À propos

Les rencontres Lire les sciences sociales, lancée en 1989 par les sociologues Gérard Mauger et Louis Pinto, visent à faire présenter des ouvrages de sciences sociales par un chercheur ou une chercheuse en présence de leur auteur. Le carnet Lire les Sciences Sociales permet de diffuser les enregistrements ou comptes rendus des séances et de faire durer l’échange.

L’objectif initial résultait d’un « mouvement d’humeur » face au peu de justice rendu par les médias et la critique traditionnelle aux ouvrages de sciences sociales. Il s’agissait d’offrir aux chercheurs en sociologie, en histoire, en ethnologie ou même en linguistique, les moyens de reprendre la main sur le destin public de leurs travaux. Le but était également de sortir les sciences sociales d’un certain confinement et d’atteindre ce qui est décrit comme un public « possible » pour les sciences sociales, public composé non seulement de néophytes et de profanes (étudiants, journalistes, militants, syndicalistes, etc.) mais aussi de spécialistes tels les enseignants en sciences économiques et sociales.

Vingt ans plus tard, les rencontres semblent s’être réorientées en priorité vers le groupe des pairs, signe à la fois d’un insuccès dans la tentative de toucher de nouveaux publics (lié aux difficultés inhérentes à l’organisation de tels séminaires ainsi qu’à des résistances justiciables d’une analyse sociologique) et d’une transformation générale de l’univers des sciences sociales en France. D’un objectif de diffusion, qui reste malgré tout toujours d’actualité, la priorité des rencontres s’est en effet déplacée vers la consolidation d’une communauté savante de plus en plus dispersée et soumise à des tensions de diverses natures.

L’originalité et la longévité des rencontres Lire Les Sciences Sociales tiennent sans doute à la spécificité de leur contribution à la logique d’un univers soumis à la dialectique de l’argumentation ou de la réfutation. Si elles n’ont évidemment pas le monopole de la critique, la pratique du compte rendu en présence de l’auteur impose la minutie de la lecture et la rigueur de l’argumentation théorique et/ou empirique des éventuelles critiques. Par ailleurs, en confrontant des recherches dont les « terrains » sont parfois éloignés, elles attirent l’attention sur la construction d’objet, l’homologie et le transfert des schèmes d’interprétation. Enfin, elles s’efforcent de donner un contenu au mot d’ordre souvent incantatoire d’interdisciplinarité, en s’astreignant à la lecture hors de son pré carré et à la confrontation des approches de disciplines distinctes.

Formule originale visant à mettre en présence critiques et auteurs, Lire les Sciences Sociales contribue à la mise en place d’une communauté scientifique « idéale » reposant sur l’échange généralisé de critiques. Refusant « la polémique pour la polémique » les séminaires de Lire les Sciences Sociales prennent au sérieux l’impératif de réflexivité et proposent une critique en acte. Autre spécificité : le rapport au temps instauré dans le cadre de ces rencontres. Le principe consistant à laisser à chacun des participants le loisir de dire ce qu’il a à dire constitue en effet une sorte de résistance aux formats imposés, à l’heure ou colloques, conférences, séminaires se multiplient sans pour autant toujours laisser aux chercheurs l’opportunité de s’exprimer pleinement. Peut-être faut-il également voir dans cette formule une sorte de logique anti-institutionnelle dans la mesure où Lire les Sciences Sociales,  qui repose sur une vision exigeante – sans pour autant être bornée – des sciences sociales, encourage de manière pratique au dépassement de frontières disciplinaires perçues comme des héritages académiques peu justifiables sur le plan intellectuel ?

Un tel questionnement amène naturellement à soulever le problème des principes de sélection des thèmes, des ouvrages et des auteurs, principes qui se voient ici objectivés de manière rigoureuse. Loin d’être retenus par conformation à un esprit de chapelle, les textes présentés le sont en fonction de critères raisonnés (publication récente, en langue française, relevant des sciences sociales au sens large) et d’une vision précise de ce que sont des sciences sociales « intéressantes ou en tous cas qui valent la peine qu’on les débatte », à savoir la confrontation d’une problématique et de schèmes d’interprétation transposables à une enquête empirique. De tels critères conduisent fatalement à des exclusions, notamment celle des ouvrages relevant du pur empirisme ou au contraire de la théorie la plus désincarnée, ou encore celle des publications dont les thèmes et les questionnements cèdent en tous points aux modes du jour sans apporter aucune contribution  durable.

Une telle entreprise, en plus d’être un engagement intellectuel indiscutable et de contribuer à la consolidation d’un collectif de chercheurs, constitue – qu’on le veuille ou non – un engagement proprement politique. La raison en est simple : parlant du monde social, les sciences sociales sont fatalement des sciences politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.