinaires » et donc de la réception « de la bonne parole ». Cette observation met en valeur le décalage assez cocasse entre les usages de ces centres par les parents (qui cherchent avant tout un lieu calme et sécurisé) et la rhétorique développée par le personnel (dont l’objectif est la prévention des « névroses relationnelles précoces »). Mais à cette exception près, les femmes et/ou les mères sont absentes du livre, ce qui résulte du choix d’une sociologie de l’expertise et des producteurs de normes comme socle de la démarche. On saisit très bien les luttes de concurrence dans les différents champs d’application de la psychanalyse, les propriétés sociales des agents porteurs de ces révoltions normatives, mais le postulat qui, me semble-t-il, sous-tend la réflexion est que le message (culpabilisant ou non) passe « tel quel », sans filtre ni médiation. C’est en quelque sorte le point aveugle de la démonstration. Il semble à peu près acquis que, comme l’affirme l’auteur, les femmes sont particulièrement exposées à la violence symbolique des « entrepreneurs de morale éducative », mais Sandrine Garcia ne fait qu’évoquer brièvement le fait que la réception des normes n’est ni homogène, ni univoque : les femmes des classes supérieures sont ainsi moins « captives » mais d’avantage sensibles au « bien-fondé » de ces discours savants sur les « bonnes » pratiques éducatives. Mais on aimerait en savoir plus sur ce qui se joue dans les représentations et les arbitrages des femmes.

Pour revenir sur le « cas » Dolto, il me semble frappant que seuls les aspects les plus culpabilisants de son corpus soient mis en avant dans le livre. Ce qui participe certes d’une entreprise de rééquilibrage, sachant que ces aspects sont très peu connus ou discutés. Car comme l’auteur le montre bien, il y a un va et vient permanent entre des injonctions contradictoires. Et si Dolto a pu apparaître comme porteuse d’une vision libératrice, c’est aussi parce certains de ses préceptes permettaient de sortir les femmes d’une vision convenue de l’enfance. La France se caractérise comme on le sait par une forte présence des femmes sur le marché du travail, alliée à des taux de fécondité importants au regard d’autres pays européens. Cette singularité, qui place moins qu’ailleurs les femmes devant l’alternative entre vie professionnelle et maternité, n’est-elle pas aussi à prendre en compte ? Est-ce à dire qu’il existe d’autres motivations ou résistances pour les femmes dans l’articulation entre accomplissement de soi et destin biologique malgré les discours culpabilisants ?

Ce qui m’amène au troisième point, l’appréhension de la psychanalyse par la sociologie. Sandrine Garcia précise en introduction que son propos n’est pas centré sur la psychanalyse, mais plutôt sur « la construction de positions d’expertise et des formes d’autorité sociale qu’elle peut conférer » (p. 14). Ce qui l’intéresse est la valeur sociale et la légitimité accordées à la psychanalyse, et les usages concrets qui en sont faits dans l’intimité des familles, mais aussi dans des institutions comme les crèches et les écoles. Le champ d’enquête choisi illustre parfaitement dans quelle mesure le recours à la psychanalyse fonctionne de manière ambiguë, en permettant de jouer sur le double registre de la morale et de la science, tout en niant le premier.

A l’opposé de Samuel Lezé, Sandrine Garcia pratique ainsi une sociologie du dévoilement, en mettant au jour les mécanismes qui, au-delà d’une image de radicalité, permettent le retour d’une morale imprégnée de religieux (la psychanalyse permet de restituer la primauté du sacré par rapport à la science, le sacré étant ici incarné par les enfants). Si elle montre bien les usages différentiés qui peuvent en être faits, c’est principalement le biais conservateur qui ressort, lequel s’exerce de manière privilégiée si l’on peut dire sur les femmes (ce qui renvoie sans doute à la vision freudienne des femmes), mais aussi à un niveau social plus général, en contribuant à gommer les réalités sociales et les conditions de vie des agents (effet déréalisant). Si Sandrine Garcia ne l’affirme jamais ainsi, on ne peut s’empêcher de se demander si ce conservatisme n’est pas en quelque sorte inhérent à la psychanalyse, dans ses usages comme dans ses contenus théoriques.

Enfin, je voudrais terminer en revenant sur le lien établi par l’auteur entre principes éducatifs et morale de classe, et plus particulièrement entre la morale de l’épanouissement et les valeurs des classes moyennes, qui s’imposeraient à tous. Rappeler avec force que « l’éducation est aussi une affaire de systèmes de valeurs et de conditions d’existence » (p. 16) et ne peut être envisagée sans prendre en compte ses effets pratiques, et en fonction des ressources des personnes est une évidence, bien étayée par de nombreuses études citées. Ce type de position fait cependant courir le risque, comme l’a fait remarquer un « entrepreneur de morale » dans une lettre ouverte suite à la publication du livre2, de déconsidérer tout mouvement émancipateur sous prétexte qu’il est porté par les classes bourgeoises éclairées ou les classes moyennes éduquées (ce qui était le cas notamment, pour rester sur le terrain des femmes, des suffragettes, des mouvements féministes, et de bien d’autres encore liés aux droits de la personne). La lutte contre la violence vis-à-vis des enfants (ou des femmes) peut-elle être présentée comme relevant de l’arbitraire culturel ? Il me semble que ce type de relativisme culturel n’est pas non plus sans dangers. Mais on touche ici à un « combat des dieux », pour reprendre Weber, évoqué par l’auteur.

1 Notamment la « Convention sur le droit des enfants » adoptée en 1996, « Recommandation pour interdire le châtiment corporel » en 2004.

 

2 « Lettre ouverte à Sandrine Garcia », 2 février 2011, consultable sur http://www.oveo.org/index.php?option=com_content&view=article&id=256:lettre-ouverte-a-sandrine-garcia&catid=48:lettres-ouvertes&Itemid=62

 

Pour (ré)écouter la présentation et la discussion de l’ouvrage: Sociologie de la psychanalyse


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.