12 janvier 2018. Bruno Amable & Stefano Palombarini, L’illusion du blog bourgeois

Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’illusion du bloc bourgeois : alliances sociales et avenir du modèle français, Paris, Raisons d’agir éditions, 2017.

Présentation de l’éditeur :

La crise politique française entre dans sa phase la plus aiguë depuis plus de trente ans, avec l’éclatement des blocs sociaux traditionnels, de gauche et de droite. L’éloignement des partis « de gouvernement » des classes populaires semble inexorable ; il laisse sur la touche, d’un côté, artisans, commerçants et petits entrepreneurs déçus par la timidité des réformes de la droite libérale et, de l’autre, ouvriers et employés hostiles à une unification de l’Europe des marchés à laquelle le parti socialiste reste attaché.

La présidence Hollande est de ce point de vue moins une anomalie que l’échec définitif des tentatives de concilier la base sociale de la gauche et la « modernisation » du « modèle français ». Ce projet se prolonge désormais par la tentative d’édifier un « bloc bourgeois » fondé sur la poursuite des « réformes structurelles », destinées à dépasser le clivage droite/gauche par une nouvelle alliance entre classes moyennes et supérieures.

L’émergence, en réaction, d’un pôle « souverainiste », coexiste avec les tentatives de reconstruire les alliances de droite et gauche dans un paysage politique fragmenté.

L’avenir du « modèle français » dépend de l’issue d’une crise politique qui n’est donc pas liée à des querelles d’appareils et encore moins de personnes, mais à la difficulté de former un nouveau bloc dominant.

Elle est loin d’être terminée.


Bruno Amable, Elvire Guillaud et Stefano Palombarini, L’économie politique du néolibéralisme. Le cas de la France et de l’Italie, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2012.

Présentation de l’éditeur :

La France et l’Italie connaissent des évolutions économiques et politiques comparables. Contrairement à l’opinion dominante, selon laquelle des obstacles d’ordre politique empêcheraient l’adoption de mesures économiques d’inspiration néolibérale qui seraient « indispensables », ce livre analyse la mise en œuvre d’un programme économique néolibéral en France et en Italie comme une réponse aux crises politiques que connaissent les deux pays depuis plus de deux décennies.

La dissolution des anciennes alliances sociales y a rendu nécessaire la reconstitution d’un bloc social dominant. Mais le « noyau dur » du bloc néolibéral constituant une minorité politique, la stratégie consiste à s’appuyer sur une coalition sociale élargie. En France, le programme de « rupture » de Sarkozy a été conçu comme une médiation entre d’une part les attentes du « noyau dur », et d’autre part celles de la majeure partie des salariés du secteur privé. En Italie, la stratégie de Berlusconi a été de former une alliance entre le « noyau dur » et les classes précaires et assistées.

Quant à la participation à l’Union européenne, elle implique dans les deux pays une pression politique forte qui est favorable à la mise en place d’une stratégie néolibérale sous des formes politiques variées.


Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’économie politique n’est pas une science morale, Paris, Raisons d’agir éditions, 2005.


Présentation de l’éditeur :

Les sciences sociales et l’économie politique sont menacées par le retour d’un moralisme qui nie le conflit social et discrédite l’opposition aux projets élaborés en vue d’un prétendu « bien commun ». Ce livre soumet à une critique raisonnée l’un des courants qui incarne le mieux ce phénomène : « l’économie des conventions ».

Loin de proposer une construction scientifique, ce courant offre une validation éthique aux projets politiques (en premier lieu celui de la « troisième voie ») qui disqualifient l’idéal égalitaire en privilégiant une hypothétique égalité des chances par rapport à celle des résultats. Les économistes Bruno Amable et Stefano Palombarini proposent ensuite une théorie néoréaliste du changement institutionnel qui redonne toute sa place au caractère nécessairement sélectif du choix politique. Et qui permet de reconnaître, derrière la rhétorique du bien commun, la frontière entre intérêts dominants et intérêts dominés.


Présentation par Antony Burlaud et Frédéric Lebaron en présence des auteurs :


Acheter en librairie L’illusion du bloc bourgeois, L’économie politique du néolibéralisme, L’économie politique n’est pas une science morale.


Séance organisée au Centre CNRS Pouchet par Gérard Mauger (CESSP) et filmée par Thomas Guiffard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.